Changer d'édition

Du Qatar à la Chine: La BIL aux mains des Chinois
Économie 2 min. 01.09.2017

Du Qatar à la Chine: La BIL aux mains des Chinois

La BIL avait été rachetée à Dexia entre 2011 et 2012 pour 730 millions d'euros.

Du Qatar à la Chine: La BIL aux mains des Chinois

La BIL avait été rachetée à Dexia entre 2011 et 2012 pour 730 millions d'euros.
Photo: Guy Wolff
Économie 2 min. 01.09.2017

Du Qatar à la Chine: La BIL aux mains des Chinois

Pierre SORLUT
Pierre SORLUT
Le ministre des Finances Pierre Gramegna a officialisé ce vendredi après-midi la cession de 90% des parts de Banque internationale à Luxembourg (BIL) appartenant à la famille royale qatarie au groupe d'investissement chinois Legend Holdings.

Le ministre des Finances Pierre Gramegna a officialisé cet après-midi la cession de 90% des parts de Banque internationale à Luxembourg (BIL) appartenant à la famille royale qatarie au groupe d'investissement chinois Legend Holdings souffle une source proche du dossier.

M. Gramegna a au préalable informé le conseil de gouvernement et la commission parlementaire des Finances réunie à 14h. Selon son cabinet, le ministre des Finances renseignera à sa sortie de la Chambre sur le périmètre de la transaction et l'avancée des démarches administratives, qui passent par la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort. 

100% de plus-value

Selon les informations parues dans la presse ces dernières semaines, la valeur de la participation qatarie dans la banque de la route d'Esch devrait s'établir autour de 1,5 milliard d'euros. La BIL avait été rachetée à Dexia entre 2011 et 2012 pour 730 millions d'euros (soit 657 millions pour 90% du capital). La famille Al Thani avait parallèlement acquis au même moment la banque privée KBL, alors filiale luxembourgeoise du groupe belge KBC.

Le nouvel acquéreur de la BIL, Legend Holdings, est un groupe chinois coté à la Bourse de Hong Kong depuis juin 2015. Ce conglomérat, détenu jusqu'alors par l'Etat chinois, investit dans une pluralité de secteurs comme les services informatiques (il détient Lenovo), l'agroalimentaire ou les services financiers, sans toutefois posséder de banque (sa participation dans Hankou Bank n'est pas majoritaire). Fin 2016, son chiffre d'affaires s'élevait à 307 milliards de yuans (39 milliards d'euros) et ses actifs en pesaient 322 (40,7 milliards d'euros). 

Bettel et Gramegna en Chine

Le Premier ministre Xavier Bettel s'est rendu en Chine au mois de juin. Accompagné par M. Gramegna, il avait souligné que six banques chinoises opéraient déjà au Luxembourg et que «d'autres banques finalisaient les procédures pour s’y établir». Dans son rapport semestriel publié hier, Legend Holdings dit surveiller de près les opportunités d'acquisition dans les services financiers, «en Chine ou à l'étranger» et «notamment dans la banque».

Les syndicats inquiets

Par voie de communiqué, la branche bancaire du LCGB (le SESF) s'inquiète du «maintien et du développement de l'emploi au sein de la BIL» et souhaite rencontrer «rapidement» les dirigeants de la BIL afin «d'obtenir des éclaircissements et des garanties», notamment quant à la stratégie future de la banque.

En juillet, le directeur général Hugues Delcourt et le président Luc Frieden (également président de la maison d'édition du Wort) avaient affirmé maintenir le cap en termes de stratégie. Dans une interview accordée au Lëtzebuerger Land, Luc Frieden avait assuré que, changement d'actionnaire ou pas, «aucun plan social n'était prévu dans les trois prochaines années».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Dans la zone euro: 25 banques ont échoué aux tests de résistance
La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé dimanche que 25 banques de la zone euro sur 130 avaient échoué à l'examen sans précédent du secteur, évaluant leur besoin en capital à quelque 25 milliards d'euros. Les six banques luxembourgeoises ont réussi ce "stress-test".
Vue sur le quartier des banques à Francfort