Changer d'édition

Énergies vertes: un manque de métaux à prévoir dans l'UE
Économie 3 min. 25.04.2022
Un rapport donne l'alerte

Énergies vertes: un manque de métaux à prévoir dans l'UE

D'ici à 2050, 40 à 75% des besoins pourraient être couverts par le recyclage, si l'Europe investit rapidement dans les infrastructures adéquates.
Un rapport donne l'alerte

Énergies vertes: un manque de métaux à prévoir dans l'UE

D'ici à 2050, 40 à 75% des besoins pourraient être couverts par le recyclage, si l'Europe investit rapidement dans les infrastructures adéquates.
Photo: Shutterstock
Économie 3 min. 25.04.2022
Un rapport donne l'alerte

Énergies vertes: un manque de métaux à prévoir dans l'UE

Lithium, cobalt, nickel... l'Union européenne doit organiser rapidement son approvisionnement en métaux pour la transition énergétique, faute de quoi des difficultés s'annoncent dès 2030, menaçant ses objectifs en matière de climat.

(AFP) - Pour remplacer les hydrocarbures et atteindre la neutralité carbone en 2050, l'UE aura besoin à cette date de 35 fois plus de lithium qu'aujourd'hui (800.000 tonnes par an), ont calculé les chercheurs de l'université KU Leuven, pour Eurométaux, l'association européenne des producteurs de métaux.

Jusqu'à 26 fois plus de terres rares seront nécessaires (3.000 tonnes annuelles de néodyme, dysprosium, praséodyme...), deux fois plus de nickel, +330% de cobalt... des éléments indispensables aux équipements de demain (voitures électriques, rotors d'éoliennes, unités de stockage...)


Bei Gas könnte die Ukraine dank eigener Vorkommen vom reinen Transit- zum Lieferland werden.
L'Ukraine, un pays riche en ressources naturelles
Le pays dispose d'immenses réserves inexploitées de gaz naturel et de métaux nécessaires à la transition énergétique.

Il faudra aussi 33% d'aluminium en plus (4,5 millions de tonnes annuelles), +35% de cuivre, +45% de silicium, +10 à 15% de zinc, selon cette estimation inédite des besoins européens.

Ces calculs se basent sur les plans industriels prévus sur le continent, par exemple dans l'auto, les batteries, l'hydrogène...

«La bonne nouvelle», disent les chercheurs, est que d'ici à 2050, 40 à 75% des besoins pourraient être couverts par le recyclage, si l'Europe investit rapidement dans les infrastructures, relève ses taux de recyclage obligatoire et s'attaque aux goulets d'étranglement à venir.

Mais dans l'intervalle, elle «s'expose à des manques critiques sur les 15 prochaines années faute de plus grandes quantités de métaux pour accompagner les débuts de son système énergétique décarboné», soulignent-ils.

«Si les industries européennes ne sécurisent pas leurs approvisionnements sur le long terme, elles risquent des ruptures ou des hausses de prix pouvant ralentir la transition énergétique».

Ce risque concerne particulièrement le lithium, le cobalt, le nickel, le cuivre et les terres rares.

«Risque de nouvelles dépendances»

«L'Europe doit décider urgemment de la manière dont elle va combler son insuffisance d'approvisionnement en métaux de première transformation», résume Liesbet Grégoir, chercheuse à KU Leuven et auteure principale: «sans stratégie ferme, elle risque de nouvelles dépendances à l'égard de fournisseurs non durables».

Les chercheurs font écho à l'alerte lancée au printemps 2021 par l'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui invitait le monde à s'organiser pour ces ressources stratégiques, largement concentrées dans un petit nombre de pays.

Un an plus tard, «nous ne voyons (en Europe) ni l'adhésion générale ni les conditions qui permettraient au continent de construire ses propres chaînes d'approvisionnement», soulignent KU Leuven et Eurométaux, dans leur communiqué. «Et le créneau pour agir se réduit: les projets doivent être développés ces deux prochaines années pour être prêts en 2030».


L'Europe planche sur ses pénuries et ses dépendances
La pandémie a mis en lumière les faiblesses européennes qui vont être discutées mardi lors d'un conseil informel des ministres de l'Industrie de l'UE.

Aujourd'hui, l'UE dépend des importations pour l'essentiel des métaux, par exemple de la Russie pour l'aluminium, le nickel ou le cuivre. Ces dix prochaines années, Chine et Indonésie vont dominer le boom des capacités de raffinage des métaux pour batteries, souligne le rapport, qui recommande que l'Europe se lie à des fournisseurs responsables, en matière sociale et environnementale.

Les capacités de recyclage seront à étendre

Le territoire européen lui-même pourrait couvrir 5% à 55% de ses besoins de 2030, selon le rapport, qui relèvent cependant des incertitudes pesant sur de nombreux projets (oppositions locales, process non mâtures...)

Il doit aussi ouvrir des raffineries et ce, malgré des défis, puisque la crise énergétique actuelle et la flambée des prix de l'électricité ont déjà conduit à fermer temporairement près de la moitié des capacités de raffinage d'aluminium et zinc en Europe.

Enfin, les capacités de recyclage seront à étendre, les métaux étant réutilisables, contrairement aux combustibles fossiles.

Aujourd'hui, 40% à 55% de l'aluminium, du cuivre et du zinc utilisés en Europe viennent déjà du recyclage.

Des projets pilotes existent par exemple pour le silicium, essentiel pour les panneaux solaires dont de grands volumes arriveront en fin de vie en 2035. D'ici à 2050, les métaux recyclés localement pourraient équiper les trois quarts des batteries des véhicules faits en Europe, et tous les aimants des énergies renouvelables.


Sur le même sujet

Selon la Chambre des métiers
Si la nouvelle étude de la Chambre des métiers confirme le retour de l'optimisme des entreprises quant à la reprise de l'activité, elle pointe aussi du doigt les effets néfastes des difficultés d'approvisionnement. Que ce soit sur les délais d'approvisionnement, mais aussi sur les prix.
Lokales- Kirchberg Place de l’Europe, Chantier, Baustelle, construction, cran, Arbeiter Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort