Changer d'édition

«J'ai montré le premier billet au Grand-Duc»
Économie 10 min. 03.01.2022
20ème anniversaire de l'euro

«J'ai montré le premier billet au Grand-Duc»

Pour Yves Mersch, l'introduction de l'euro était clairement une «étape historique», et pas seulement du point de vue économique.
20ème anniversaire de l'euro

«J'ai montré le premier billet au Grand-Duc»

Pour Yves Mersch, l'introduction de l'euro était clairement une «étape historique», et pas seulement du point de vue économique.
Photo: Chris Karaba
Économie 10 min. 03.01.2022
20ème anniversaire de l'euro

«J'ai montré le premier billet au Grand-Duc»

Au 1er janvier 2002, les Luxembourgeois ont payé pour la première fois en euro. 20 ans après, Yves Mersch, ancien membre du directoire de la Banque centrale européenne, dresse un bilan de cette monnaie.

(tb avec Thomas KLEIN) - Après 20 ans, presque plus personne au Luxembourg ne peut s'imaginer payer avec une autre monnaie que l'euro. En tant que négociateur lors des traités de Maastricht et membre du directoire de la Banque centrale européenne pendant de nombreuses années, Yves Mersch a marqué le développement de la monnaie unique dès le début. Un entretien sur une histoire à succès avec des difficultés de démarrage.

Yves Mersch, vous souvenez-vous de la première fois où vous avez entendu parler de l'idée d'une monnaie européenne commune ? 

Yves Mersch : «Pendant mes études à Paris, notre professeur d'économie Raymond Barre parlait d'une monnaie commune et bien sûr du plan Werner. Ensuite, quand j'ai commencé à travailler au ministère des Finances, j'étais, en tant que jeune employé, le porteur de valise du ministre des Finances. Dans ce cadre, nous avons souvent passé nos weekends à nous battre pour procéder à des ajustements de taux de change dans le système monétaire européen.

Après l'avancée précoce du plan Werner en 1970, l'idée d'une monnaie européenne commune s'est d'abord calmée dans les années 1980. Comment un nouvel élan a-t-il alors été donné ?

«Le système monétaire international qui prévalait depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale a été aboli dans les années 1970. Auparavant, les monnaies étaient liées au dollar. Tout à coup, on a eu de fortes fluctuations des taux de change, ce qui remettait notamment en question la politique agricole commune basée sur des taux de change fixes. Cela renforça l'intérêt de la France pour une monnaie commune.

Et l'Allemagne, en tant que pays exportateur, tenait elle aussi à des taux de change fixes en Europe. Lors du sommet européen de Hanovre en 1988, il a été décidé d'aller dans le sens d'une monnaie commune. Le groupe Delors a été convoqué pour élaborer des mesures concrètes en vue d'une union économique et monétaire. Cela a débouché sur le traité de Maastricht.


L'euro rêve toujours de concurrencer le dollar
La monnaie européenne existe depuis près de deux décennies. Face au dollar, les Européens ne parviennent pas à donner un rôle géopolitique à l'euro.

Vous avez participé aux négociations sur les traités de Maastricht. Quel était votre rôle ?  

«Les négociations sur l'Union économique et monétaire ont été menées par les ministres des finances des différents pays. Chaque ministre des finances a envoyé un représentant. Les détails ont ensuite été négociés au sein de ce groupe. J'étais l'émissaire de Jean-Claude Juncker. 

Après les discussions, nous mettions toutes les propositions sur la table. Si elles n'étaient pas trop éloignées les unes des autres, elles figuraient dans les rapports d'avancement adressés aux ministres. Au premier semestre 1991, le Luxembourg a présidé la réunion des ministres européens des Finances. Mon approche des négociations était de commencer par les choses les plus simples, pour lesquelles l'accord était déjà relativement large, afin d'avoir un socle le plus large possible et de créer également une dynamique sur laquelle nous pouvions déjà dire : ''Nous avons déjà atteint un certain niveau. Nous ne pouvons plus faire marche arrière maintenant''.

Les pays avaient en effet des conceptions très différentes de la politique monétaire. Quelle était alors la position du Luxembourg dans la discussion ?

«Dans l'union monétaire belgo-luxembourgeoise, le Grand-Duché a fait l'expérience du danger qu'il peut y avoir pour un pays exportateur à mener une politique fiscale non orthodoxe, c'est-à-dire à essayer de payer et de monétiser des dettes via la banque centrale. C'est justement avec un mécanisme d'indexation qu'il est impossible d'exister dans un tel monde.


