Changer d'édition

Jost Group met la main à la poche pour éviter la saisie
Économie 05.04.2019 Cet article est archivé

Jost Group met la main à la poche pour éviter la saisie

Pour pouvoir poursuivre son activité, Jost Group a accepté le versement d'une caution pour empêcher la saisie de 250 de ses camions.

Jost Group met la main à la poche pour éviter la saisie

Pour pouvoir poursuivre son activité, Jost Group a accepté le versement d'une caution pour empêcher la saisie de 250 de ses camions.
Photo: LW-Archiv
Économie 05.04.2019 Cet article est archivé

Jost Group met la main à la poche pour éviter la saisie

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Soupçonné par la justice belge de fraude fiscale et sociale, le transporteur basé à Weiswampach envisage de verser une caution de sept millions d'euros pour empêcher l'immobilisation de 250 camions.

Pour pouvoir continuer son activité, Jost Group a décidé de mettre la main à la poche. Suspectée de  blanchiment, traite d'êtres humains et fait d'organisation criminelle, la société basée à Weiswampach a accepté de verser une caution à la justice belge pour empêcher la saisie de 250 de ses camions.

Selon le quotidien belge L'Echo, le montant de la caution s'élèverait à sept millions d'euros, somme qui ne devrait être versée que «dans un délai de 15 jours». Dans un communiqué publié jeudi soir, le transporteur se dit «soulagé» de la mise en place de «mesures alternatives à l’immobilisation des véhicules» qui lui permettent «de répondre pleinement aux demandes de ses clients».

Interrogations autour de 950 chauffeurs

Cette décision intervient deux semaines après la décision de la justice belge d'effectuer une nouvelle saisie dans le cadre de l'enquête en cours. Lancée en mai 2017, cette dernière vise à déterminer si le groupe a  contourné la législation sur les conditions de travail de ses chauffeurs. 

La société est suspectée d'avoir employé 950 chauffeurs des pays de l’Est et de les avoir rémunérés aux conditions salariales de leur pays d’origine et non de celles en vigueur en Belgique. Cette dernière a toujours nié les faits



Sur le même sujet

Vers la saisie de 346 camions du groupe Jost
Un arrêt judiciaire a donné le feu vert lundi pour la saisie des 346 tracteurs routiers du transporteur implanté au Luxembourg et visé par une enquête pour blanchiment, traite d'êtres humains et fait d'organisation criminelle.
Ce sont 346 camions tracteurs (la partie moteur et cabine), qui devraient être saisis, sachant que le groupe en possède environ 1.500.
La saisie des camions Jost suspendue
La justice belge avait ordonné la saisie des véhicules du transporteur belge dont le siège social est au Luxembourg. Mais cette ordonnance de saisie a été suspendue mardi.
Le groupe Jost a son siège social à Weiswampach.
65 millions d'euros de préjudice pour Jost
Dans le cadre de l'enquête menée contre la société de transport Jost, pour faits d'organisation criminelle, blanchiment et traite des êtres humains, la justice belge a publié mercredi des informations complémentaires.
Nouvelles perquisitions au sein de Jost Group
La société de transport belge fait à nouveau la Une des médias dans le royaume. 19 camions ont été saisis par la justice belge en charge de l'enquête sur un possible trafic d'êtres humains au sein de l'entreprise, basée à Weiswampach.
Jost Group Transport Logistics Aubange Belgique Foto: LW-Archiv 2016
Le Groupe Jost suspecté de traite d'êtres humains
Le parquet de Dierkich et le parquet fédéral belge ont mené lundi matin une opération dans 15 entreprises du groupe luxembourgeois de transport et de logistique Jost, suspecté de traite d'être humains et d'organisation criminelle.
Jost Group Transport Logistics Aubange Belgique Foto: LW-Archiv 2016