Changer d'édition

Jost Group à nouveau dans le collimateur
Économie 2 min. 10.09.2020

Jost Group à nouveau dans le collimateur

La société Jost nie les accusations de concurrence déloyale et de dumping social dont elle est accusée. La justice belge a été saisie.

Jost Group à nouveau dans le collimateur

La société Jost nie les accusations de concurrence déloyale et de dumping social dont elle est accusée. La justice belge a été saisie.
Photo: Archives LW
Économie 2 min. 10.09.2020

Jost Group à nouveau dans le collimateur

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
L'entreprise de transport est accusée de concurrence déloyale et de dumping social par un syndicat belge. L'affaire est prise au sérieux par le LCGB qui estime important de «renforcer les contrôles» afin d'éviter une telle situation au Luxembourg.

«La société belge du Groupe Jost louerait toutes les deux semaines un avion entre Bucarest et Maastricht, qui acheminerait quelque 160-180 travailleurs roumains pour rouler avec des camions sur les routes belges et internationales», annonçait mercredi la CSC. Le syndicat belge a d'ailleurs décidé de porter l'affaire devant la justice.

Ce dernier dénonce également les conditions de vie au sein des hangars de Jost à Herstal, près de Liège. «Elles seraient loin d'être conformes aux règles sanitaires Covid-19, voire même inexistantes avec des maltraitances, des insultes ainsi qu'un accès à seulement 3 douches et 2 toilettes pour plus de 100 chauffeurs», précise encore la CSC.


Jost Group met la main à la poche pour éviter la saisie
Soupçonné par la justice belge de fraude fiscale et sociale, le transporteur basé à Weiswampach envisage de verser une caution de sept millions d'euros pour empêcher l'immobilisation de 250 camions.

Du côté luxembourgeois, le LCGB s'est dit «consterné par cette nouvelle affaire». Pour le syndicat luxembourgeois, ce n'est pas la première fois que cette société présente un comportement douteux, que ce soit en Belgique ou au Grand-Duché. Il appelle d'ailleurs l'Inspection des Mines et du Travail (ITM) à renforcer les contrôles quant au respect des mesures sanitaires liées au covid-19 et d'éviter une telle situation au Luxembourg. 

Dans un communiqué publié ce jeudi, le LCGB rappelle son inquiétude quant aux conditions de travail des chauffeurs employés par Jost S.A. au Luxembourg. «En avril, 21 d'entre eux étaient au chômage partiel avec une rémunération à 80% payée au final par le gouvernement luxembourgeois à des entreprises en difficulté alors que le livret de commande en Belgique semble être bien rempli tout en nécessitant de la main-d'oeuvre additionnelle», indique le syndicat.

«Pure diffamation»

Le LCGB se demande si cette perte salariale des chauffeurs luxembourgeois de l'ordre de 20% est justifiée, ou si elle fait partie d'une stratégie d'optimisation budgétaire? «Avec cette pratique, Jost pourrait économiser au niveau des salaires payés ainsi que des charges sociales, cette pratique serait totalement inadmissible», insiste le syndicat. 


Jost Group Transport Logistics Aubange Belgique Foto: LW-Archiv 2016
Nouvelles perquisitions au sein de Jost Group
La société de transport belge fait à nouveau la Une des médias dans le royaume. 19 camions ont été saisis par la justice belge en charge de l'enquête sur un possible trafic d'êtres humains au sein de l'entreprise, basée à Weiswampach.

Contactée par nos soins, la société Jost a rappelé que les chauffeurs sont emmenés par avion, «pour qu'ils ne soient pas trop fatigués pour prendre le volant de leur camion.» Selon les avocats de l'entreprise de transports, «les conditions de travail et d'hébergement de même que les conditions de paiement du salaire, relèvent à nouveau de la pure diffamation».

Ce n'est pas la première fois que le groupe est mis en avant pour ses pratiques. En mai 2017, la société avait été suspectée de blanchiment, traite d'êtres humains et fait d'organisation criminelle. L'entreprise basée à Weiswampach avait notamment  accepté de verser une caution à la justice belge pour empêcher la saisie de 250 de ses camions.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Vers la saisie de 346 camions du groupe Jost
Un arrêt judiciaire a donné le feu vert lundi pour la saisie des 346 tracteurs routiers du transporteur implanté au Luxembourg et visé par une enquête pour blanchiment, traite d'êtres humains et fait d'organisation criminelle.
Ce sont 346 camions tracteurs (la partie moteur et cabine), qui devraient être saisis, sachant que le groupe en possède environ 1.500.
La saisie des camions Jost suspendue
La justice belge avait ordonné la saisie des véhicules du transporteur belge dont le siège social est au Luxembourg. Mais cette ordonnance de saisie a été suspendue mardi.
Le groupe Jost a son siège social à Weiswampach.
65 millions d'euros de préjudice pour Jost
Dans le cadre de l'enquête menée contre la société de transport Jost, pour faits d'organisation criminelle, blanchiment et traite des êtres humains, la justice belge a publié mercredi des informations complémentaires.
Le Groupe Jost suspecté de traite d'êtres humains
Le parquet de Dierkich et le parquet fédéral belge ont mené lundi matin une opération dans 15 entreprises du groupe luxembourgeois de transport et de logistique Jost, suspecté de traite d'être humains et d'organisation criminelle.
Jost Group Transport Logistics Aubange Belgique Foto: LW-Archiv 2016