HANDOUT - 11.03.2021, Frankfurt: Christine Lagarde, die Präsidentin der Europäischen Zentralbank (EZB), spricht während einer Pressekonferenz im Anschluss an die Sitzung des EZB-Rates der Europäischen Zentralbank. Foto: Martin Lamberts/EZB/dpa - ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung und nur mit vollständiger Nennung des vorstehenden Credits +++ dpa-Bildfunk +++
«L'euro a contribué à unir les Européens»
La présidente de la Banque centrale européenne souhaite son anniversaire à l'euro. Au 1er janvier 2022, la monnaie européenne soufflera sa vingtième bougie.

Et c'est pourquoi la position luxembourgeoise a été pendant tout ce temps de soutenir les pays qui faisaient pression pour un mécanisme de stabilité. Nous étions bien sûr conscients qu'il fallait faire des compromis et qu'en tant que petit pays, nous devions toujours soutenir l'équilibre entre les grands. Cela a toujours été la politique luxembourgeoise et c'était également le cas pendant les négociations.

Lorsque les traités ont été signés et que le compte à rebours pour l'introduction de l'euro a commencé, à quoi ressemblaient les préparatifs au niveau national ?

«Il fallait avant tout faire des efforts pour rapprocher les différentes économies nationales. Contrairement aux projets antérieurs d'union monétaire, les traités de Maastricht prévoyaient une date fixe. C'était évidemment un risque, car un nombre minimum de pays devaient remplir les conditions nécessaires avant cette date. 

Le Luxembourg était l'un des très rares pays à avoir vraiment tout respecté à la virgule près. Mais les autres pays marchaient dans la bonne direction. Des efforts considérables ont été consentis sur le plan fiscal pour que les économies se rapprochent. Dans la plupart des pays, la préparation s'est concentrée sur la réduction de la dette et du déficit. Les années 1990 ont été une décennie d'ajustements structurels. 

Comment se sont déroulés les préparatifs à l'introduction de la monnaie fiduciaire dans les banques centrales ? 

«Dès 1996, les premiers billets ont été présentés aux ministres et nous avons eu le temps de les imprimer. Nous craignions que cela ne se passe mal. Nous devions préparer l'introduction de nouveaux billets du jour au lendemain sur tout un continent. C'était un énorme défi logistique. Mais aussi une grande satisfaction, une fois que tout s'est bien passé.

Après avoir fait partie de ce projet dès le début, qu'avez-vous ressenti lorsque vous avez tenu le premier billet en euros entre vos mains ?

«Il y avait clairement la conscience qu'il s'agissait d'une étape historique, et pas seulement d'un point de vue économique. C'était un pas de plus pour rendre la guerre impossible sur notre continent et pour dire ''plus jamais ça''. J'ai montré le premier billet au Grand-Duc, puis j'ai quitté immédiatement la Banque centrale pour me rendre à la Fondation Pescatore et le montrer à Pierre Werner. Je n'oublierai jamais les larmes qui ont coulé sur ses joues.

Quels ont été les effets économiques de la nouvelle monnaie au cours des premières années ?

«Nous étions très soucieux de montrer que l'euro était une monnaie forte, car cela aurait étouffé les exportations. De ce point de vue, le fait que l'Allemagne ait encore un peu de mal à supporter le poids de la réunification nous a aidés. Cela a permis d'éviter que l'euro ne devienne trop fort. Par ailleurs, nous avons profité à l'époque de la mondialisation de l'économie, qui a fait baisser les prix. Le commerce international a fleuri et la monnaie pas trop forte a stimulé les exportations, même en Europe. Et grâce à l'euro, le commerce intra-européen a également très fortement augmenté.

La première épreuve est venue après 2008, lorsque la crise financière s'est transformée en crise de l'euro. Certains observateurs ont également considéré que des erreurs de construction de l'euro étaient à l'origine de la crise. Etiez-vous conscient à l'avance que le système de l'euro pouvait présenter de telles faiblesses ?

«Si vous faites allusion à l'insuffisance de l'union fiscale, c'était bien sûr déjà un sujet de discussion lors des négociations. Mais nous étions conscients que nous ne pourrions pas aller plus loin sur cette voie et nous avons donc misé sur la pression des marchés pour maintenir l'endettement dans des limites raisonnables. 


Juncker ne veut pas entendre parler d'une sortie de la Grèce     
Le président de l'Eurogroupe  Jean-Claude Juncker a affirmé qu'une sortie de la Grèce de la zone euro ne  faisait pas partie de ses «hypothèses de travail» car elle aurait «d'énormes  retombées négatives», dans un entretien au Süddeutsche Zeitung de lundi.

