Changer d'édition

Finances publiques: la mise en garde du Conseil national
Économie 2 min. 20.06.2016 Cet article est archivé
2016-2020

Finances publiques: la mise en garde du Conseil national

2016-2020

Finances publiques: la mise en garde du Conseil national

Photo: Shutterstock
Économie 2 min. 20.06.2016 Cet article est archivé
2016-2020

Finances publiques: la mise en garde du Conseil national

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
Même si les finances du Luxembourg présentent à l’heure actuelle une situation globalement favorable, les perspectives à moyen terme se détériorent, selon le CNFP.

(CR) - Le Conseil national des finances publiques (CNFP), institution indépendante chargée d’évaluer les finances publiques du Luxembourg, a adopté le 10 juin dernier son «Evaluation des finances publiques» sur le Programme de stabilité et de croissance 2016-2020 (réforme fiscale) présenté par le gouvernement.

Verdict: pour le CNFP, même si les finances du Luxembourg présentent à l’heure actuelle une situation globalement favorable par rapport à d’autres pays, les perspectives à moyen terme se détériorent. 

La dette publique en légère augmentation

Les chiffres du programme de stabilité et de croissance 2016-2020 montrent que l’évolution du solde nominal et du solde structurel des administrations va se dégrader à partir de 2017. Les finances luxembourgeoises évolueront de manière moins positive que prévu. 

La dette publique devrait augmenter sensiblement sur la période 2016-2020 en raison de déficits plus importants de l’administration centrale. Compte tenu des prévisions de croissance relativement positives, l’endettement exprimé par rapport au PIB n’évoluerait cependant que faiblement.

Source: ministère des Finances, STATEC

La principale règle budgétaire nationale devrait être respectée sur toute la période, étant donné que le gouvernement a abaissé son objectif budgétaire à moyen terme de +0,5% à -0,5% du PIB, à partir de 2017. 

Le gouvernement a ainsi implicitement endossé la nouvelle projection démographique de 1,1 million d’habitants d’ici 2060 ainsi qu’un objectif de 60% du PIB en matière de dette publique.

Le CNFP recommande cependant la poursuite d’objectifs budgétaires plus ambitieux: l’hypothèse de développement retenue par le gouvernement exige en effet une croissance économique permanente avec création d’emplois, d’infrastructures, de logements et d’équipements collectifs, pour accueillir un afflux continu de nouveaux résidents.

La Sécurité sociale en excédent de 900 millions d'euros

Selon le CNFP, l’excédent de la Sécurité sociale connaîtra une légère augmentation dès 2017 et se stabilisera par la suite à un surplus proche de 900 millions d’euros. 

Source: IGSS, CNFP

La situation excédentaire de la Sécurité sociale s’explique par deux phénomènes dont la durabilité est loin d’être assurée:

  • Le dynamisme de l’économie luxembourgeoise a par le passé impliqué une très forte création d’emplois qui fait que les cotisations dépassent à l’heure actuelle de manière significative les prestations. A moins que cette évolution conjoncturelle favorable se poursuive de manière soutenue et que le nombre de cotisants continue ainsi d’augmenter, un rééquilibrage entre cotisations et prestations s’installera à l’avenir comme les cotisants d'aujourd’hui seront les bénéficiaires de demain. Actuellement, les assurés sont deux fois plus nombreux que les bénéficiaires. 

  • L’excédent est de plus en plus porté par les «revenus de la propriété», soit pour l’essentiel des rendements générés par le Fonds de compensation, dont la part dans l’excédent de la Sécurité sociale ne cesse d’augmenter. 

L'évaluation complète peut être téléchargée sur le site du CNFP.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Conseil national des finances publiques (CNFP) a examiné l'évolution de la situation budgétaire du pays pour la période 2020 et 2021. Les nouvelles perspectives bousculent les prévisions budgétaires et invitent à une vigilance particulière sur le déficit budgétaire attendu.
Le ministre des Finances, Pierre Gramegna a présenté ce mercredi le dernier projet de budget de la coalition gouvernementale DP-LSAP-Les Verts devant la Chambre des députés. Dans un contexte économique favorable, le budget de l'Etat 2018 prévoit de «maintenir les investissements à un niveau élevé» et a été caractérisé par 3 maîtres-mots par le ministre: «qualité de vie, compétitivité et continuité».
Pierre Gramegna: «Sans renoncer à l’objectif d’assainissement des finances publiques, nous avons réussi à maintenir les investissements à un niveau élevé».
Le ministre des Finances à la Chambre
«Le Luxembourg remplit et surpasse tous les critères européens», a assuré Pierre Gramegna en présentant le Programme de stabilité et de croissance (2017-2021). Les «chiffres sont bons» et le gouvernement table sur une «nouvelle accélération de créations d'emplois» en 2017 et 2018.
Pierre Gramegna a expliqué que l'emploi continuera d'augmenter au Luxembourg cette année (3,2%) et l'an prochain (3,4%).
Nima Ahmadzadeh, fonctionnaire du ministère des Finances, a été nommé secrétaire général du nouveau gendarme des finances publiques. Cette structure imposée par les textes européens veille au respect des engagements budgétaires du gouvernement. Elle est présidée par Romain Bausch, ancien directeur de SES.
Le Conseil national des finances publiques nomme Nima Ahmadzadeh en tant que secrétaire général.