Changer d'édition

Shime met le paquet sur la traque aux mégots
Économie 4 min. 08.09.2021
Environnement et économie

Shime met le paquet sur la traque aux mégots

Shime espère réussir à rallier plus d'une vingtaine de communes luxembourgeoises à son projet "Zéro Mégot" d'ici fin 2021.
Environnement et économie

Shime met le paquet sur la traque aux mégots

Shime espère réussir à rallier plus d'une vingtaine de communes luxembourgeoises à son projet "Zéro Mégot" d'ici fin 2021.
Photo: Anouk Antony
Économie 4 min. 08.09.2021
Environnement et économie

Shime met le paquet sur la traque aux mégots

Et si on donnait une seconde vie aux restes de cigarettes? Avec 5,6 milliards de mégots jetés par an sur la planète, il y a de quoi faire et une entreprise luxembourgeoise a choisi de miser sur ce business fumant.

(pj avec Nadia di Pillo) Stéphane Borzellino a une obsession. De petite taille, mais qui constitue le déchet le plus courant du monde. Eh oui, il s'agit du mégot de cigarette. Et l'entrepreneur a choisi de cibler ce produit pour en faire un business. Avec sa société Shime, il collecte ainsi les mégots mais à échelle XXL et au-delà du Grand-Duché même. «Cela va très vite. Rien que le cendrier posté devant l'entreprise. A lui seul, il peut recevoir 8.500 bouts de cigarettes.» En les récupérant, la société fait ainsi œuvre de protection de l'environnement.


Le sale coût des détritus du long des routes
L'Etat luxembourgeois dépense chaque année 1,2 million d'euros pour retirer les déchets jetés par les conducteurs ou déposés au fil des axes de circulation.

Car ni filtres ni nicotine ne font bon ménage avec la nature, et particulièrement la ressource en eau. D'où ce projet «Zéro Mégot» qui consiste à récupérer un maximum de mégots pour les recycler. «Jusqu'à présent, nous avons installé plus de 360 cendriers à cet effet au Luxembourg», témoigne le chef d'entreprise. Il suffit alors qu'un opérateur vienne aspirer le tout, et les volumes ainsi ramassés sont ensuite expédiés en France, recyclés par la société Mégo qui dans ses ateliers de Brest va transformer ce matériau en... mobilier urbain. 

Initialement en 2017 (et aujourd'hui encore), Shime exerçait dans le conseil en développement durable. Et deux ans après sa création, la liaison s'est faite avec Mégo. Et aussitôt Stéphane Borzellino et le cofondateur Stéphane Hérard ont été intrigués par cette drôle d'idée : passer du mégot à des bancs publics, des chaises pour parcs (et même des distributeurs de gel hydroalcoolique!). Aujourd'hui, ce tour de magie opère sur 15 tonnes de mégots!

Avec «Zéro Mégot», Shime démarche les entreprises aussi bien que les collectivités pour les sensibiliser sur le retraitement de ce qui jusqu'à présent finissait le plus souvent par terre, dans le caniveau, à l'égout. Et le marché s'annonce vaste puisqu'il se consomme chaque année 5,6 milliards de cigarettes. De quoi nuire à la planète nature à coups de fibres d'acétate de cellulose, d'arsenic, plomb, cadmium, formaldéhyde et benzène. «Un seul mégot de cigarette peut ainsi polluer jusqu'à 500 litres d'eau», rappelle Stéphane Borzellino.

Bien évidemment, aucune ville ou village, n'a attendu Shime pour ramasser ses mégots ou verbaliser les fumeurs indisciplinés. Mais ce ramassage en milieu urbain, dans les espaces verts, s'avère délicat autant que coûteux en main-d’œuvre. Aussi la lutte contre le «littering» est devenue une priorité morale autant que financière pour de nombreux élus, poussés en cela par les concitoyens dépités de voir leur cadre de vie sali par ces déchets.

Aussi Shime propose-t-elle différents cendriers aux municipalités, aux entreprises et aux organisateurs d'événements pour collecter les mégots. «Même des cendriers de poche si besoin», sourit le dirigeant dont l'activité couvre désormais 18 % des communes du Luxembourg. «Des audits sont actuellement menés dans d'autres endroits, et nous espérons être présents dans une commune sur cinq d'ici la fin de l'année», envisage Stéphane Borzellino. 


Un tiers des 18-24 ans fument au Luxembourg
Si le nombre de fumeurs tend à augmenter au Luxembourg, la Fondation cancer s'inquiète surtout de la forte consommation de tabac chez les jeunes. En cause selon elle: la démocratisation de la chicha, et le faible coût des paquets de cigarettes.

Shime, soutenue par Luxinnovation, vise désormais la collecte des cigarettes usagées directement auprès des particuliers. Après tout, 70% des ''clopes'' sont fumées à la maison ou aux abords. Les habitants auraient ainsi un bac à disposition pour ce déchet, bac qui pourrait ensuite être déversé dans de plus gros collecteurs avant d'être vidés par les soins de l'entreprise. 

Ce sera toujours mieux que l'actuelle solution qui, la plupart du temps, fait que le contenu d'un cendrier finit à l'incinérateur, sans réemploi.

Secrètement, Stéphane Borzellino espère que le Luxembourg suivra l'exemple de la France. Paris impose aux producteurs de cigarettes de participer financièrement à s'investir dans le recyclage de leurs fabrications. Du coup, l'industrie du tabac est censée contribuer à hauteur de 80 millions d'euros par an à l'élimination des déchets et aux campagnes de sensibilisation. De quoi encourager des initiatives comme celle de Shime à se développer plus encore.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Près de deux mois après les intempéries de la mi-juillet, l'Administration de la gestion de l'eau poursuit le grand nettoyage des cours d'eau luxembourgeois. Ceux-ci ont en effet charrié bien des déchets et doivent en être débarrassés au plus tôt.
En 2020, les contrôles techniques luxembourgeois n'ont laissé aucune tolérance aux moteurs diesel rejetant trop de particules. Mais si durcissement des tests il doit y avoir, cela se fera en suivant les exigences européennes, annonce le ministre François Bausch.
25.1. Luxemburg-Stadt / Feinstaub Verschmutzung durch Verkehr und Heizungen / Auspuff, Auto ,Verkehr Foto:Guy Jallay
Dans leur dernier rapport publié lundi, les experts climats de l'ONU estiment que le réchauffement de la planète devrait atteindre le seuil des +1,5°C autour de 2030, soit dix ans plus tôt que leurs dernières prévisions. Les catastrophes naturelles devraient se multiplier.
Et si, dès 2030, la décharge de Muertendall ne pouvait plus accueillir de déchets ménagers? Le ministère de l'Environnement l'envisage, le Syndicat intercommunal pour la gestion des déchets ménagers et encombrants de la région Est (Sigre) s'en inquiète.
31.05.2005. Decharge Muertendall. Foto:Tessy Hansen 3
Parce que sa fabrication impose de grandes consommations d'énergie et de lourds prélèvements de ressources naturelles, le ciment n'est pas le matériau le plus écologique qui soit. Mais cela pourrait changer si...
A partir du 1er juillet, le sac poubelle bleu sera employé dans l'ensemble des 102 communes du Luxembourg. De quoi possiblement améliorer le tri sélectif des emballages du quotidien.
Abandonnée dans les rues ou dans la nature, la protection buccale constitue une pollution bien délicate à éliminer. Face au nombre croissant de masques chirurgicaux trainant au sol, le ministère de l'Environnement envisage de sanctionner les fautifs.