Changer d'édition

Inauguration du 6zero1: Le Luxembourg a son incubateur social
Économie 3 min. 15.03.2017

Inauguration du 6zero1: Le Luxembourg a son incubateur social

Gontran Poirot, à gauche, est l'unique salarié de cette structure à impact social: il dirige l'incubateur qui peut accueillir une petite vingtaine de projets innovants

Inauguration du 6zero1: Le Luxembourg a son incubateur social

Gontran Poirot, à gauche, est l'unique salarié de cette structure à impact social: il dirige l'incubateur qui peut accueillir une petite vingtaine de projets innovants
Guy Jallay
Économie 3 min. 15.03.2017

Inauguration du 6zero1: Le Luxembourg a son incubateur social

Thierry LABRO
Thierry LABRO
Les petites graines de l'innovation sociale deviendront de belles plantes pour oxygéner une économie du profit asphyxiée: c'est l'espoir du 6zero1, à Differdange, un incubateur inauguré avec conviction par le grand-duc Henri et Maria Teresa et le ministre du Travail, mercredi matin.

par Thierry Labro

Sur la «piazza verde», du basilic, du persil et d'autres plantes attendent le soleil. Indifférent aux allées et venues sur le parking de ces anciens locaux d'Arcelor à Differdange, ce petit jardin «industriel» renvoie un message d'espoir aux six premiers entrepreneurs retenus pour le «6zero1». Cultivez, arrosez et espérez voir émerger de beaux projets pour rompre avec une économie du profit. 

L'incubateur pour l'innovation sociale est né de la volonté de Maria Teresa, par la Fondation du Grand-Duc et de la Grande-Duchesse, et de celle du ministre du Travail, Nicolas Schmit. Autour d'eux, ils ont fédéré l'Oeuvre nationale de secours Grande-Duchesse Charlotte, la Société nationale de crédit et d'investissement, l'Union luxembourgeoise de l'économie solidaire et sociale, la Chambre de commerce et un certain nombre de partenaires privés: Adoraweb, microlux, KPMG, ING, Compellio et Force.lu. 

400 euros par mois tout compris 

Restait à trouver le local. Longtemps en négociations avec des Milanais pour un autre projet, le 1535° a fini par abandonner et relancer Nadine Muller au ministère. «J'ai dit directement oui», s'amuse la maîtresse de cette cérémonie, hier matin. 

La symbolique est évidente. Ces anciennes terres du numéro 1 mondial de l'acier, aux racines luxembourgeoises et exemple du capitalisme moderne, portent en elles les germes du malaise: laissés pour compte, trajectoires professionnelles et personnelles fracassées sur l'autel de la productivité, perte de sens. 

Installer là une vingtaine de bureaux, une salle de réunion avec un rétroprojecteur, une cuisine, un bureau pour l'unique salarié de cette société d'impact sociétale (SIS), Gontran Poirot, c'est redécouvrir d'autres valeurs. 

Guy Jallay

Les six premiers y croient: 

  • «De Klenge Casino» ouvrira son hôtel ce week-end pour former aux métiers de l'hôtellerie et de la restauration ceux qui n'avaient aucune compétence; 
  • «Eis Epicerie», ouverte depuis un et demi à Soleuvre, travaillera sur son business model; 
  • «Inspirit», que l'on doit à une Finlandaise, veut créer des ateliers pour favoriser l'inclusion; 
  • «Jidderen», de la Britannique Aliza Kahn, rêve d'assurer de l'eau potable aux pays en développement et d'automatiser intelligemment les arrosages; 
  • «Nouvelles perspectives» reconnectera des exclus du marché du travail à Bascharage;
  • «Delecto», de la Brésilienne Candida Nedego, entend former aux risques du surendettement dès le plus jeune âge, prévenir au lieu de guérir. 

Tous ont accepté de payer 400 euros par mois, hébergement et formations comprises, pour travailler avec le soutien de tous les partenaires, qui y jouent eux-mêmes leur responsabilité sociale. 

Inspiring More Sustainability organisera des ateliers de compétences. Au menu, par exemple, comment connecter des handicapés et des banquiers qui cherchent à remplir leurs obligations sociales. 

Guy Jallay

Un nouvel appel à projets a été lancé hier jusqu'au 30 avril, une quinzaine de places sont encore disponibles. 

La Ville de Metz et le président du Département de la Meurthe-et-Moselle, le Nancéien Matthieu Klein, étaient présents hier avant une réunion le 2 mai. Car ce jardin de l'innovation sociale de demain intéresse déjà bien au-delà du seul Luxembourg. 

Pour aller plus loin

Le ministère du Travail a rendu publique mardi une adresse pour trouver toute la documentation qui pourrait être utile aux porteurs de projet.


Sur le même sujet

Kreativwirtschaft in Luxemburg: Sie nennen es Arbeit
Ob 1535°, das Technoport oder Initiativen wie Bamhaus – seit einiger Zeit ist der Begriff der Kreativwirtschaft en vogue. Auch das Wirtschaftsministerium sieht darin großes Potenzial. Das Kreative wird zur Arbeit und die Kunst zum Beruf.