Changer d'édition

Knauf: après un été orageux, place à l'enquête publique
Sur les 130 hectares de la mégazone d'Illange, la société Knauf Insulation va en occuper 15 pour implanter une usine de laine de roche.

Knauf: après un été orageux, place à l'enquête publique

Photo: Knauf Insulation
Sur les 130 hectares de la mégazone d'Illange, la société Knauf Insulation va en occuper 15 pour implanter une usine de laine de roche.
Économie 5 min. 06.09.2018

Knauf: après un été orageux, place à l'enquête publique

Alors que les premiers travaux de terrassement ont commencé sur le site d’installation de l’usine Knauf à Illange, des voix s’élèvent pour l’obtention de garanties environnementales. Une réunion publique à ce sujet aura lieu mardi 11 septembre prochain et promet d'être particulièrement animée.

Par Matthias Thiriat

Il aura fallu attendre 11 ans entre la création de la Mégazone d’Illange, en France, et l’installation de la première industrie. Après avoir refusé de s’installer au Luxembourg, l’entreprise Knauf a décidé, fin mai, de construire son usine de l’autre côté de la frontière, non loin de la ville de Thionville et donc … du Grand-Duché.

Cette perte pour l’économie luxembourgeoise avait attisé de nombreuses tensions entre les ministres concernés du gouvernement Bettel, Etienne Schneider pour l’Economie et Carole Dieschbourg, pour l'Environnement. En effet pour cette dernière, le leader mondial de l'isolation n'avait pas répondu à certaines questions, cruciales, pour la défense de la qualité de l'air, alors qu'Etienne Schneider déplorait une grande perte pour l'emploi. «Nous, nous voyons le sujet dans sa globalité, l'économie, les finances, l'emploi!», avait-il martelé à l'époque.


Knauf divise les ministres
Mercredi matin, le ministre de l'Economie était furieux que la nouvelle usine de Knauf aille à Illange plutôt qu'au Luxembourg. Pour la ministre de l'Environnement, le leader mondial de l'isolation n'avait pas répondu à certaines questions, cruciales, pour la défense de la qualité de l'air.

Finalement, ce sera la région de Thionville qui bénéficiera des 110 millions d’euros d’investissements ajoutés aux 20 millions d’euros de retombées économiques annuelles annoncés par l’entreprise.

La création de 123 emplois en CDI ainsi que de nombreux emplois indirects et induits ont également été prévus, de quoi redonner le sourire à Patrick Weiten, président du conseil départemental de la Moselle.

Un sourire qui n’est cependant pas resté longtemps sur le visage de l’ancien maire de Yutz, puisque le volet écologique est très vite apparu lors des discussions. En effet, une association "anti-Knauf", baptisée Stop Knauf Illange, s’est créée en juillet 2018 afin de faire entendre la parole des citoyens contre ce projet.

Knauf, loin de faire l’unanimité

Et elle n’a pas accueilli l’annonce du projet d’implantation de l’usine allemande avec le même enthousiasme que les différents décideurs politiques.

Pour son président, Jean-Luc Pierré, l’heure est à la mobilisation. «Cette implantation a été refusée par les communes de Differdange et Sanem au Luxembourg pour cause de risques de pollution» avait-il confié à nos confrères du Républicain Lorrain en juillet dernier.

L’association s’appuie désormais sur l’avis formulé par la Mission Régionale d’Autorité Environnementale (MRAE) qui a émis quelques critiques sur ce fameux volet écologique tant décrié.

Tout d’abord sur la qualité de l’air, puisque qu’elle reproche à Knauf un problème de méthode. Ce à quoi le groupe allemand répond, en se basant sur les données communiquées par l’association Atmo Grand Est, qui évalue les conséquences de ses émissions sur la qualité de l’air. Or, la Mission Régionale considère que ces données sont «peu représentatives du site».

Autre point délicat relevé par la MRAE, l’utilisation en grande quantité d’énergies fossiles par l’entreprise Knauf. La Mission a demandé à ce que l’entreprise allemande recherche des solutions alternatives pour couvrir ses besoins en chauffage et en production d’eau chaude sanitaire.


