Changer d'édition

«Il faut faire le dos rond, ça va passer»
Économie 3 min. 26.03.2020 Cet article est archivé

«Il faut faire le dos rond, ça va passer»

«A la fin, on venait tous avec la peur au ventre au travail.Ce n'était plus viable», témoigne Franck Fuss.

«Il faut faire le dos rond, ça va passer»

«A la fin, on venait tous avec la peur au ventre au travail.Ce n'était plus viable», témoigne Franck Fuss.
Photo: DR
Économie 3 min. 26.03.2020 Cet article est archivé

«Il faut faire le dos rond, ça va passer»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le conseil sort de la bouche de Franck Fuss, dirigeant notamment de For-Sci-Tech au Luxembourg. Pour lui, le secteur de la construction a une chance de s'en tirer. Sa chance venant du nombre important de chantiers en cours, à finir et tous ceux à venir.

Surtout maintenir le contact avec les équipes et la dynamique de l'entreprise. Voilà la règle d'or suivie par Franck Fuss depuis que les chantiers de construction ont fermé leurs grilles au Luxembourg. Il a alors dû placer la cinquantaine d'employés de For-Sci-Tech au chômage partiel. Un épisode que le chef d'entreprise entend passer en veillant sur la santé et le moral de ses salariés mais aussi «en continuant à sortir des devis, à répondre à des appels d'offre, faire tourner le bureau d'études en attendant que les gars retournent sur le terrain».

Pour l'instant, comme de nombreux patrons de société du secteur de la construction, Franck Fuss entend laisser passer l'orage. «Honnêtement, le carnet de commandes était plein. Je sais donc bien qu'en sortie de crise le travail nous attend, ça aide à tenir le coup.» Chantier du tram, bâtiment Adenauer au Kirchberg, réfection du lycée Michel Rodange, tour Omnia à Belval, des ponts ici et là à démanteler : il faudra bien que tout cela se fasse. Si ce n'est pas demain, après-demain.


WO fr , Chantiers Ville de Luxembourg , Neudorf  , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
L'arrêt des chantiers concerne plus de 30.000 personnes
Les travailleurs du bâtiment vont débrayer ce vendredi. C'est donc une grosse partie de l'économie du pays qui va hiberner. Cette décision, qui touche de très nombreux chantiers, aura des conséquences futures.

Dans cette crise sanitaro-économique, le chef d'entreprise a aussi été réconforté en voyant que ses grands donneurs d'ordre ont pris soin de régler leurs factures rapidement. Assurant par là même «un peu de trésorerie bienvenue quand il faut tout de même payer 20% de la masse salariale alors que rien ne rentre».

La fameuse «solidarité indispensable» dont a parlé le ministre des Classes moyennes, Lex Delles (DP) lors de la présentation du Plan de stabilisation, existerait donc bien. Même ses banquiers l'ont contacté pour l'assurer de leur mansuétude. Des gestes qui réconfortent au milieu d'une actualité plutôt sombre.

Pragmatisme salué

Pour Franck Fuss, l'avenir serait presque plus préoccupant que le présent. C'est qu'il faudra vite se retrousser les manches quand «l'entonnoir dans lequel sont tombés tous les chantiers» va se déboucher. Au point d'ailleurs qu'en ce début de printemps, l'entrepreneur doute que 2020 puisse se poursuivre avec l'instauration d'un congé collectif en été. Trop de retards à rattraper dans les travaux; trop d'argent à récupérer pour rembourser ce que les uns et les autres doivent.

Au passage, ce responsable de plusieurs autres entreprises (au Grand-Duché, dans l'Hexagone et en Belgique) salue le rôle de l'Etat luxembourgeois. Ce n'est pas tant l'ampleur des aides qui l'impressionne (8,8 milliards d'euros tout de même) mais le pragmatisme des mesures. «Je vis aussi avec ce qui se passe dans les pays voisins, et là c'est nettement plus approximatif», salue le Français reconnaissant.


Centre de tri Bettembourg Amazon, Post, Bettembourg, le 11 Juillet 2017. Photo: Chris Karaba
La Poste submergée par les commandes en ligne
Depuis le début des mesures de confinement imposées par le gouvernement, les consommateurs se ruent sur les sites de e-commerce. Face à la multiplication du nombre de colis, la compagnie publique doit s'adapter.

 Et de conclure sur l'espoir que le quotidien retrouve au plus vite son cours avec ses travaux (agaçants parfois, non?) et ses petites joies. «Je suis également propriétaire d'un restaurant et j'ai hâte d'ouvrir à nouveau. Après le confinement, les gens auront envie de se retrouver, de fêter, de manger. Vous verrez, on retrouvera vite le sourire», pronostique déjà Franck Fuss. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les pompes funèbres revoient leurs procédures
Prise en charge des dépouilles avec protections de rigueur, contact restreint avec les familles, obsèques en petit comité : les employés en charge des convois mortuaires ont vu leur métier bouleversé par l'épidémie de covid-19.
An undertaker wearing a face mask and overalls unloads a coffin out of a hearse on March 16, 2020 at the Monumental cemetery of Bergamo, Lombardy, as burials of people who died of the new coronavirus are being conducted at the rythm of one every half hour. (Photo by Piero Cruciatti / AFP)
Luxlait veut voir le verre à moitié plein
Crise ou pas, la coopérative continue à collecter le lait dans 350 élevages, fabriquer ses 250 produits frais et en assurer la commercialisation. Mais chaque jour elle s'adapte à un marché plus restreint et totalement nouveau.