Changer d'édition

Espace: Le Luxembourg, un modèle pour la France
Le 26 juillet, l'ancienne ministre de la Recherche, Geneviève Fioraso (ici en rouge) a remis au Premier ministre français un rapport sur l'espace qui salue les choix du Luxembourg

Espace: Le Luxembourg, un modèle pour la France

Blog de Geneviève Fioraso
Le 26 juillet, l'ancienne ministre de la Recherche, Geneviève Fioraso (ici en rouge) a remis au Premier ministre français un rapport sur l'espace qui salue les choix du Luxembourg
Économie 4 min. 22.08.2016

Espace: Le Luxembourg, un modèle pour la France

Thierry LABRO
Thierry LABRO
Le Luxembourg est un modèle à suivre dans l'actualisation de la politique spatiale de la France, dit l'ancienne ministre de la Recherche dans un rapport commandé par le Premier ministre français, Manuel Valls.

Etienne Schneider est devenu Eric Schneider. Mais l'on retiendra davantage que le Luxembourg est un modèle pour la France en matière de politique spatiale.

Dans un rapport de 32 pages qu'elle a rendu fin juillet au Premier ministre français, Geneviève Fioraso, et mis en lumière par nos confrères de Paperjam, souligne les éléments qui font de l'écosystème luxembourgeois "un système (...) très coordonné, qui conjugue une impulsion politique forte, un soutien financier adapté, un écosystème efficace et aligné et une attractivité pour les capitaux étrangers."    

Dans le chapitre intitulé "Le Luxembourg Space Cluster, élément d’une politique publique volontariste", Mme Fioraso souligne: 

  • L’histoire de l’industrie spatiale au Luxembourg est née d’une volonté politique : en 1985, ayant identifié le secteur spatial comme une voie de diversification de l’économie à fort potentiel de croissance, le gouvernement du Grand-Duché crée SES (Société Européenne des Satellites), qui est aujourd’hui le premier opérateur mondial de satellites de télécommunications
  • En 2005, le Groupement luxembourgeois de l’aéronautique et de l’espace met en place le Luxembourg Space Cluster, co-animé par l’agence d’innovation Luxinnovation et soutenu par une politique spatiale volontariste des pouvoirs publics. Le Luxembourg Space Cluster est un réseau qui soutient l'ensemble des acteurs publics et privés du secteur des technologies spatiales au Luxembourg. Il poursuit le double objectif de promouvoir l’industrie spatiale luxembourgeoise à l’international et d’animer l’écosystème luxembourgeois. Pour ce faire, il s’appuie notamment sur des projets collaboratifs de recherche, développement et innovation et sur des actions gouvernementales, comme emergency.lu, qui met à disposition de la communauté internationale depuis 2012 un système de communication satellitaire à réaction rapide en cas de catastrophes naturelles et de missions humanitaires, ou le nouveau spaceresources.lu (voir paragraphe suivant). En février 2016, le Vice premier ministre du Luxembourg, Eric Schneider, annonce le lancement de l’initiative coordonnée spaceresources.lu , qui vise à positionner le Luxembourg comme pôle européen de l’exploitation des ressources spatiales. Dans ce cadre, conseillé par Georges Schmit, Directeur exécutif au Luxembourg Trade & Investment Office à San Francisco, Jean-Jacques Dordain, ancien Directeur général de l'ESA et Pete Worden, ancien Directeur du Ames Research Center de la NASA en Californie, le gouvernement travaille notamment à l’élaboration d’un cadre juridique offrant aux opérateurs privés des assurances quant à leurs droits sur les ressources qu’ils extraient dans l’espace. L’Etat soutiendra en capital les entreprises qui s’installeront au Luxembourg ainsi qu’en subventions, par l’intermédiaire de l’ESA, les projets de recherche et développement qui rendront possible cet exploit. Deux entreprises américaines, Planetary Resources et Deep Space Industries ont déjà décidé d’ouvrir des filiales au Luxembourg. 
  • Si cette initiative d’exploitation des ressources spatiales fait écho au passé sidérurgique du Luxembourg, le Luxembourg est aujourd’hui un pays de services (88 % de son PIB, encore dédiés majoritairement au domaine de la finance) et peut s’appuyer sur les applications spatiales pour les diversifier. Ainsi, pour répondre aux enjeux spécifiques des secteurs financiers et des assurances et soutenu par le gouvernement Luxembourgeois, Telespazio France et e-GEOS se sont associés avec les entreprises luxembourgeoises Post Luxembourg et Hitec Luxembourg, pour ouvrir un centre Earth Lab, sur le modèle de celui qui a été mis en place en Aquitaine. A partir de données d’observation de la Terre, notamment d’origine spatiale, le centre du Luxembourg fournira des services avancés d’évaluation de risques industriels et environnementaux, à destination de l’industrie, des compagnies d’assurance ou des fonds d’investissement. 

Le rapport doit être utilisé par le Premier ministre pour actualiser la politique spatiale française. "Ce renouveau, communément défini sous le nom  de new space, peut être perçu comme une menace ou une rupture brutale, écrit Geneviève Fioraso. Pour ne pas tomber dans le piège réducteur d’un new space qui sous-entendrait l’abandon d’une forme d’old space dépassé issu des trente glorieuses, ce rapport défend une démarche de transformation moins artificielle et plus profonde vers l’Open Space, qui s’appuie sur les expertises acquises pour s’ouvrir à une nouvelle culture. Il considère résolument les évolutions internationales comme une formidable opportunité. Avec ses compétences et expertises reconnues dans le secteur spatial, notre pays peut s’en saisir avec succès, en positionnant la France et l’Europe à la fois comme partenaires des nouveaux acteurs internationaux et comme promoteurs volontaristes d’innovations et de ruptures technologiques." 

Le rapport développe les recommandations suivantes :

  1. La France doit ouvrir le domaine spatial aux usages, aux applications, au digital avec la culture de prise de risques associée.
  2. L’autonomie stratégique de la France et de l’Europe doit s’affirmer dans plusieurs domaines-clé liés au spatial.
  3. Une augmentation ciblée des investissements publics est nécessaire pour renforcer la filière.
  4. La filière française réclame d’être fédérée au sein d’une équipe France, toujours plus unie et cohérente.
  5. La culture spatiale doit être mieux partagée.   (T. L.)

Sur le même sujet

ICT Spring: Space mining: de Luxembourg à Mars
Le forum sur l'espace de l'ICT Spring a permis de réunir pour la première fois tous les acteurs engagés dans l'initiative luxembourgeoise annoncée en février. Occasion de s'apercevoir qu'ils ont vraiment les pieds sur Terre. Même en rêvant d'espace.
10.5.2016 Luxembourg, Kirchberg, ICT Spring photo Anouk Antoy
Ressources de l'espace: Prospector 1 sera construit au Luxembourg
Le gouvernement, la SNCI et les Américains de Deep Space Industries ont signé un accord qui devrait aboutir au développement et à la construction au Luxembourg du premier nanosatellite chargé d'approcher des astéroïdes, pour voir s'il y a de l'eau et procéder à des reconnaissances geotechniques.