Changer d'édition

Franz Fayot pousse à l'investissement
Économie 3 min. 22.05.2020

Franz Fayot pousse à l'investissement

Franz Fayot a présenté trois outils devant soutenir les investissements des sociétés via 30 millions d'euros d'aides possibles.

Franz Fayot pousse à l'investissement

Franz Fayot a présenté trois outils devant soutenir les investissements des sociétés via 30 millions d'euros d'aides possibles.
Photo : Chris Karaba
Économie 3 min. 22.05.2020

Franz Fayot pousse à l'investissement

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le ministre de l'Economie, via les mesures du plan "Neisttart Lëtzebuerg", ne souhaite pas voir les entreprises dans la crainte d'avancer et «rester assises sur leurs liquidités».

«Nos bases sont saines, notre socle économique solide et la stratégie de sortie de crise du gouvernement fiable.» Voilà une leçon de positivisme signée Franz Fayot. Alors que l'Etat a choisi de débloquer près de 800 millions d'euros pour relancer l'activité nationale, le ministre de l'Economie veut croire en des jours meilleurs. «Et veut surtout le faire croire aux entrepreneurs : 1970-80, la crise sidérurgique, 2008-12 la crise financière: le Luxembourg a toujours su trouver de nouvelles voies pour se relancer.» 

Voilà pour l'intention, place à la méthode. Essentiellement, le plan "Nouveau démarrage Luxembourg" passera par des encouragements à investir pour les entreprises. PME ou grandes firmes pourraient ainsi bénéficier de soutiens pouvant aller jusqu'à 800.000 euros. «Nous soutiendrons à 50% les investissements pour l'innovation, la digitalisation des processus, les nouvelles organisations, les initiatives allant dans le sens de l'économie circulaire», avance aussi le ministre.


Politik, Sommerinterview Pierre Gramegna, Minister der Finanzen, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Le Luxembourg met «5% de son PIB» sur la table
Le pacte de redémarrage, annoncé mercredi par le Premier ministre, a été détaillé par le ministre des Finances. Un plan supplémentaire de «700 à 800 millions d'euros» voué à permettre que tout le monde «joue le jeu des liquidités».

Même taux d'aides à prévoir pour les patrons qui voudraient améliorer l'efficacité énergétique des installations ou agir en faveur de la réduction d'émissions polluantes. Qui voudra investir dans de nouveaux équipements pour revoir sa ligne de production pourra encore venir toquer à la porte du ministère de l'Economie. Une enveloppe remplie de subventionnements (allant de 20 à 30% de la dépense selon la taille de l'entreprise) pourra être sollicitée. 

Au total, rien que sur ces trois dispositifs, Franz Fayot dispose de 30 millions d'euros de levier financier. Et le ministre socialiste de rappeler : «L'Etat a fait le choix de ne pas réduire les investissements publics (et même de les augmenter); les entreprises doivent suivre cet exemple. Je comprends qu'en période d'incertitude, elles hésitent mais il ne faut pas qu'elles restent assises sur leurs liquidités». Cela vaut pour aujourd'hui, et cela vaudra jusqu'au 1er décembre. Tout projet d'investissement présenté pouvant bénéficier -si recevable- de l'appui gouvernemental.

Objectif de relance

Avec Luxinnovation, dès la semaine prochaine, le gouvernement présentera aussi un programme d'accompagnement des entreprises, petites ou grandes. Il s'agira d'étudier avec les uns et les autres l'état actuel et à venir de la société, analyser ses marchés et donc les possibles pistes de restructuration. De quoi assurer un objectif de relance soigneusement réfléchi. «Là encore le ministère de l'Economie prendra en charge la moitié de la dépense.»

Reste qu'aides ou pas, immanquablement certaines entreprises laisseront des plumes dans cette crise. Si pour l'heure, nulle faillite n'a encore été enregistrée (les services étant restés fermés pendant le confinement), des fermetures sont à redouter, ne cache pas le ministre. Il l'avait déjà maladroitement fait savoir au début de l'épidémie, cette fois, le remplaçant d'Etienne Schneider l'annonce avec plus de tact. Préférant se réjouir des dispositifs prolongés de chômage partiel, du soutien apporté à la relance des commerces ou de la limitation des licenciements imposée dans certains cas par l'Etat.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«L'erreur consisterait à réduire les dépenses publiques»
Outre les mesures d'aide directe aux secteurs en difficulté, le gouvernement a présenté mercredi un ensemble de mesures destinées à relancer l'économie via le renforcement ou la création d'aides financières, notamment à destination des ménages. Des aides tournées vers «la durabilité».
(de g. à dr.) François Bausch, Vice-Premier ministre
Changez de production, l'Etat vous aidera
Les aides destinées aux entreprises de l'industrie et de l’artisanat, qui comptent réorienter leur activité dans la lutte contre le coronavirus, ont été prolongées jusqu'en décembre 2020. Le but de la manœuvre étant de «relocaliser les productions stratégiques», selon Franz Fayot (LSAP).
An employee wearing a face mask works inside the PastryStar warehouse on May 4, 2020, in Laurel, Maryland. - At the Picou family's factory in Laurel, Maryland outside the US capital, the only workshop that is buzzing is usually reserved for making jams for baking. Now, it's churning out hand sanitizer. Before the coronavirus pandemic, PastryStar -- founded stateside in 1986 -- made a wide array of products for high-end baking, supplying everything from chic restaurants to cruise lines. (Photo by Olivier DOULIERY / AFP)