Changer d'édition

iSpace veut être la première sur la Lune
Économie 2 3 min. 09.01.2019

iSpace veut être la première sur la Lune

Le rover d'iSpace pourra mesurer la présence d'eau sur la Lune, grâce au spectromètre de masse du List

iSpace veut être la première sur la Lune

Le rover d'iSpace pourra mesurer la présence d'eau sur la Lune, grâce au spectromètre de masse du List
Chris Karaba / Luxemburger Wort
Économie 2 3 min. 09.01.2019

iSpace veut être la première sur la Lune

Thierry LABRO
Thierry LABRO
La japonaise iSpace, qui a son quartier général européen au Luxembourg, veut être la première société privée à atterrir sur la Lune. Et y détecter de l'eau avec le spectromètre de masse du List.

Le robot avance avec précaution. 

Dans un bac à sable gris-vert de 100m2 qui reproduit le sol de la Lune dans le garage d'un ancien bâtiment de Paul Wurth, son pilote n'est pas là pour gagner une course. Le prototype Hakuto ne doit ni se renverser sur un cratère ni heurter un rocher. 

L'an prochain, Space X l'emmènera dans l'espace, l'année suivante sur la Lune. Et les dirigeants d'iSpace espèrent que les rovers suivants embarqueront le spectromètre de masse conçu et adapté au List. 

«Nous voulons être la première société privée à atterrir sur la Lune!», assure le CEO d'iSpace Europe, Kyle Acierno, en référence à la spectaculaire arrivée des Chinois sur la face cachée de la Lune. 


L'engin d'ispace qui se posera sur la Lune et sur son pied, à gauche, un des rovers qu'il embarquera pour aller mesurer la qualité de l'eau
ispace signe avec Space X
Troisième société à avoir installé des activités au Luxembourg dans le cadre de l'initiative SpaceResources, ispace a conclu un accord pour deux lancements par Space X. Direction, la Lune, dès 2020.

 Mais son ambition va bien au-delà. Une fois que les rovers de la société auront pris l'habitude de se poser sur l'astre céleste, une fois qu'ils auront détecté de l'eau,iSpace entend devenir «le pétrolier de l'espace». Car sous une forme ou sous une autre, l'eau deviendra le carburant des fusées et autres engins spatiaux qui voudront aller plus loin que la Lune.   

Premier arrivé, premier servi 

Selon l'interprétation luxembourgeoise de la loi internationale de l'espace, rien n'empêche de commercialiser une ressource de l'espace. «Il n'est pas question de s'approprier la Lune», rappelle le Canadien en citant une fois de plus la métaphore avec l'océan qui n'appartient à personne et le poisson que tout le monde peut pêcher. 

Mais, détail qui a son importance, la même loi impose aussi de ne pas perturber les activités de son voisin. «Quand vous atterrissez sur la Lune, vous générez beaucoup de poussière et notre robot pourrait avoir des problèmes», explique-t-il. Autrement dit, les concurrents devront se tenir à distance. A 50 kilomètres exactement, d'où l'intérêt d'être parmi les pionniers. 

Le CEO d'iSpace Europe Kyle Acierno et le directeur du List Fernand Reinig ont officialisé une collaboration qui a commencé en octobre et durera deux ans
Le CEO d'iSpace Europe Kyle Acierno et le directeur du List Fernand Reinig ont officialisé une collaboration qui a commencé en octobre et durera deux ans
Chris Karaba / Luxemburger Wort

«Et deux ans après notre arrivée, je me félicite de l'initiative luxembourgeoise, ce soutien qui nous a permis de croître rapidement. Aujourd'hui, nous sommes 16 à Luxembourg [et 66 au total avec le siège au Japon, ndlR.]! Et d'autres pays, comme les Emirats arabes unis, le Canada, le Japon ou la Chine, ont préparé une loi comme celle du Luxembourg, la compétition va s'intensifier». 


(FILES) This file picture taken early on December 8, 2018 shows a Long March 3B rocket, transporting the Chang'e-4 lunar rover, lifting off from the Xichang launch centre in Xichang in China's southwestern Sichuan province. - China's Chang'e-4 lunar rover landed on the far side of the moon on January 3, 2019, the first probe to do so, state broadcaster CCTV reported. (Photo by STR / AFP) / China OUT
Chinas „Chang'e 4“: Erste Landung auf Mond-Rückseite geglückt
Das Manöver galt als schwierig, doch die junge Weltraumnation China hat geliefert. Erstmals ist eine Sonde auf der Rückseite des Mondes gelandet.

Pour être parmi ces pionniers, iSpace a officialisé hier matin une collaboration qui a démarré en réalité en octobre dernier avec le Luxembourg Institute of Science and Technology (List) autour de l'adaptation d'un spectromètre de masse. Pendant deux ans et grâce au soutien financier (500.000 euros) du Fonds national de la recherche, le projet de recherche FOCAL1DS – «Space Deployable 1-Dimensional Focal Plane Detector for Magnetic Sector Mass Spectrometer» – permettra aux rovers d'iSpace de détecter la présence d'hydrogène, d'oxygène et d'eau. 

La propriété intellectuelle au Luxembourg 

La propriété intellectuelle de ce spectromètre continuera d'appartenir au List. iSpace a la garantie de pouvoir en profiter de manière exclusive. C'est un élément-clé dans l'ancrage des sociétés de l'espace au Luxembourg, le financement de la recherche et la propriété intellectuelle. 

Fondée par Takesju Hakamada, iSpace a déjà levé 84,7 millions d'euros et sait qu'elle devra trouver beaucoup plus de capitaux pour financer son développement futur: trouver de l'eau, forer, la stocker, la transformer puis pouvoir la revendre à des «voyagistes de l'espace» ou des explorateurs aura un coût considérable mais est dans le mouvement du développement de l'espace. 

Le spectromètre du List et sa collaboration avec l'Université de Luxembourg dans un autre projet de cartographie de la Lune lui permettra d'avoir une bonne connaissance de la Lune et de revendre des données, cela fait partie du business plan officiel de la société. Manquer de «carburant» quand on veut soi-même en vendre à d'autres, ce serait regrettable.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un peu de Luxembourg avec la NASA sur la Lune
Des travaux menés au Luxembourg pourraient servir à la mission sur la Lune que la NASA a annoncée jeudi. iSpace est l'une des quatre sociétés du projet "Draper" retenues par l'agence américaine.
Artemis 7 sera en partie designé au Luxembourg
Espace: trois nouveaux... et une bonne nouvelle
Le ministre de l'Economie boucle la boucle avant les élections législatives: jeudi après-midi, Etienne Schneider a annoncé l'arrivée de trois nouveaux acteurs de l'espace dans le cadre de l'initiative Spaceresources. Une autre bonne nouvelle est venue des Etats-Unis.
CubeRover, une des trois nouvelles sociétés américaines à s'implanter au Luxembourg, fabrique de petits engins légers pour aller sur la Lune. Et moins cher que son concurrent, ispace, dont le centre de recherche est aussi au Luxembourg