Changer d'édition

Fage, une consultation au goût de polémique
Économie 4 5 min. 28.07.2020

Fage, une consultation au goût de polémique

A elle seule, l'usine Fage pourrait absorber près de la moitié de la production annuelle des fermes du Luxembourg.

Fage, une consultation au goût de polémique

A elle seule, l'usine Fage pourrait absorber près de la moitié de la production annuelle des fermes du Luxembourg.
Photo : Shutterstock
Économie 4 5 min. 28.07.2020

Fage, une consultation au goût de polémique

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Quatre ans qu'a été dévoilé le projet du fabricant de yaourts grecs de s'installer à Bettembourg. Le dossier arrive, enfin, à l'étape de la consultation publique. A chacun de se faire un avis sur les gages avancés par cette usine dont l'impact sur l'environnement est redouté.

Huit gros classeurs, près de 900 pages : le dossier Fage est à la disposition de quiconque souhaite tout savoir sur l'implantation de l'usine de production de yaourts grecs la plus controversée du pays... La possible installation, car rien n'est fait. Alors qu'en 2016, le groupe laitier international annonçait une ouverture de son usine pour 2018, le terrain acquis sur la zone industrielle Wolser, à Bettembourg, reste vide. Tout juste vient-on d'entrer dans la phase de consultation publique, jusqu'au 12 août

Ensuite, encore faudra-t-il que l'industriel réponde aux remarques faites par les citoyens sur tel ou tel point. Après cette enquête commodo/incommodo, il faudra que les conseils communaux de Bettembourg et Dudelange se prononcent à leur tour (et ils ne sont pas forcément d'accord!). Enfin, les ministères concernés donneront -ou pas- leur feu vert. Autant dire qu'avant 2022, rien ne devrait être opérationnel. A terme, le site est annoncé comme pouvant assurer la fabrication de près de 80.000 tonnes de yaourts grecs chaque année.

Quoi de neuf dans l'épais dossier consultable sur rendez-vous auprès de l'administration communale de Bettembourg? D'abord la confirmation que l'investissement de 100 millions d'euros pourrait créer jusqu'à 100 emplois dans un premier temps. «Voire 200 postes après extension m'a confirmé le patron de Fage qui était là début juillet», indique Dan Biancalana (LSAP). Un bourgmestre de Dudelange qui ne cache pas son espoir de voir, un jour, Fage débuter enfin son aventure industrielle. 

On lit aussi quelques indications sur la voracité de l'usine en matière de produits laitiers. Si Fage s'installe, son process aura besoin de plus de 3 litres de lait pour assurer la sortie d'un seul kilo de yaourts grecs. C'est dire si la filière laitière nationale pourrait trouver un intéressant débouché avec le démarrage de cette usine. On parle là, excusez du peu, d'une consommation envisagée de 180.000 tonnes de lait par an...

Le ministre de l'Economie avait d'ailleurs tenu à rassurer la filière luxembourgeoise il y a peu. Franz Fayot (LSAP) insistant sur le fait que le groupe avait bien l'intention de s'approvisionner localement et régionalement.

Revers de la médaille, cette fabrication de yaourts entraîne aussi la production de lactosérum, un sous-produit. Le ministère de l'Environnement a reçu de l'industriel une proposition pour recycler ce déchet. Un bon point mais qui ne fera certainement pas changer d'avis, Josée Lorsché. L'échevine de Bettembourg reste une opposante à ce dossier. «Tout comme le collège échevinal d'ailleurs qui a déjà émis trois avis très critiques», souligne l'élue Déi Gréng.

L'écologiste s'inquiète notamment de la consommation d'eau nécessaire au bon fonctionnement de l'usine. Autant côté pompage dans la ressource que rejets dans les cours d'eau environnants. Fage apporte cette fois de nouvelles précisions sur le traitement accordé aux «eaux sales». A commencer par la construction éventuelle d'un canal (d'1 km de long) qui permettrait aux liquides, une fois traités et refroidis, d'être conduits vers l'Alzette. Connaissant la fragilité environnementale de la rivière, méfiance toutefois... 


Dieschbourg apporte de l'eau au moulin de Fage
Pour la ministre de l'Environnement, la future usine de yaourts grecs à Bettembourg sera alimentée en eau via une usine de traitement et une station d'épuration. Un ensemble qui entrera en service en 2021.

