Changer d'édition

Et si c'était le moment d'entreprendre...
Économie 5 min. 11.08.2020 Cet article est archivé

Et si c'était le moment d'entreprendre...

Pour Tom Baumert, le principal reste que l'entrepreneuriat fasse de plus en plus partie des choix de carrière au Luxembourg. Crise ou non.

Et si c'était le moment d'entreprendre...

Pour Tom Baumert, le principal reste que l'entrepreneuriat fasse de plus en plus partie des choix de carrière au Luxembourg. Crise ou non.
Photo : Gerry Huberty
Économie 5 min. 11.08.2020 Cet article est archivé

Et si c'était le moment d'entreprendre...

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A la House of entrepreneurship, Tom Baumert sait combien une sortie de crise peut représenter un moment favorable pour lancer un business. Reste à bien définir son projet et ne surtout pas s'improviser chef d'entreprise.

«Je crois que l'entrepreneuriat, c'est l'espoir!» Tom Baumert martèle la formule d'autant plus volontiers que certains ne voient plus que de sombres perspectives pour l'activité nationale et l'économie mondiale. Mais le directeur Entrepreneurship  de la Chambre de commerce reste formel : «Chaque crise apporte son lot d'opportunités en termes de création d'entreprises. Et celle du covid-19 n'échappe pas à la règle». L'instant peut même s'avérer d'autant plus propice que le contexte rend timide la concurrence. «Donc avec un bon projet, le produit ou service adapté et le courage de se lancer, on peut trouver un environnement favorable à l'entrepreneuriat».

Et, à dire vrai, à la House of entrepreneurship (HOE ces derniers mois, on n'a pas reçu que des appels ou des demandes concernant les mesures d'aides apportées aux sociétés déjà installées (12.500 appels tout de même pour la hotline depuis mars). «J'ai été surpris de voir combien l'intérêt pour créer sa propre structure avait été relancé», note le directeur. «Certes, le pays reste encore loin de l'esprit d'initiative des pays d'Europe du nord ou des Etats-Unis. Mais les chiffres témoignent tout de même d'un succès grandissant pour l'entrepreneuriat. Cela devient un choix de carrière bien plus tentant qu'il y a une dizaine d'années.»


Ministère de l’Economie 19-21, boulevard Royal. Lex Delles. Ministre des Classes Moyennes. Présentation du bilan 2019 des autorisations d’établissement délivrées par la Direction générale des classes moyennes. Photo: Steve Eastwood
9,4 jours pour ouvrir une société
Le ministre des Classes moyennes, Lex Delles (DP) a présenté, ce jeudi, le bilan des demandes d'autorisation d'établissement pour 2019. Pour le première fois, la durée de traitement des dossiers a été évoquée. La réactivité constituant un rouage essentiel de la compétitivité économique.

En connaisseur des difficultés, Tom Baumert ne manque jamais de calmer les ardeurs les plus vives. «Le Luxembourg s'appuie sur un entrepreneuriat d'opportunité largement majoritaire (81% de la création d'entreprise), c'est une voie bien plus assurée que l'entrepreneuriat par nécessité. Celui qui est choisi quand toutes les autres portes de l'emploi se sont fermées généralement.» 

Si les aides économiques les plus visibles du gouvernement ont porté sur l'aide aux entreprises existantes et touchées par la crise covid (à commencer par l'attribution du chômage partiel ou des fonds pour les petites structures), il reste toujours des enveloppes et des initiatives pour soutenir les créateurs d'entreprise. «On a vu par exemple combien, avec le confinement, la digitalisation avait pris d'importance. Que ce soit pour l'organisation du travail, l'e-commerce ou le marketing via les réseaux sociaux, il est certain qu'il y a des choses à faire dans ce domaine», indique Tom Baumert.

Evidemment, le but de la House of entrepreneurship n'est évidemment pas de convaincre tout le monde de créer sa société dans n'importe quel secteur. «Dans l'immédiat, par exemple, ce serait dur dans la restauration ou l'événementiel de tenter quelque chose, reconnait-il. Mais je crois que ceux qui se lancent actuellement ont bénéficié de plus de temps de réflexion pour mûrir leur projet.» Un effet positif du lockdown en quelque sorte. 

