«Il faudra collectivement mettre en question certains acquis»

Carlo Thill, co-président du comité de direction de la BGL, a affirmé vendredi qu'il partageait l'analyse d'Ernst Wilhelm Contzen, patron de la Deutsche Bank et de l'ABBL, sur le fait qu'il faudra remettre en question certains acquis de la place financière.

Carlo Thill président le comité de direction de la BGL et est également vice-président de l'ABBL (association luxembourgeoise des banques et banquiers, Luxembourg).
Carlo Thill président le comité de direction de la BGL et est également vice-président de l'ABBL (association luxembourgeoise des banques et banquiers, Luxembourg).
Photo d'archive: Anouk Antony

(lc) - «Je suis d'accord avec son analyse sur le fond», a déclaré Carlo Thil en marge de la présentation des résultats annuels de la BGL, «Le paysage bancaire est en profonde mutation».

Le constat de Carlo Thill, qui est aussi vice-président de l'ABBL (association luxembourgeoise des banques et banquiers, Luxembourg), est simple: la banque privée au Luxembourg fait face à de profonds changements tandis que l'industrie des fonds est très exposée à la concurrence internationale.

Dans le même temps, le Luxembourg connaît «une hausse des coûts proportionnellement plus élevée qu'ailleurs». Or, dans un context de concurrence internationale accrue, le coût de la main d'oeuvre est clairement un désavantage pour le Grand-Duché.

Le pays a d'ailleurs déjà fait les frais de décisions de grands groupes de délocaliser des activités dans des centre financiers où le coût du travail est moins élevé.

«Devenir concurrentiel par rapport aux pays voisins»

«Le secteur devra devenir concurrentiel par rapport aux pays voisins», estime Carlo Thill. «Il faudra collectivement mettre en question certains acquis».

Ce discours n'est pas nouveau et les résultats de la BGL présentés ce vendredi montre qu'une banque luxembourgeoise peut très bien tirer son épingle du jeu dans un contexte international difficile.

Il fait écho à des inquiétudes régulièrement soulevées sur la place financière. Ces propos ne manqueront en tout cas pas d'alimenter le débat sur l'indexation des salaires au Luxembourg.