Changer d'édition

L'hydrogène belge pourrait séduire le Luxembourg
Économie 3 min. 06.09.2021
Energie

L'hydrogène belge pourrait séduire le Luxembourg

Claude Turmes et son homologue belge Tinne Van der Straeten
Energie

L'hydrogène belge pourrait séduire le Luxembourg

Claude Turmes et son homologue belge Tinne Van der Straeten
Photo : SIP
Économie 3 min. 06.09.2021
Energie

L'hydrogène belge pourrait séduire le Luxembourg

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le futur mix énergétique du Grand-Duché pourrait bien être alimenté depuis le royaume voisin en H2 produit à base d'électricité verte. La Gaichel a été l'occasion d'évoquer ce projet.

Pas de doute : le courant passe bien entre Luxembourg et Belgique. Les récents accords signés entre les deux Etats sont venus le démontrer. En fait, le seul courant qui ne passe pas c'est l'électrique. Par contre, pour d'autres énergies, le Grand-Duché reste étroitement lié aux infrastructures voisines. Ainsi, de l'ordre de 70% du diesel consommé au pays ou 80% du gaz proviennent du royaume. «Et demain, probablement, de l'hydrogène vert!», s'enthousiasme déjà le ministre de l'Energie.


photos de l'installation photovoltaïque et de Claude Turmes / Foto: Gilles KAYSER
L'Etat sort son chéquier pour la transition écologique
Dans les six premiers mois de 2021, 18 millions d'euros ont été alloués à des entreprises souhaitant devenir plus vertes, indique le ministère de l'Economie. La majorité des projets concerne la production d'énergie renouvelable et l'efficacité énergétique.

Du H2 vert, il en a d'ailleurs été question durant la rencontre binationale de cette semaine. Une Gaichel où Claude Turmes (Déi Gréng) et son homologue  Tinne Van der Straeten (Groen) ont échangé sur la possibilité d'établir un pipe-line fournissant la précieuse source d'énergie depuis la Belgique.

«L'hydrogène vert émergera à proximité des grandes infrastructures industrielles et chimiques, comme les ports d'Anvers (ou Rotterdam). Ces installations seront alimentées en électricité verte (notamment issues des installations éoliennes off-shore). Tout comme ces ports recevront de l'hydrogène importé, venu aussi bien d'Oman ou de Namibie. Nous aurions intérêt à être reliés à la grande dorsale qui viendra desservir le territoire belge».

Quantifier le besoin

Ainsi, la molécule (promise pour remplacer à terme le gaz fossile) pourrait bien être transportée de la mer du Nord vers, par exemple, les aciéries, l'aéroport ou les activités industrielles de Liège et sa région. Le réseau de tuyaux pourrait facilement être prolongé depuis cette «ville-étape» vers le Grand-Duché, «puis vers la Sarre -très demandeuse- notamment pour ces usines sidérurgiques de Dillingen».

Mais encore faut-il préalablement quantifier le besoin éventuel en hydrogène des gros consommateurs d'énergie luxembourgeois. «Une étude Benelux sera lancée pour cette estimation», prévient Claude Turmes. Elle questionnera en premier lieu les sociétés qui, déjà, dans leur process emploient de l'hydrogène (dans sa version fossile).

Ceratizit (à Mamer ou Niederkorn) ou encore Guardian (à Bascharage) figurent sur la liste. ArcelorMittal fera aussi partie des sondés. Ses sites sont gourmands en gaz et cherchent des alternatives décarbonées, alors pourquoi pas?

«Mais, là où le gaz sert au chauffage, la bascule peut aussi se faire vers la biomasse», modère le ministre de l'Energie qui n'entend pas pousser les uns ou les autres à souscrire impérativement à la seule alternative du «H2 propre». «Dans notre futur énergétique, seulement 15 à 20% de la consommation procédera de molécules vertes, et une partie de ce ratio sera assumée par l'hydrogène vert. Cela restera un produit noble et certainement coûteux mais tellement intéressant environnementalement parlant.»


Foto solar-panel-on-red-roof-450w-72500704
Une bonne année pour l'électricité verte
19,3% de l’électricité consommée au Grand-Duché est produite au Luxembourg. Et la part des kilowatts issus de ressources renouvelables ne cesse de progresser.

Si la proposition belge est «attirante», le Luxembourg n'entend se raccorder qu'à cette éventuelle possibilité d'approvisionnement. Et sur le bureau du ministre, d'autres dossiers attendent aussi.

L'un concerne un raccordement avec l'Allemagne. L'autre avec la France. «Dans ce cas, l'importation se ferait depuis des sites de production d'hydrogène vert basés en Espagne et au Portugal, deux pays en pointe dans le domaine.» Cette fois, le procédé d'électrolyse employé tirerait son électricité d'installations photovoltaïques, plus efficientes au sud de l'Europe. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Commission européenne approuve un mécanisme susceptible de favoriser la construction de centrales au gaz pour compenser la fin de l'atome en Belgique. Hic : ces équipements sont de gros émetteurs de CO2. Un mal pour bien?
Cyclists ride past cooling towers at a power station on the outskirts of Beijing Wednesday Aug. 4, 2004. China is facing its worst energy shortage in decades, with the electricity shortfall expected to hit 30 million kilowatts.  With blackouts and brownouts affecting many provinces China's government has ordered emergency shipments of coal by road and waterways to help make up the shortfall. (AP Photo/Greg Baker)
Si, à compter de 2035, tous les véhicules neufs vendus au sein de l'UE ne devront plus fonctionner avec des moteurs thermiques, l'infrastructure permettant de faire circuler 30 millions de voitures 100% électriques est loin d'être en place. Au Luxembourg, comme ailleurs en Europe.
WI,Einweihung Ultra-Schnelladestation für Elektroautos.Francois Bausch,Claude Turmes,marc Reiffers,Creos,Elektromobilität.Kirchberg,Uni,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le Grand-Duché se dit prêt à investir dans le projet d'«îles énergétiques» lancé par le Danemark. Une façon pour le Luxembourg d'atteindre ses objectifs en termes de production d'énergies renouvelables.
S’il y a un membre du gouvernement qui « polarise », c’est bien Claude Turmes. En fait, c’est simple : on l’apprécie vraiment… ou pas du tout. D’aucuns vont jusqu’à le qualifier d’écolo « extrémiste ». Critique qu’il balaie d’un revers de la main en rappelant à qui veut l’entendre les ravages liés au changement climatique. Il aime aller contre vents et marées, ne serait-ce parce que ces deux énergies-là vont l’aider à réussir la transition énergétique dans laquelle il a engagé le Grand-Duché.
Télécran, Claude Thurmes, Minister für Energie und Raumentwicklung, Foto: Guy Wolff/ Télécran