Changer d'édition

Google a transféré près de 20 milliards d'euros aux Bermudes en 2017
Économie 04.01.2019 Cet article est archivé

Google a transféré près de 20 milliards d'euros aux Bermudes en 2017

Google a transféré près de 20 milliards d'euros aux Bermudes en 2017

REUTERS
Économie 04.01.2019 Cet article est archivé

Google a transféré près de 20 milliards d'euros aux Bermudes en 2017

Le géant américain Google a transféré en 2017 19,9 milliards d'euros des Pays-Bas vers une société écran aux Bermudes, évitant à l'entreprise des milliards de dollars d'impôts, selon des documents officiels cités par le quotidien financier néerlandais FD.

AFP - Google, filiale d'Alphabet Inc., a ainsi transféré vers ce qui est considéré comme un paradis fiscal, 4 milliards de plus par rapport à 2016. Ces chiffres sont issus des comptes annuels de la société basée aux Pays-Bas Google Netherlands Holding, déposés à la Chambre de commerce néerlandaise à la fin de l'année 2018.

La technique d'optimisation fiscale utilisée, composée du «Double Irish» (le «double Irlandais») et du «Dutch Sandwich» (le «sandwich néerlandais»), consiste à transférer des revenus d'une filiale irlandaise vers une entreprise néerlandaise sans employé, et ensuite vers une boîte aux lettres aux Bermudes possédée par une autre société enregistrée en Irlande.

«Nous payons toutes les taxes que nous devons et nous conformons aux règles fiscales de tous les pays dans lesquels nous opérons à travers le monde», a indiqué Google dans un communiqué. «Google, comme d'autres sociétés multinationales, s'acquitte de l'essentiel de ses impôts sur les bénéfices dans son pays d'origine et nous avons réglé un taux d'impôt effectif mondial de 26% au cours des 10 dernières années», a ajouté le géant américain.

Google, mais aussi Apple, Facebook et Amazon - l'ensemble étant souvent désigné sous l'acronyme GAFA -, sont régulièrement accusés de pratiquer l'optimisation fiscale grâce à des montages financiers. Ces entreprises transfèrent des bénéfices réalisés dans toute l'UE dans un seul Etat membre, comme l'Irlande ou le Luxembourg, où elles bénéficient d'un taux d'imposition avantageux.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Google règle ses comptes avec la France
Un accord «historique» selon Bercy: le géant américain de l'internet, qui était visé par une enquête pour fraude fiscale, a accepté jeudi de verser un milliard d'euros pour solder l'ensemble de ses contentieux avec le fisc français.
(FILES) In this file illustration photo taken on July 10, 2019, the Google logo is seen on a phone in Washington, DC. - US internet giant Google has agreed a settlement totalling 945 million euros ($1.0 billion) to settle a tax dispute in France under an agreement announced in court on September 12, 2019. The company will pay a 500-million-euro fine for tax evasion, as well as a further 465 million euros to settle claims with French tax authorities. (Photo by Alastair Pike / AFP)
Le G20 veut taxer davantage les géants du numérique
Les ministres des Finances et banquiers centraux des pays du G20 ont promis de «redoubler d'efforts» pour réformer la taxation des «Gafa» comme Google et Facebook, critiqués pour leurs pratiques d'optimisation fiscale.
Luxembourg Leaks: Le Luxembourg dans le collimateur
Des accords fiscaux secrets entre le Luxembourg et 340 multinationales, dont Apple, Amazon, Ikea, Pepsi ou Axa, afin de minimiser leurs impôts, sont révélés jeudi par 40 médias internationaux s'appuyant sur des documents obtenus par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ).
Pierre Gramegna, ministre des finances, donnera ce jeudi à 15 heures, une conférence de presse sur les accords fiscaux qui intriguent la Commission européenne.