Changer d'édition

Emploi: le Luxembourg, bouée de la Lorraine
Économie 12.03.2015 Cet article est archivé
CESEL

Emploi: le Luxembourg, bouée de la Lorraine

Il y a au Luxembourg 2.552 frontaliers français de plus qu'il y a un an
CESEL

Emploi: le Luxembourg, bouée de la Lorraine

Il y a au Luxembourg 2.552 frontaliers français de plus qu'il y a un an
Photo: Marc Wilwert
Économie 12.03.2015 Cet article est archivé
CESEL

Emploi: le Luxembourg, bouée de la Lorraine

Selon le dernier tableau de bord du Conseil économique et social de Lorraine, publié jeudi, le Luxembourg est de plus en plus la bouée de Lorraine, seule partie de la Grande Région à voir le nombre de demandeurs d'emplois augmenter.

Il y a toujours plus de frontaliers français au Luxembourg et c'est toujours plus important pour les Lorrains de trouver ces débouchés pour sortir de la seule région de la Grande Région où le nombre de demandeurs d'emplois continue à augmenter.

Selon le tableau de bord du Conseil économique, social et environnemental de Lorraine, publié jeudi, il y a désormais 82.797 frontaliers français au Luxembourg, soit 2.552 de plus en un an (+3,2%). La hausse est même supérieure à la hausse du nombre de frontaliers au Luxembourg, qui n'est que de 2,7% (4.409 emplois de plus), ce qui signifie qu'elle profite moins à la Belgique (+2,4%) et à l'Allemagne (+2,2%).

En un an, le Luxembourg a créé près de 9.000 nouveaux emplois de plus dont 4.588 pour les résidents et 4.409 pour des frontaliers.

Si le taux de chômage de la Grande Région reste le plus élevé en Wallonie (10,8%), celui de la Lorraine continue de grimper (10,6%). Depuis 2008, la région française est celle qui a vu son taux de chômage le plus augmenter des cinq régions de référence (+3,1%). La Sarre a retrouvé le niveau de chômage précédent la crise (7,1%) alors que la Rhénanie-Palatinat fait mieux qu'avant la crise (5,2%).

Dans la Grande Région, on compte 562.327 demandeurs d'emplois, soit 1,1% ou 6.011 de moins qu'un an auparavant. La situation s'améliore davantage pour la Wallonie (-2,8% de demandeurs d'emploi par rapport à janvier 2014), pour la Sarre (-1,1%) et pour le Luxembourg (-0,3%). Le nombre de demandeurs est stable au Luxembourg (18.132) et augmente en Lorraine (129.260).

Notons encore que malgré l'apport du Luxembourg, dans les bassins d'emplois comme Longwy (+0,4%), Thionville (+0,2%) et Metz (+0,1%), le nombre de demandeurs d'emplois augmente quand même. (T. L.)


Sur le même sujet

La verte province devrait être aussi peuplée qu'une ville comme Gand à l'horizon 2033. Une projection qui pourrait impacter positivement l'activité économique du Grand-Duché de plus en plus tributaire de ses travailleurs frontaliers.
arlon_3
Les frontaliers sont toujours de plus en plus nombreux au Luxembourg: en janvier 2018, ils étaient 187.800 à passer la frontière, et parmi eux plus de la moitié résident principalement en Lorraine. Depuis quand le Luxembourg est-il l'eldorado des frontaliers français? D'où viennent-ils? Où travaillent-ils?
Le président de la région Grand Est souhaite travailler directement avec le Luxembourg sur des grands projets d'aménagement. Le rail, l'A31 mais aussi Esch-Belval. Jean Rottner demande pour cela que la spécificité des régions frontalières soit reconnue.
A 51 ans, Jean Rottner préside la région Grand Est, qui s'étend de Reims à Strasbourg, depuis octobre dernier.
Le Luxembourg ne veut absolument pas parler d'une convention fiscale avec la France au sujet des frontaliers qui travaillent chez lui. Mais le calcul existe quand même pour alimenter le débat.
Le maire de Villerupt, Alain Casoni et le directeur général délégué à la Coopération institutionnelle de la Ville de Metz, Louis-François Reitz
Sur un an, on compte 4.200 frontaliers français supplémentaires au Grand-Duché soit une hausse de 4,9%. Sur l'ensemble des habitants de la région Grand Est qui travaillent à l'étranger, la moitié travaille au Luxembourg.