Changer d'édition

KBL réalise un très bon premier semestre
Économie 3 min. 31.08.2015 Cet article est archivé
Résultats financiers

KBL réalise un très bon premier semestre

"Un changement de nom de KBL n'est pas à l'ordre du jour", a souligné Yves Stein, CEO du groupe. (Photo: Guy Jallay)
Résultats financiers

KBL réalise un très bon premier semestre

"Un changement de nom de KBL n'est pas à l'ordre du jour", a souligné Yves Stein, CEO du groupe. (Photo: Guy Jallay)
Nadia Di Pillo
Économie 3 min. 31.08.2015 Cet article est archivé
Résultats financiers

KBL réalise un très bon premier semestre

Avec un résultat net de 72 millions d'euros, en progression de 44%, KBL European Private Bankers (KBL epb) réalise un premier semestre très prometteur.

(ndp).- "La première moitié de l'année 2015 a été très bonne pour KBL", s'est félicité d'emblée Yves Stein, CEO du groupe, lors de la présentation des résultats semestriels. La banque affiche un bénéfice net de 72 millions d'euros, en progression de 44% par rapport aux 50 millions d'euros du premier semestre 2014. Plusieurs facteurs expliquent cette très bonne performance. "Nous avons connu un certain nombre de gains en capital, quelques résultats non récurrents ainsi qu'une progression de notre core corporate profit, c'est-à-dire que nos métiers au niveau opérationnel ont réussi à améliorer leurs résultats", a expliqué le dirigeant.

Les revenus du groupe ont atteint 296 millions d'euros pour les six premiers mois de l'année, soit une légère augmentation par rapport aux 290 millions d'euros à la même période de l'année passée.

Si le contexte économique a été compliqué pour les produits de taux et la trésorerie, les marchés boursiers ont eux connu une évolution très favorable au premier semestre. C'est ainsi que fin mai, le groupe a dépassé la barre des 100 milliards d'euros d'actifs sous gestion et en conservation. "Pour le moment, comme les marchés se sont un peu tassés, nous sommes légèrement en dessous des 100 milliards, mais au mois de mai, nous avions enregistré une hausse de 20% des actifs par rapport à la même date en 2014".

Yves Stein a souligné l'importance d'un bon premier semestre, "parce qu'une bonne tenue des six premiers mois nous permet d'investir pendant le reste de l'année. Nous avons donc maintenant une très bonne base pour les prochains mois".

Une "stratégie pertinente"

Lors du premier semestre 2015 l'institution financière a renforcé sa présence grâce à deux acquisitions en Belgique et au Royaume-Uni. "Une acquisition supplémentaire avant la fin de l'année reste notre ambition", a précisé Yves Stein, ajoutant que celle-ci est prévue dans un pays où le groupe est d'ores et déjà présent. La banque a également souligné l'importante contribution apportée par les filiales du groupe, notamment par Puilaetco Dewaay en Belgique, Theodoor Gilissen aux Pays-Bas, Brown Shipley au Royaume-Uni et Merck Finck en Allemagne.

Pour Yves Stein, ce premier semestre 2015 a permis de confirmer la pertinence de la stratégie du groupe". "La consolidation en banque privée européenne a été juste et pertinente et nous allons donc continuer sur cette voie", a-t-il déclaré.

S'agissant du partenariat avec Lombard Odier pour la mise en place de la prochaine génération de plate-forme informatique, "le projet avance bien" et conformément à l'échéancier prévu. "Nous avons migré au 30 juin notre activité de gestion en France. Nous attaquerons dès le début de l'année prochaine la migration de KBL Luxembourg sur cette plate-forme informatique". Yves Stein a précisé que le groupe Lombard Odier crée au Luxembourg une nouvelle structure sous la forme d'un PSF (professionnel du secteur financier). "Nous collaborons avec la société dans la mesure où un bon nombre de collaborateurs de KBL pourraient le cas échéant rejoindre ce PSF, mais nous n'en devenons pas actionnaire".

Enfin, la question du changement de nom de KBL n'est pas définitivement enterrée, mais elle "n'est pas à l'ordre du jour" pour le moment.


Sur le même sujet

Licenciements en perspective
Le résultat net de la banque privée du boulevard Royal chute de 93%, sa direction annonce la suppression de 100 emplois, mais ne voit pas péril en la demeure. A contrario de l'autre banque détenue par la famille royale qatarie, KBL ne serait pas à vendre.