Changer d'édition

Google créera un nouveau data center côté belge
Économie 2 min. 03.06.2019

Google créera un nouveau data center côté belge

Google créera un nouveau data center côté belge

Photo: Google
Économie 2 min. 03.06.2019

Google créera un nouveau data center côté belge

Marc AUXENFANTS
Marc AUXENFANTS
Le géant américain a annoncé ce lundi la construction d'un centre de gestion de données sur le site de Saint-Ghislain, près de Mons, pour un coût de 600 millions d'euros. Ce dernier devrait être opérationnel en 2021.

Alors que côté luxembourgeois la venue de Google à Bissen ne fait pas l’unanimité et reste au point mort, le groupe Internet américain accélère sa présence en Belgique avec l’ouverture d’un quatrième data center d'ici à 2021 à Saint-Ghislain près de Mons, selon un communiqué dévoilé par le groupe ce lundi matin. Le projet d'un coût de 600 millions d'euros «portera l'investissement total en Belgique à 1,6 milliard d'euros», a par ailleurs précisé ce dernier. 

Sur ce même site wallon, Google avait déjà ouvert un premier data center en 2010, suivi d’un second en 2015. En février 2018, il avait annoncé la construction d'un troisième data center, prévu pour être opérationnel mi-2019. Contacté par wort.lu, sur l'avancement de la construction du data center du groupe à Bissen, Michiel Sallaets, le communications manager Benelux de Google n'a pas souhaité faire de commentaire sur le sujet.

Dans le viseur aux États-Unis

La Belgique a été le premier pays européen à accueillir un data center de Google. Depuis, Eemshaven aux Pays-Bas, Dublin en Irlande et Hamina en Finlande ont suivi. Le géant technologique emploie environ 350 personnes (hors ouvriers de la construction) en Belgique. Suite à cette annonce, Charles Michel, le Premier ministre a réagi sur Twitter la saluant d’«excellente nouvelle pour la Wallonie et la Belgique».

Moins glorieux pour Google, le ministère américain de la Justice prépare une enquête anti-monopole, avait indiqué vendredi le Wall Street Journal. La division chargé des questions «antitrust» devrait bientôt «examiner de près les pratiques commerciales» du géant d'internet concernant son moteur de recherche et d'autres activités, selon des sources anonymes citées par le quotidien américain. Déjà visé par des amendes en Europe pour des pratiques anticoncurrentielles, le groupe américain fait l’objet d'appels au démantèlement aux Etats-Unis.

En mars dernier, la Commission européenne avait infligé pour la troisième fois en moins de deux ans une forte amende à Google, en la personne de Margrethe Vestager la commissaire européenne à la Concurrence, pour causes de pratiques anticoncurrentielles répétées dans l'Union européenne. Le géant américain de l'internet fait partie des firmes les plus lourdement sanctionnées par la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, depuis son entrée en fonction en novembre 2014. Au total Google a été sommé de payer 8,25 milliards d'euros à l'UE.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Débat prématuré à propos de Google à la Chambre
Les partis d'opposition voulaient confronter le gouvernement à de nombreuses questions critiques, mercredi, sur le projet d'implantation du data centre de Google à Bissen. L'ennui, c'est que le gouvernement n'a guère pu fournir de réponses.
ARCHIV - 08.05.2018, USA, Mountain View: Das Logo von Google an der Fassade des Hauptsitzes des Mutterkonzerns Alphabet. Google will mit einem Streaming-Dienst für Videospiele ins Games-Geschäft einsteigen. Foto: Christoph Dernbach/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Google mis à l'amende
La Commission européenne a infligé mercredi pour la troisième fois en moins de deux ans une forte amende au géant américain de l'internet, l'accusant de nouveau de pratiques anticoncurrentielles dans l'UE.
ARCHIV - 08.05.2018, USA, Mountain View: Das Logo von Google an der Fassade des Hauptsitzes des Mutterkonzerns Alphabet. Google will mit einem Streaming-Dienst für Videospiele ins Games-Geschäft einsteigen. Foto: Christoph Dernbach/dpa +++ dpa-Bildfunk +++