Dans les années 2000, le fait que l'Allemagne et la France aient mis la Commission en minorité et que la procédure pour déficit excessif à leur encontre n'ait pas été poursuivie a eu un effet dévastateur. Cela a montré aux marchés financiers qu'il pourrait s'agir là d'un point faible de l'euro et que l'ensemble pourrait à nouveau s'effondrer si la responsabilité commune ne se transférait pas à la politique fiscale. Et dans des cas extrêmes, on en est arrivé là, comme avec la Grèce. Mais on a vu alors combien de capital politique avait été investi dans cette monnaie commune. 

Lorsque Lehman Brothers a fait faillite en 2008, avez-vous directement craint qu'une crise financière ne débouche sur une crise de l'euro ?

«Au cours des années 2000, plusieurs économies nationales n'avaient pas fait les efforts nécessaires. Lorsque la crise est arrivée, elles n'avaient aucune marge de manœuvre. Cela a nécessité des ajustements drastiques, que beaucoup ont ensuite perçus et critiqués comme de l'austérité.


«Le succès de l'union monétaire a dépassé nos attentes les plus optimistes»
Le succès de l'union monétaire en Europe «a surpassé nos attentes les plus optimistes» a estimé mercredi l'Italien Mario Draghi, futur président de la Banque centrale européenne (BCE), et ce malgré les turbulences qui secouent actuellement la zone euro.

Le discours de Mario Draghi, alors président de la BCE, est considéré comme l'un des tournants de la crise, lorsqu'il a déclaré que l'on ferait «tout ce qu'il faut» pour sauver l'euro. A l'époque, il savait que ce qu'il disait n'était pas vrai. «Whatever it takes» a aussi ses limites, et ces limites sont juridiquement opposables. Rétrospectivement, c'était bien sûr une contribution personnelle très importante à la résolution de la crise. Sans la contribution des marchés, je ne suis pas sûr que nous serions alors encore dans l'union monétaire avec le même nombre de pays qu'aujourd'hui.

Actuellement, nous sommes à nouveau en crise. Pourtant, les conséquences économiques à long terme ne semblent pas aussi graves cette fois-ci. Qu'a fait l'Europe pour devenir plus résistante à la crise ? 

«Cette fois-ci, la réponse a été rapide et uniforme. Nous avons non seulement mis en route la politique monétaire, mais aussi la politique fiscale. Nous n'avions pas une idée précise de la manière dont l'épargne des citoyens allait évoluer ou à quel moment la conjoncture allait repartir. Par conséquent, il existe toujours des incertitudes et des risques importants pour les mois à venir. Comment l'inflation va-t-elle évoluer ? La crise énergétique est-elle temporaire ? Allons-nous réussir à résoudre les problèmes de la chaîne d'approvisionnement ? Tout cela a un impact sur les décisions de politique monétaire qui seront prises dans les un ou deux ans à venir.

La crise a notamment conduit les pays européens à émettre pour la première fois des obligations communes. Certains ont parlé à ce propos d'un moment Hamilton. Qu'est-ce que cela signifie pour la zone monétaire commune ?

«La différence, c'est qu'Alexander Hamilton a repris les dettes existantes des États américains. Nous n'en sommes pas encore là en Europe. Avec les obligations communes, nous finançons des dépenses d'investissement pour l'avenir et ne réglons pas les dettes du passé. Bien sûr, c'était un moment important.

Mais une discussion sur les dettes communes ne peut avoir de sens que si, du côté européen, nous pouvons également exercer une plus grande influence sur les déficits des pays. Dans plusieurs États, cela signifie une intervention dans les droits des parlements. Je pourrais aussi très bien m'imaginer qu'à l'avenir, la BCE n'achète plus d'obligations nationales, mais uniquement des obligations européennes. Nous serions alors au même niveau que les Américains.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Actuel président de la Chambre de commerce, Luc Frieden occupait les fonctions de ministre des Finances quand est survenue la crise économique de 2008-9. De quoi lui donner un certain recul sur les turbulences actuelles.
6.7. Wi / Banque de Luxembourg / Table Ronde Glocal Histories of Finance / Geschichte des Finanplatzes Luxemburg / Luc Frieden Foto:Guy Jallay
Entre autres sujets d'actualité, le membre du directoire de la Banque centrale européenne Yves Mersch analyse le marché immobilier luxembourgeois et sous-entend qu'on pourrait revenir sur la déductibilité des emprunts.
Yves Mersch dans son bureau au 39ème étage de la Banque centrale européenne à Francfort
L'affaiblissement de l'euro apporte un soutien de poids à la Banque centrale européenne (BCE) dans ses efforts pour relancer l'économie européenne, mais une chute plus prononcée pourrait lui compliquer la tâche.
L'institution monétaire de Francfort cherche par tous les moyens à relancer la machine économique. (Photo: AFP)