«Avec le bourgmestre de Bettembourg, Laurent Zeimet (CSV), nous avons choisi de nous faire accompagner d'un bureau d'études pour évaluer le dossier déposé par Fage. Même si nous n'avons pas encore à nous prononcer, il faut bien décrypter ce qui est dit au fil de toutes ces pages», explique la députée verte.

Elle notera toutefois que sa collègue verte, ministre de l'Environnement a validé la proposition d'assainissement liée à l'installation de l'industriel. La station d'épuration d'Eschdorf, attendue pour 2021, ayant été dimensionnée à la taille du projet selon la ministre de l'Environnement. Là encore, les chiffres sont impressionnants. Il est question de 3.500 m3 d'eau retournant dans l'Alzette, soit l'équivalent du volume consommé par une ville de 20.000 habitants.

Si le cœur vous en dit, le dossier est consultable jusqu'au 12 août.
Si le cœur vous en dit, le dossier est consultable jusqu'au 12 août.
Photo : Jean-Michel Hennebert

L'impact environnemental concerne également une augmentation du trafic routier dans la zone Wolser, et plus largement sur les axes autoroutiers du pays. En effet, Fage envisage de distribuer ses 80.000 tonnes de yaourts grecs made in Luxembourg principalement en Europe centrale. Le ballet des camions ne devrait donc pas manquer.

Pas simple donc de trouver la bonne recette d'une implantation industrielle, compris pour une enseigne qui remonte à 1926... Même pour une société d'origine grecque qui, dès 2012, a choisi de baser son siège international à Strassen... Même pour Fage qui affirme avoir déjà dépensé plus de 41 millions d'euros dans ce projet (dont 30 pour l'achat du terrain).

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'épidémie emporte des milliers d'emplois en Europe
La pandémie de coronavirus a fait vaciller des pans entiers de l'économie européenne, compris parmi de grands noms de l'industrie ou des services. Alors que la relance est au cœur du sommet des dirigeants des 27, vendredi à Bruxelles, le point sur cette vague de suppressions d'emplois massive.
An employee works on a truck assembly line at a factory in Fuyang in China's eastern Anhui province on July 16, 2020. - China's economy returned to growth in the second quarter, rebounding more strongly than expected from a historic contraction caused by the coronavirus outbreak, official data showed on July 16. (Photo by STR / AFP) / China OUT
Polémique «verte» autour d'un Nobel d'économie
Si William Nordhaus a été distingué pour avoir mis en évidence l'impact du changement climatique sur l'activité économique, deux ans plus tard, voici ses travaux remis en cause. Ces derniers desserviraient la cause environnementale, selon économistes et climatologues.
US economist and co-laureate of the 2018 Nobel Prize in Economic Sciences William Nordhaus pose with his Nobel Prize during the Award ceremony 2018 on December 10, 2018 at the Concert Hall in Stockholm, Sweden. (Photo by Jonathan NACKSTRAND / AFP)
Le PIB en berne au premier trimestre 2020
Selon une première estimation du Statec publiée ce lundi, le volume du produit intérieur brut affiche lors des trois premiers mois de l'année une évolution négative de -0,2% par rapport à la même période en 2019. Une situation inédite, même si tous les secteurs d'activités ne sont pas en recul.
Wirtschaft,  Illustartion, nach der Covid-Krise, lockdown, wie geht es dem Einzelhandel, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
La dimension environnementale de l'après-crise en débat
Les députés ont consacré une heure d'actualité au plan de relance économique du gouvernement, jeudi à la Chambre. Si l'idée de considérer la crise sanitaire comme une opportunité de rendre la société plus durable est partagée, les moyens pour y arriver divergent.
Solaranlage , Photovoltaikanlage , Langsur-Mesenich.Foto:Gerry Huberty
Les industriels imaginent une autre taxe carbone
Le secteur industriel reconnait, ce mardi, la nécessité des objectifs climatiques ambitieux voulus par le gouvernement. Mais la Fédération des industriels luxembourgeois (Fedil) n'applaudit toutefois pas le plan national intégré en matière d'énergie et de climat présenté début février.
Wirtschaft, Industrie, Belval, Strom, Energie,  Foto: Guy Wolff/TLuxemburger Wort
Knauf divise les ministres
Mercredi matin, le ministre de l'Economie était furieux que la nouvelle usine de Knauf aille à Illange plutôt qu'au Luxembourg. Pour la ministre de l'Environnement, le leader mondial de l'isolation n'avait pas répondu à certaines questions, cruciales, pour la défense de la qualité de l'air.