Knauf Insulation s'installe près de Thionville et non au Luxembourg
Plus de 120 emplois et 3 à 4 fois plus de postes indirects. Des recrutements qui sont déjà en cours. Le groupe allemand Knauf Insulation, spécialisé dans l'isolation, s'implantera finalement au bord de l'A31 dans la mégazone d'Illange-Bertrange. Etienne Schneider, ministre de l'Economie luxembourgeois ne cache pas sa déception tandis que Patrick Weiten, président du Département de la Moselle, affiche sa satisfaction.

Après l’air et l’énergie, c’est au tour de l’impact des odeurs d’être étudié. La Mission Régionale d'Autorité Environnementale s’est donc interrogée sur «les molécules odorantes» et recommande à l’industriel de «rechercher des solutions techniques visant à traiter à la source les odeurs.»

Dernier point, l’inquiétude de la MRAE sur les modalités de traitement des eaux. Les eaux pluviales et les eaux de ruissellement iront vers un bassin de rétention. Les eaux usées issues du process industriel, chargées en polluants, prendront la direction de la station d’épuration de Guénange. Une inquiétude supplémentaire, puisque cette station d'épuration est initialement prévue pour le traitement des eaux usées domestiques.

Des scénarios alternatifs de traitement de ses effluents industriels doivent donc être étudiés par l'entreprise Knauf, afin d'aménager une installation autonome à l’intérieur même du site.

L’heure est à l’enquête publique

Depuis le 23 août, et ce jusqu’au 21 septembre, une enquête publique relative à l’installation de l’entreprise Knauf  a débuté. Elle est dirigée par un commissaire enquêteur qui a été désigné par le Tribunal administratif de Strasbourg.

Elle a pour objet d’assurer l’information, la participation et de recueillir l’avis du public sur ces opérations afin de permettre à toute personne habitant dans les communes concernées de disposer de tous les éléments nécessaires à la compréhension du projet.

Dans le cas de l’installation de l’entreprise Knauf, ce sont 10 communes qui sont concernées par l’enquête, soit plus de 80.000 habitants.

Pour l’association Stop Knauf Illange, trois problèmes résident dans les modalités de l’enquête. Tout d’abord sur le nombre trop faible de réunions publiques qui s’élèvera au total … à une seule, le 10 septembre prochain.

L’association va également demander une prolongation d’une quinzaine de jours de l’enquête. En effet, elle s’étonne de sa durée, beaucoup trop courte, pour un dossier d’une aussi grande complexité technique. La date pose également un problème: commencer une enquête fin août n'est «pas raisonnable» pour les représentants de l'association. «C’était une période qui n’était pas propice: une grande partie de la population était encore en vacances».

Dernier point soulevé par l’association, le manque de communication de certaines communes et notamment celle de Thionville qui n’informerait pas assez sa population sur l’installation de l’usine: «Thionville représente à elle seule la moitié de la population concernée par cette enquête. Il n’y a même pas de réunion prévue dans cette commune!», a affirmé l’association.

Mardi 11 septembre prochain, à 19 heures, dans la salle polyvalente d’Illange, se tiendra donc la seule réunion d’information et d’échange autour de l’installation de l’usine Knauf. Et les discussions promettent d'être animées.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Knauf divise les ministres
Mercredi matin, le ministre de l'Economie était furieux que la nouvelle usine de Knauf aille à Illange plutôt qu'au Luxembourg. Pour la ministre de l'Environnement, le leader mondial de l'isolation n'avait pas répondu à certaines questions, cruciales, pour la défense de la qualité de l'air.
Knauf Insulation s'installe près de Thionville et non au Luxembourg
Plus de 120 emplois et 3 à 4 fois plus de postes indirects. Des recrutements qui sont déjà en cours. Le groupe allemand Knauf Insulation, spécialisé dans l'isolation, s'implantera finalement au bord de l'A31 dans la mégazone d'Illange-Bertrange. Etienne Schneider, ministre de l'Economie luxembourgeois ne cache pas sa déception tandis que Patrick Weiten, président du Département de la Moselle, affiche sa satisfaction.