Changer d'édition

Interview dans la presse: Le voleur des documents de LuxLeaks témoigne
Économie 3 min. 15.12.2014

Interview dans la presse: Le voleur des documents de LuxLeaks témoigne

PwC et le Luxembourg ont largement été stigmatisés. Antoine Deltour le regrette, car de nombreux Etats se prêtent à l'optimisation fiscale.

Interview dans la presse: Le voleur des documents de LuxLeaks témoigne

PwC et le Luxembourg ont largement été stigmatisés. Antoine Deltour le regrette, car de nombreux Etats se prêtent à l'optimisation fiscale.
Pierre Matgé
Économie 3 min. 15.12.2014

Interview dans la presse: Le voleur des documents de LuxLeaks témoigne

L'ancien salarié de PwC qui avait sorti en 2010 les documents de la firme d'audit à l'origine de la déferlante LuxLeaks témoigne dans Libération. Inculpé depuis vendredi, il déclare avoir agi par conviction et ne pas avoir contourné de protection informatique pour accéder à la base de données.

Le quotidien français Libération livre ce matin une interview exclusive de l'ancien auditeur de PwC à l'origine de l'affaire LuxLeaks, ces centaines de rescrits fiscaux engageant le fisc luxembourgeois et des sociétés internationales. Antoine Deltour, indique ainsi avoir copié les documents à la veille de son départ de la firme en 2010, où il avait travaillé pendant deux ans au sortir d'un stage de fin d'études (dans une école de commerce). L'ambition déclarée de la manoeuvre? Rassembler des documents de formation, explique-t-il. Ce n'est que par hasard qu'il serait tombé sur les 47.000 pages de documents qu'il a lues et emmenées avec lui. «Je n’ai contourné aucune protection informatique», précise-t-il.

Il explique ensuite avoir proposé son expertise à des organisations non gouvernementales, sans communiquer les documents. Mais l'étincelle n'a pris qu'après avoir rencontré un journaliste français, avec lequel il partageait - dit-il- «des valeurs communes». L'intéressé a alors utilisé quelques cas pour réaliser la première émission Cash Investigation, diffusée en mai 2012 sur France 2.

Les documents transmis une seule fois

Puisque l'ancien auditeur affirme n'avoir transmis les données qu'une seule fois, le journaliste en question les aurait donc communiquées au consortium international, ICIJ, pour que celui-ci les mette en ligne le 5 novembre. Antoine Deltour souligne cependant que certains rescrits fiscaux diffusés à cette date, comme de nombreux autres publiés lors de la deuxième vague le 9 décembre, ne font pas partie de ceux qu'il a sortis de chez PwC.

Alors que le cabinet d'audit avait porté plainte dès juin 2012, Antoine Deltour n'a été auditionné que vendredi dernier au Luxembourg. Proclamant avoir agir «par conviction» contre cette industrialisation de «l'optimisation fiscale», au Luxembourg comme ailleurs, il persiste : «Compte tenu de ma démarche, la cohérence était évidemment d’assumer.» L'ancien auditeur – dont la trace sur la toile est peu visible exception faite du tollé médiatique lié à son interview – dit ainsi avoir du «mal à imaginer être condamné pour l'exemple» et précise ne pas avoir reçu de contrepartie.

Son action, qu'il estime «dans le sens de l'histoire», a en effet très certainement accéléré la fin du secret bancaire et les mécanismes d'échange d'informations fiscales. Ses effets sont plus que jamais visibles aujourd'hui avec l'empressement de la Commission européenne, poussée par les Etats membres, à agir contre l'optimisation fiscale. L'ironie fait que celle-ci est présidée par celui qui dirigeait le Grand-Duché sur la période durant laquelle les rulings volés ont été réalisés, entre 2002 et 2010, Jean-Claude Juncker.

Pierre Sorlut


Sur le même sujet

Sortie médiatique d'Antoine Deltour: PwC n'en rajoute pas
Sollicitée par les médias suite à la publication lundi de l'interview de son ancien employé, la société d'audit ne se prononce pas sur le vol de ces documents à l'origine de LuxLeaks. Elle indique en revanche avoir passé en revue son système informatique.
La firme luxembourgeoise avait été beaucoup plus prompte à réagir lors de la publication des documents de LuxLeaks.