Changer d'édition

En 2020, le Statec prévoit une hausse des prix de 1,9%
Économie 14.02.2020

En 2020, le Statec prévoit une hausse des prix de 1,9%

La hausse annoncée du diesel (3-5 cents/l) et de l'essence (1-3 cents/l) pèsera sur l'inflation cette année.

En 2020, le Statec prévoit une hausse des prix de 1,9%

La hausse annoncée du diesel (3-5 cents/l) et de l'essence (1-3 cents/l) pèsera sur l'inflation cette année.
Photo: Marc Wilwert
Économie 14.02.2020

En 2020, le Statec prévoit une hausse des prix de 1,9%

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'avis se fonde non seulement sur l'augmentation attendue des accises sur les carburants mais aussi la probable montée des prix des produits pétroliers. Un facteur de baisse comme la mise en place de la gratuité des transports publics ne réussissant pas à compenser ces hausses possibles.

(pj) L'inflation a repris en janvier, note le Statec dans sa dernière analyse publiée vendredi. Alors que les prix à la consommation avaient chuté depuis l'automne, le début d'année a été marqué par une série de hausses : produits pétroliers, tranche indiciaire (+2,5%), tarifs de l'électricité (+10%), alimentation. Au vu de ces premiers éléments, le Service national de statistique envisage donc une inflation en progression de 1,9% sur 2020.

Tel est le scénario moyen, car le Statec place en effet ses prévisions également selon deux autres cas de figure. Le plus favorable fixe l'augmentation des prix à 1,7% contre 2% dans la plus pessimiste de ses visions. 

Dans leur pronostic, les économistes ont bien évidemment pris en compte un élément central pouvant influer sur le budget des ménages : la gratuité des transports en commun à compter du 1er mars prochain. Selon eux, elle impacterait le calcul de l'inflation à hauteur de -0,3% sur l'année. Mais suffisant pour compenser la probable augmentation du coût des produits pétroliers dans le budget des ménages. Une croissance attendue du fait des conditions du marché international mais aussi au vu des accises à venir, taxes instaurées dans le cadre de la politique environnementale du gouvernement.

En novembre dernier, le Statec avait annoncé une inflation 2020 estimée à 1,6% mais il considère que si les accises envisagées par les ministres Déi Gréng Carole Dieschbourg et Claude Turmes sont appliquées au terme du premier trimestre, elles influeraient pour 0,08% l'inflation nationale. Il est question là de mesures qui joueraient de 1 à 3 cents/l sur les tarifs de l'essence, et de 3 à 5 cents/l pour le diesel.


Sur le même sujet

Effacer la hausse kilowatt, oui c'est possible
La subite hausse de 10% du coût de l'électricité a surpris de nombreux abonnés. Elle pourrait revenir à une facture annuelle plus chère de près de 80 euros pour un ménage moyen. Mais l'Institut luxembourgeois de régulation a peut-être un bon remède face à cette montée des prix.
Hochspannung,Elektrizität,Energie,Strom,Creos.Foto:Gerry Huberty
Vents contraires pour le Plan Energie-Climat
Les ministres de l'Energie et de l'Environnement viennent de présenter le dispositif retenu pour diminuer l'impact environnemental du pays. Certains parlementaires réclament des éclaircissements.
TOPSHOTS
This picture taken on January 22, 2013 shows a thermal power plant discharging heavy smog into the air in Changchun, northeast China's Jilin province. China has cleaned up its air before but experts say that if it wants to avoid the kind of smog that choked the country this week, it must overhaul an economy fuelled by heavily polluting coal and car use.  CHINA OUT     AFP PHOTO
Cinq choses à savoir sur l'index
Grâce à lui - ou à cause de lui -, votre bulletin de salaire de janvier a gagné 2,5%. Mais par quel mécanisme passe-t-on d'une veille sur 8.000 produits à toute une série d'augmentations? Voici les principaux éléments de réponse.
ARCHIV - 15.01.2020, Stuttgart: Ein Bäcker hält in seiner Bäckerei einen Bon in der Hand, auf dem Backwaren verbucht sind. Die Bäckerinnung, der Einzelhandel, die Apotheker - sie alle laufen Sturm gegen die seit Jahresbeginn geltende Kassenbon-Pflicht. Auch bei Kunden stoße die Regelung auf Unverständnis. Foto: Marijan Murat/dpa +++ dpa-Bildfunk +++