Changer d'édition

Investissement de Gerard Lopez: Les actionnaires et créanciers du Losc connus
Gerard Lopez à  Camphin-en-Pevele (en périphérie lilloise) le 13 janvier 2017 lors de sa première conférence de presse après avoir racheté le club de foot de Lille, le Losc.

Investissement de Gerard Lopez: Les actionnaires et créanciers du Losc connus

AFP
Gerard Lopez à Camphin-en-Pevele (en périphérie lilloise) le 13 janvier 2017 lors de sa première conférence de presse après avoir racheté le club de foot de Lille, le Losc.
Économie 4 min. 30.11.2017

Investissement de Gerard Lopez: Les actionnaires et créanciers du Losc connus

Pierre SORLUT
Pierre SORLUT
Des documents publiés au registre de commerce ce jeudi informent de la présence d'une filiale du fonds Elliott comme actionnaire et créancier du Losc.

Par Pierre Sorlut

Zayn Investments Limited (îles Caïmans) et Manchester Securities Corp (Etats-Unis) apparaissent aux côtés de Victory Soccer, société britannique détenue par l'entrepreneur Gerard Lopez, comme actionnaires de la holding luxembourgeoise, Lux Royalty, qui détient le club de football de Lille, dans des documents publiés ce jeudi au registre de commerce.

Zayn Investments est enregistrée dans le territoire d'outre-mer britannique selon le document administratif rendu par la fiduciaire luxembourgeoise, LuxGlobal Trust. Orthographiée comme telle, la société demeure cependant inconnue de Google. Contacté, Claude Zimmer, responsable de Luxglobal Trust, administrateur de Victory Soccer à Londres (et par ailleurs administrateur de la Banque centrale du Luxembourg) ne donne pas davantage d'explications que le moteur de recherche.

Filiale d'Elliott

Manchester securities opère elle à New York en tant qu'agent de courtage selon Bloomberg. L'agence d'informations financières relève aussi que Manchester securities apparaît aux côtés du fonds d'investissement Elliott (dans un investissement opéré cette année). Ce que l'agence Business Wire confirme: Manchester Securities est présentée par le média de Berkshire Hathaway comme filiale d'Elliott Associates. Ladite société d'investissement, que d'aucuns qualifient de «fonds vautour», aurait selon plusieurs médias émis la dette souscrite par Lux Royalty en janvier, mai et juin cette année.

No comment, mais...

Contacté en juillet lors de la publication des statuts de la holding luxembourgeoise du Losc, l'entourage de Gerard Lopez indiquait que le club disposait «d'une enveloppe d'investissement comprise entre 140 et 160 millions d'euros, dont les trois quarts de ce montant proviennent d'une ligne de crédit» ouverte au niveau de Lux Royalty sans toutefois préciser l'identité du bailleur de fonds. Contactés à nouveau ce jeudi, les communicants parisiens travaillant pour l'entrepreneur luxembourgeois indiquent qu'ils ne commentent pas «les sujets obligataires».

Les documents officiels publiés au début de l'été révélaient l'existence de deux actions A2 de Lux Royalty, mais n'informaient pas sur l'identité de leur(s) titulaire(s). L'on sait depuis ce jeudi grâce à un document préparé par la fiduciaire le 19 juin et déposé au registre de commerce luxembourgeois le 29 novembre seulement qu'il s'agit de «Zayn» et «Manchester Securities».

Des pouvoirs étendus

Les statuts de Lux Royalty font état de 48 actions de classes A détenues par la Londonienne Victory soccer (qui appartient elle-même à d'autres sociétés offshore, mais dont le bénéficiaire économique est Gerard Lopez), de deux actions A-2 et de 1.000 autres actions subalternes (B, C, D, E, F, G, H, I, J et K) à valeur nominale égale, soit 100 euros.

Les actions A-2 sont liées aux émetteurs de la dette et bénéficient de «sujets réservés». «Jusqu'au remboursement obligataire A-2 de la cession obligataire, le conseil de gérance ne peut délibérer et prendre des décisions valablement que si au moins un gérant de catégorie A, un gérant de catégorie B et le gérant de catégorie A2», peut-on lire dans les statuts.

Elliott, via Lille et Milan

Pierre Claudel, gérant auprès de la fiduciaire Intertrust, figure à la fois au conseil de gérance de Lux Royalty et au conseil d'administration du Project Redblack, «la société luxembourgeoise via laquelle Elliott a prêté de l’argent au Milan AC», selon France 3 Nord, qui suit le Losc de près. Contacté pour connaître la nature de ses liens avec le fonds américain, Pierre Claudel répond qu'il «doit vérifier certaines données» avant de s'avancer. En attendant, le document publié ce jour tendrait toutefois à confirmer les liens entre le club de foot de Lille et le fonds américain Elliott management.

Les statuts de Lux Royalty renseignent par ailleurs sur le droit pour les titulaires des actions de classe A-2 de  prétendre à un dividende annuel et préférentiel de 2%. «Après le paiement de tels dividendes, tout le surplus de bénéfice net distribuable, s'il y a, sera attribué aux détenteurs de parts sociales de classe A au prorata de leurs parts sociales de classe A».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Club de Gerard Lopez: Un fonds investit dans le Losc
Les statuts de la holding luxembourgeoise du club de football de Lille publiés mercredi révèlent l'arrivée de capitaux (environ 110 millions d'euros) levés par l'entrepreneur luxembourgeois auprès d'un fonds dit "proche".
The outgoing President of Lille LOSC football club, Michel Seydoux (L), and his successor Gerard Lopez of Luxembourg, give a press conference on January 13, 2017 at the training center of the club in Camphin-en-Pevele, northern France. / AFP PHOTO / FRANCOIS LO PRESTI