Changer d'édition

Faute de ravitaillement, le bâtiment tire la langue
Économie 4 min. 01.06.2021

Faute de ravitaillement, le bâtiment tire la langue

Sept en mai, onze en juin : le nombre d'entreprises du bâtiment admises au chômage partiel va crescendo. Comme les prix des matériaux.

Faute de ravitaillement, le bâtiment tire la langue

Sept en mai, onze en juin : le nombre d'entreprises du bâtiment admises au chômage partiel va crescendo. Comme les prix des matériaux.
Photo : AFP
Économie 4 min. 01.06.2021

Faute de ravitaillement, le bâtiment tire la langue

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Onze entreprises luxembourgeoises du secteur de la construction admises au chômage partiel alors que les carnets de commande sont pleins : voilà la réalité d'un secteur dynamique mais terriblement fragilisé par la crise des matières premières.

«Nos entreprises se retrouvent suspendues dans le vide.» L'analyse est signée Pol Faber, secrétaire général du Groupement des entrepreneurs. Quelques mots qui traduisent l'incertitude qui plane depuis de longues semaines sur le secteur de la construction «et dont on ne voit pas le bout». En effet, avec la reprise de l'activité économique mondiale certains matériaux ont soudainement vu leur cours bondir, et même certains produits devenir introuvables. Isolation pour façades, bois pour menuiseries aussi bien que planchers et maintenant treillis : les fournisseurs n'ont plus rien en stock. Pire : aucune date de réassort en vue.


La construction, cet autre pilier du Luxembourg
Si le secteur emploie près de 48.000 salariés, représente un poids direct de 3,5 milliards d'euros et pèse 6% du PIB, il reste méconnu. Pourtant, en 2020, en pleine pandémie, ses entreprises ont créé 1.700 emplois, indique la Fondation Idea.

Résultat : le secteur, qui avait passé la crise covid plutôt correctement, se retrouve genou à terre. Le dernier comité de conjoncture a déjà validé les demandes de sept sociétés à bénéficier du chômage partiel pour la fin mai. «Ces entreprises occupent 430 salariés. Elles ont pu, pendant la deuxième moitié du mois, avoir recours au chômage partiel, chacune dans la limite des 10% du total des heures de travail normales. Ce qui devrait concerner approximativement 43 salariés (équivalents temps plein)», confirme le ministre du Travail. Un Dan Kersch (LSAP) qui sait aussi que onze autres dossiers ont déjà été validés pour juin. 

A chaque fois, les sociétés se retrouvent dans l'impossibilité de disposer des matériaux indispensables à leur activité (ou hors de prix). Elles doivent donc réduire la voilure. «Je viens de lire un article qui dit qu'en Allemagne le prix du bois a augmenté de 200 à 300% en quelques semaines. En tout cas pour ceux qui peuvent encore se procurer ce type de produit, et à ce prix-là... C'est insoutenable.»

Ce «vide» n'aurait pu durer que quelques semaines en début d'année, mais voilà plusieurs mois qu'il dure. D'où ces sociétés contraintes de mettre leurs chantiers sur pause, et demander à leurs ouvriers de rester à la maison. «Jusqu'à présent, le secteur n'a pas encore tendu la main pour réclamer des aides financières directes. Mais si cela persiste, il le faudra bien.» Il en va de la survie de l'activité d'un pan de l'économie employant de l'ordre de 54.000 personnes. A l'heure où le chômage tend à reculer, ce ne serait pas le moment de voir les entreprises du BTP faillir.


12.05.05 Foto fuer Terminseite, Haus, Holz, photo: Marc Wilwert
Les constructions en bois gagnent du terrain
Identifié comme un moyen d'accélérer la construction de nouveaux logements et de lutter contre le réchauffement climatique, le recours au bois se heurte toutefois à des difficultés au Luxembourg. Que ce soit la flambée des prix ou le flou réglementaire en vigueur.

Lundi 7 juin, Fédération des artisans et Groupement des entrepreneurs ont rendez-vous avec le ministre des Travaux publics. A François Bausch (Déi Gréng), la profession entend rappeler l'urgence de la situation. La prolongation des mesures de chômage partiel pour le secteur ne devrait guère poser de problème, par contre il reste des points à éclaircir. La loi prévoit en effet des pénalités en cas de retards sur les chantiers. Cette crise des matériaux ne constitue-t-elle pas «un cas de force majeure» qu'il faudrait prendre en compte pour éviter que les entreprises n'aient à subir de sanctions financières?

Par ailleurs, la profession entend convaincre le vice-Premier ministre de la nécessité de débloquer plus facilement le paiement des avances. «Au moins en ce qui concerne les chantiers publics», insiste Pol Faber. Cette arrivée de liquidités anticipée permettrait à certaines entreprises fragilisées de retrouver un peu de trésorerie. Des fonds utiles pour assurer l'achat de matériaux -même onéreux- afin que les travaux à mener se poursuivent. Au moins jusqu'à l'arrivée du congé collectif. Un «break» qui cette année doit avoir lieu du 30 juillet au 22 août.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La rencontre organisée entre ministre des Travaux publics et représentants des acteurs de la construction a abouti à un accord de principe. Celui de soulager une partie des contraintes qui pèsent sur les entreprises actives sur les marchés publics en raison de la pénurie de matériaux.
Lokales, Pariser Platz, place de Paris, Baumpflanzaktion, Bäume werden gepflanzt, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Au vu de l'évolution de l'inflation, le Statec a révisé la date possible d'une prochaine réévaluation automatique des salaires. Ainsi, les fiches de paie pourraient gonfler de 2,5% d'ici la fin de l'année.
Worker poses the gaskets prior installs a skyroof of a motorhome made from a Fiat "Ducato" van, in the factory of the Pilote group, in Longuenee-en-Anjou, western France, on May 05, 2021. - With its 680 employees, two production sites in France and one in Germany, the Pilote Group, which builds 5,800 campervans and converted vans each year, became in 2020 the number 1 in France in terms of registration, in a boosted sector by the health crisis, which plunges the holidays under the sign of uncertainty (Photo by JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)
Les bâtiments publics luxembourgeois ont également un rôle à jouer dans la préservation de la ressource en eau. D'ailleurs depuis treize ans maintenant, la récupération des eaux de pluie est (presque) devenue un réflexe.
Wassergewinnung Greissen
La transition énergétique du Luxembourg est porteuse d’opportunités en termes d'emplois, et particulièrement dans le secteur de la construction et équipements domestiques. De l'utilité donc de former les compétences nécessaires.
Si le chiffre est relativement stable par rapport au mois dernier, le Comité de conjoncture demande au gouvernement d'autoriser certaines entreprises du secteur de la construction à pouvoir bénéficier du régime actuel pour fin mai-début juin.
23.04.2021, Thüringen, Gera: Ein Mann arbeitet in der Metallabteilung der Lebenshilfe Gera e.V. und bohrt dort ein Gewindestück. Werkstätten für Menschen mit Behinderung hoffen auf bessere Unterstützung. Foto: Bodo Schackow/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++