Rester positif même quand la situation est difficile, voilà une clé de la réussite

Ainsi, les dossiers qui arrivent à la HOE sont-ils plus matures. «C'est un bon point. Mais le taux de survie d'une société reste certes lié au contexte économique mais aussi à l'expérience et à la technicité de celui ou celle qui la porte. Notre travail ici est de montrer que l'entrepreneuriat est une possibilité envisageable. Seulement, il faut structurer et challenger son idée avant de se lancer».

De l'intérêt alors de se tourner vers la House of entrepreneurship. Celle-ci possède dans sa trousse tous les outils pour aider et soutenir non seulement les futurs entrepreneurs dans leur création mais aussi accompagner les entreprises dans leur développement. «Par exemple, depuis la mi-mars via notre service financement, nous avons validé 405 demandes de cautionnement (pour un montant de 15,7 millions d'euros). Somme qui vient en complément d'autres aides étatiques.»


Politik, Pressekonferenz mit Lex Delles und Frantz Fayot, Corona virus, Civid-19, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Franz Fayot pousse à l'investissement
Le ministre de l'Economie, via les mesures du plan "Neisttart Lëtzebuerg", ne souhaite pas voir les entreprises dans la crainte d'avancer et «rester assises sur leurs liquidités».

Depuis le 20 avril, le programme #ReAct s'ajoute aux soutiens disponibles. Déjà une centaine d'entrepreneurs ont bénéficié de ces ateliers (menés en vidéoconférence) où consultants, juristes, project managers et autres interviennent pour conforter ou réorienter les ambitions des participants mais aussi offrir une plateforme d'échanges où les entrepreneurs de demain peuvent se parler, s'épauler, voir qu'ils ne sont pas isolés.

Début juillet, le Premier ministre Xavier Bettel a annoncé la mise en place d'autres actions de soutien à la création d'entreprise. Signe que le mouvement s'enclenche et doit se poursuivre aux yeux du chef du gouvernement. Et Tom Baumert de conclure, plein d'optimisme : «Rester positif même quand la situation est difficile, voilà une clé de la réussite». 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Dans le cadre de la crise covid, des aides, le gouvernement en a promises (et distribuées) à toutes sortes d'entreprises et d'indépendants. Au point même de faire grincer certains, mécontents de voir l'Etat ouvrir le robinet des soutiens financiers.
FILE PHOTO: An employee works in Daimler first battery factory prior to the beginning of the ground breaking ceremony for the second battery factory at Daimler subsidiary ACCUMOTIVE in Kamenz, Germany May 22, 2017. REUTERS/ Matthias Rietschel/File Photo
Opérationnel depuis mai, le «dashboard» répond à un double besoin: aider les politiques luxembourgeois à prendre les bonnes décisions dans le cadre de la lutte contre le covid-19 mais aussi offrir aux chercheurs une meilleure compréhension de la pandémie.
Wi , LIST , Belvaux , Cross-Functional Dashboard , Covid-19 Dashboard , Cross Domain View , Pres. Benoit Otjacques   , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Entre départs en congés et télétravail, les espaces de travail des grandes sociétés restent encore loin de leur occupation habituelle. Et rien ne dit que chaque place retrouvera, demain, celui ou celle qui venait y assurer sa mission.
La possibilité d'ajouter un service «Horeca» à la plateforme de commerce en ligne luxembourgeoise n'est pas encore d'actualité même si des discussions sont en cours.
Le ministre des Finances voit filer les dépenses publiques plus vite que prévu à l'heure de présenter son budget 2020. Mais le déficit constaté aujourd'hui, aux yeux de Pierre Gramegna «renforce la capacité de l’économie de redémarrer».
Faillite Chaussures  Geox - Belle étoile - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Renforcer la compétitivité de l'économie, miser sur les investissements publics, soutenir l'emploi, favoriser l'innovation et développer une fiscalité attractive, l'institution a dévoilé ce mercredi ses idées pour assurer une reprise durable favorable aux entreprises.
Wort.fr suivi chantier nouvelle N3, bonnevoie, CFL, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort