Changer d'édition

Droit de presse: Plainte de Gerard Lopez visant le "Wort"
Tarek Obaid et Gerard Lopez le 15 mai 2010 au grand prix de Monaco.

Droit de presse: Plainte de Gerard Lopez visant le "Wort"

Andrew Ferraro / LAT Photographic
Tarek Obaid et Gerard Lopez le 15 mai 2010 au grand prix de Monaco.
Économie 12.09.2017

Droit de presse: Plainte de Gerard Lopez visant le "Wort"

Jean-Lou SIWECK
L'investisseur Gerard Lopez a porté plainte contre le "Luxemburger Wort" suite à la révélation de ses relations avec un homme d'affaires, qui se retrouve au centre d'un scandale de détournement d'argent.

(LW) - L’homme d’affaires hispano-luxembourgeois Gérard Lopez poursuit actuellement le quotidien Luxemburger Wort et plusieurs de ses dirigeants et collaborateurs pour diffamation, et ce, devant trois juridictions différentes : la France, le Luxembourg et la Suisse.

Ces actions font suite à la révélation par le journal via son article « Les liaisons dangereuses de Gerard Lopez » publié dans l’édition du 28 octobre 2016, des relations d’affaires ayant existé entre Gérard Lopez et Tarek Obaid.

En effet, en 2010, alors que l’équipe de formule 1 « Lotus F1 Team », dirigée à l’époque par Gérard Lopez, connaît des difficultés financières, ce dernier entre en relation et semble se lier d’amitié avec Tarek Obaid, homme d’affaires d’origine saoudienne, en vue de l’inciter à investir dans l’écurie. La transaction discutée ne se réalisera finalement pas mais Tarek Obaid, qui a cependant investi dans un autre projet lié à M. Lopez, est aujourd'hui cité par la justice américaine dans le cadre du scandale international de détournement d'argent du fonds souverain malaisien 1MDB.

Saint-Paul Luxembourg S.A., société éditrice du Luxemburger Wort, a chargé ses avocats de la défense de ses intérêts et confirme sa confiance dans la qualité journalistique de l’article controversé alors que celui-ci est le fruit d’une recherche sérieuse et approfondie sur le sujet.

La société éditrice n'avait jusque-là pas jugé utile d’informer le public de cette triple action qui est principalement destinée à intimider une presse qui ne fait que son travail.

Les plaintes de M. Lopez ont été rendues publiques par le site internet "paperjam.lu". 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet