Changer d'édition

Le sort de Liberty Steel reste incertain
Économie 3 min. 21.07.2021
Industrie

Le sort de Liberty Steel reste incertain

Voilà maintenant un trimestre que l'usine est en perte de repères en raison des déboires financiers de son propriétaire.
Industrie

Le sort de Liberty Steel reste incertain

Voilà maintenant un trimestre que l'usine est en perte de repères en raison des déboires financiers de son propriétaire.
Photo : Anouk Antony
Économie 3 min. 21.07.2021
Industrie

Le sort de Liberty Steel reste incertain

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
85 des 220 postes du site de Dudelange bénéficient actuellement du chômage partiel et les salaires de juillet-août semblent assurés, a informé le ministre de l'Economie. Mais le devenir de l'usine continue de préoccuper Franz Fayot.

Alors que la demande est là, les chaînes de production Liberty Steel Dudelange tournent toujours au ralenti. Un paradoxe dû aux aléas financiers qui ont bousculé le groupe sidérurgique depuis mars dernier. «C'est une situation frustrante», n'a d'ailleurs pas caché, mercredi matin, le ministre de l'Economie devant les députés de la commission Economie. «Alors que la conjoncture reprend, on se retrouve avec une usine qui ne fonctionne pas à plein rendement.»


L'aciérie de Dudelange deviendra «roumaine»
Pour assurer son avenir malgré la faillite de son principal créancier, le groupe Liberty Steel annonce ce lundi se restructurer. Le site luxembourgeois et son homologue de Liège intégreront l'entité basée en Roumanie.

Et de l'avis même de Franz Fayot (LSAP), il n'y a guère plus de visibilité aujourd'hui que ces semaines dernières sur ce qui attend l'usine, rachetée en 2019 par le groupe industriel alors conduit par Sanjeev Gupta. Le chômage partiel reste de mise (85 équivalents temps plein sur 220 postes) et toujours pas de possibilité de miser sur une reprise par un autre investisseur solide. «Reste que l'on sent bien que le gouvernement fera tout pour éviter une liquidation», commente le député André Bauler (DP), président de la commission Economie.

Pour l'heure donc, l'exécutif luxembourgeois «maintient les échanges». Aussi bien avec les partenaires sociaux que les financiers qui tentent de sauver le groupe de la débâcle. Des relations existant aussi avec des investisseurs prêts à récupérer les sites de Liège et Dudelange à la production intimement liée, «mais cela ne se dit pas sur la place publique».

Pas dans l'arsenal du gouvernement

«Fayot nous a assuré que les salaires des employés semblaient assurés pour juillet-août. Mais après?», interroge Laurent Mosar. Pour le député CSV, une lueur d'espoir a été aperçue du côté de la Commission européenne. «Enfin, une légère ouverture», relativise le parlementaire d'opposition. En effet, face à l'impasse financière, la commissaire à la concurrence (Margrethe Vestager)  interpellée sur ce dossier pourrait accorder une certaine flexibilité dans la reprise de l'usine dudelangeoise par son ancien propriétaire, ArcelorMittal.

«Mais une clause fixe à dix ans, l'interdiction d'une pareille opération, rappelle André Bauler. Et à ce stade, le ministre Fayot juge très improbable cette piste». Mais ce recours n'est pas abandonné...


21.3. Wi/ITV Guardian , Guus Boekhoudt / et nouv siege Bertrange Foto:Guy Jallay
L'Etat amène Guardian à investir à Bascharage
D'ici 2023, le site spécialisé dans la production de verre plat disposera d'un nouveau four voué à faire perdurer la production au Grand-Duché «pour les 15 à 20 prochaines années». Un investissement de près de 100 millions d'euros financé en partie par une aide étatique.

Tout comme le scénario d'une nationalisation continue à être évoqué. Même Laurent Mosar, «pour éviter le pire, la fermeture», ne s'y opposerait pas. En tout cas, le député CSV évoque librement la possibilité. «Cela ne fait pas de moi un ami de François Mitterrand», sourit l'intéressé en évoquant le souvenir du président français qui, dans les années 80, avait nationalisé toute la sidérurgie française.

Un actionnariat d'Etat à 100%? Même un socialiste comme Franz Fayot n'y croit guère : «Cela ne figure pas dans l'arsenal du gouvernement». Reste donc l'éventualité d'une participation partielle, un peu à l'image de ce qui s'était produit pour l'entreprise Paul Wurth après la crise de 2008. La Société nationale de crédit et d'investissement, que contrôle l'Etat, pourrait par exemple entrer dans le capital au côté d'un investisseur privé. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Parce que sa fabrication impose de grandes consommations d'énergie et de lourds prélèvements de ressources naturelles, le ciment n'est pas le matériau le plus écologique qui soit. Mais cela pourrait changer si...
Pour assurer son avenir malgré la faillite de son principal créancier, le groupe Liberty Steel annonce ce lundi se restructurer. Le site luxembourgeois et son homologue de Liège intégreront l'entité basée en Roumanie.
Ce lundi, l'univers des datas luxembourgeois s'est encore agrandi avec la mise en service d'un premier superordinateur. L'équipement, capable de calculer à des vitesses impressionnantes, doit être un atout pour la recherche et le développement des entreprises.
Wi , WO fr , Bissen , Luxconnect , Einweihung MeluXina , Erster Supercomputer in Luxemburg , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
La Fedil a sondé le tissu industriel luxembourgeois sur ses attentes en matière de recrutement. Et, aucun doute, les personnels disposant d'un diplôme d'aptitude professionnelle seront fort recherchés.