Changer d'édition

Google reste bien mystérieux sur l'or bleu
Économie 3 min. 06.10.2020

Google reste bien mystérieux sur l'or bleu

Le futur centre de données de Google aura besoin de beaucoup d'eau pour s'assurer un bon fonctionnement.

Google reste bien mystérieux sur l'or bleu

Le futur centre de données de Google aura besoin de beaucoup d'eau pour s'assurer un bon fonctionnement.
Source Google
Économie 3 min. 06.10.2020

Google reste bien mystérieux sur l'or bleu

Le futur centre de données du géant américain, qui doit s'implanter à Bissen, s'annonce énergivore en ressources naturelles. Mais à l'heure actuelle aucun chiffre n'a filtré sur ses besoins en eau.

(ER avec E.D.) - Le projet Google poursuit son chemin. Si la commune de Bissen doit se prononcer prochainement sur la modification de son Plan d'aménagement particulier (PAP) en vue de l'obtention du permis de bâtir, d'autres éléments ne sont pas encore très clairs. Le site Luxemburger Times s'est notamment penché sur la consommation d'eau que pourrait engendrer une telle infrastructure dans un contexte où l'eau potable apparaît plus précieuse que jamais.

Selon nos confrères, le nouveau centre de données pourrait consommer 10 millions de litres d'eau chaque jour. Ce qui représente près de 8% de l'eau potable du pays, soit la quantité consommée par plus de 75.000 Luxembourgeois par jour. Pour faire face à la demande, le pays peut certes compter sur ses équipements existants et l'amélioration de certains outils comme la station du SEBES à proximité du barrage d'Esch-sur-Sûre. Opérationnel à plein régime en 2022, le site va accroître ses capacités d'un tiers et produire quotidiennement quelque 110.000 m3. 


Le Centre culturel Frounert a fait le plein de citoyens inquiets de l'implantation d'un centre données de Google à Bissen
Le data center de Google suscite bien des interrogations
Le scepticisme prévaut chez les citoyens de Bissen, conviés jeudi soir par le géant américain de l'internet à une séance d'information sur le projet d'implantation d'un centre de données. Google n'avait pas toutes les réponses à leurs questions.

Un atout certainement dans le cas où Google validait son arrivée au Grand-Duché.  Mais à l'heure actuelle, la consommation exacte du futur Data Center reste inconnue. D'ailleurs, l'entreprise met tout en oeuvre pour garder secrets les besoins en eau de son centre de données. 

Le porte-parole de Google, Michiel Sallaets, n'a pas donné plus de détails. Il a juste rappelé au Luxemburger Times que «des études ont été faites» et que «les résultats seront partagés avec les autorités locales et nationales tout en veillant à ce que les préoccupations du public soient prises en compte». 

Secret d'Etat

Pourtant en juin, le groupement environnemental Mouvement Écologique qui s'est tourné en juin vers les tribunaux pour forcer la divulgation publique d'un document pouvant décrire l'usage prévu de l'eau par le centre de données, a pourtant eu gain de cause. Mais depuis, aucune information n'a filtré comme si Google prenait un malin plaisir à vouloir dissimuler la réalité.  

Pourtant, les demandes en eau du projet devront être mentionnées dans une étude d'impact sur l'environnement rappelle le ministère de l'Environnement. Il n'empêche que tôt ou tard, il faudra bien lever un coin du voile sur la quantité d'eau qui sera utilisée par le site de Bissen. Mais aussi sa provenance. 


Hier soll das künftige Google-Datenzentrum entstehen.
Transparence obligatoire autour du projet Google
La Commission d'accès aux documents a tranché. Le gouvernement et la commune de Bissen disposent d'un mois pour dévoiler les contours de l'accord signé avec le géant américain, notamment en ce qui concerne le devenir des terrains en cas d'abandon du projet de data center.

Il y a deux ans, une étude environnementale avait souligné qu'il était préférable d'utiliser les ressources de l'Alzette - à environ deux kilomètres du site - afin de protéger l'écosystème de la rivière Attert, distante d'environ 200 mètres du futur site. Une approche partagée notamment par l'Administration de la gestion de l'eau.

Mais d'autres possibilités restent possibles. Google envisageait d'agrandir un centre de traitement des eaux usées et ainsi détourner l'eau non potable vers le centre de données avant de la renvoyer dans l'Alzette. Autre idée évoquée: les eaux usées de l'usine laitière Luxlait pourraient aussi être utilisées comme eau de refroidissement. Deux options que Michiel Sallaets a refusé d'évoquer. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La décision de Bissen sur Google attendue mi-octobre
Dès réception du plan d'aménagement particulier modifié, le conseil communal se prononcera sur l'installation du géant américain sur le territoire dans une quinzaine de jours. En jeu, la délivrance du permis de bâtir.
Baugrundstück für Google Filiale in Bissen.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«Si Google parvient vite à acquérir 33 hectares...»
Chercheur en géographie sociale au Liser, Antoine Paccoud a été le premier à démontrer que seules 16.000 personnes possèdent 65% des terrains constructibles au Grand-Duché. En amont d'un nouvel échange à la Chambre sur l'immobilier, il évoque les possibilités pour faire évoluer la donne.
online.fr, Gespräch mit Antoine Paccoud, neues Gebäude Luxemburger Wort  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le projet Google transparent seulement pour les députés
Si le Parlement a eu accès ce jeudi à la déclaration d'intention confidentielle du gouvernement, l'exécutif a en revanche décidé de ne pas rendre les documents publics. Au grand dam du Mouvement écologique, qui avait pourtant obtenu gain de cause devant la Commission d'accès aux documents.
WI,PK Google Project Luxembourg.Fabien Vieau , Frederic Descamps,.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le covid-19 affecte aussi la venue de Google à Bissen
La saga de l’installation d’un data center va connaître de nouveaux développements. En raison de la pandémie de coronavirus, la commune hôte du géant américain devrait différer sa décision finale à l’automne. Rappel des faits.
Google ne compte pas que des amis à Bissen
Le délai pour s'opposer à l'installation prochaine d'un centre de données de Google à Bissen a expiré. Au total, 170 avis négatifs ont été recensés. Le manque de transparence du dossier suscite encore et toujours de nombreuses interrogations.
The Google logo is seen January 8, 2020 at the 2020 Consumer Electronics Show (CES) in Las Vegas, Nevada. (Photo by Robyn Beck / AFP)
Opération séduction de Google à Bissen
Le géant américain du numérique a décidé d’aller à la rencontre des Bissenois, ce jeudi soir. La firme américaine devrait lever une partie du voile quant à ses projets de construction de deux data centers.
Google au Luxembourg
Le géant du web a sélectionné le Grand-Duché comme site d’implantation potentiel pour un nouveau data center en Europe. Des terrains ont été achetés par Google à Bissen.