Changer d'édition

Documentaire-fiction: «Lancer l'alerte»: et vous, que feriez-vous?
Économie 1 3 min. 15.03.2017

Documentaire-fiction: «Lancer l'alerte»: et vous, que feriez-vous?

Économie 1 3 min. 15.03.2017

Documentaire-fiction: «Lancer l'alerte»: et vous, que feriez-vous?

Alors que le verdict du procès LuxLeaks en appel sera rendu ce mercredi après-midi, un jeune étudiant de Metz a décidé de consacrer un web-documentaire à ces hommes et femmes que l'on appelle plus communément des lanceurs d'alerte: et vous que feriez-vous à leur place?

Par Sophie Wiessler

Alors que le verdict du procès LuxLeaks en appel sera rendu ce mercredi après-midi, un jeune étudiant de Metz a décidé de consacrer un web-documentaire à ces hommes et femmes que l'on appelle plus communément des lanceurs d'alerte.

Raphaël Halet, Antoine Deltour, Stéphanie Gibaud, Yasmine Motarjemi, ou encore Michèle Rivasi, ils ont tous accepté de témoigner pour ce projet et expliquer les raisons qui les ont poussés à parler.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.


L'espace d'une heure, vous allez devoir vous mettre à leur place: vous faites partie d'un groupe pharmaceutique messin, qui met en vente une série de vaccins. Seul bémol: les tests ont prouvé que les effets secondaires de ces vaccins étaient nocifs pour la santé.

Il vous faut alors choisir: soit vous lancez l'alerte, soit vous ne dites rien. «Je mets vraiment l'internaute à la place du lanceur d'alerte. Il fallait un enjeu fort: une question de vie ou de mort», explique Moran.

Textes, vidéos, interactivité, ce web-documentaire vous plongera dans le quotidien d'un lanceur d'alerte.
Textes, vidéos, interactivité, ce web-documentaire vous plongera dans le quotidien d'un lanceur d'alerte.
Moran Kerinec

Le jeune homme a décidé d'utiliser la fiction pour amener l'internaute dans une immersion totale. «Vous voyez tout à travers ses yeux. Vous serez à la fois dans son bureau, devant son ordinateur à envoyer des mails ou lire un journal, avec sa petite amie, au tribunal etc.»

«Je ne voyais plus le sens de mon métier»

Ce documentaire livre des témoignages édifiants. Antoine Deltour notamment, qui après avoir vu le nombre d'«entreprises qui profitaient des avantages fiscaux à PwC» a décidé de quitter son travail. «Je ne voyais plus le sens de mon métier» ajoute-t-il.

Yasmine Motarjemi s'y livre également, alors qu'un deuxième procès face à son ex-employeur, Nestlé, aura bientôt lieu.

Chaque lanceur d'alerte explique son parcours dans ce documentaire. «Je trouvais les combats qu'ils menaient fascinants. Ils se sont fait écraser mais ils ont continué à se battre et je voulais montrer leur parcours», souligne Moran.

7 passages clés

Ce web-documentaire vous entraîne donc dans la vie d'un lanceur d'alerte. Lorsque le processus est enclenché, 7 passages clés s'ouvrent à vous:

7 passages clés, correspondant à 7 étapes de la vie d'un lanceur d'alerte.
7 passages clés, correspondant à 7 étapes de la vie d'un lanceur d'alerte.
Moran Kerinec
  1. Vous découvrez des activités illégales au sein de votre entreprise, et malgré vos protestations, rien n'y fait,
  2. Vous devez alors décider de divulguer cette information ou la garder pour vous. Ici, ce sont les motivations des lanceurs d'alerte et aussi le point de vue de leurs proches qui est mis en avant,
  3. Quels moyens pouvez-vous utiliser pour lancer l'alerte?
  4. La médiatisation, qui n'est «pas souvent la bienvenue», selon les témoignages,
  5. La pression interne dans l'entreprise, qui peut parfois briser des carrières,
  6. Le passage au tribunal,
  7. La vie après l'alerte: est-il possible de se reconstruire après ça, de trouver du travail etc?

Moran a délibérément décidé d'aborder uniquement le point de vue des lanceurs d'alerte. «Je n'ai pas contacté PwC par exemple, et je doute qu'ils m'aient répondu».

Chaque passage dure entre 3 et 10 minutes, et permet à l'internaute d’interagir à l'aide de textes, de vidéos, de choix multiples etc, pour être vraiment «dans la peau du lanceur d'alerte», souligne Moran.

«J'aurais aimé proposer davantage d'interactions mais ça m'aurait demandé deux mois de plus...», explique-t-il en souriant.

Son projet «Lancer l'alerte» sera présenté fin mars à un jury composé de professionnels du métier de journaliste. Il sera ensuite publié et visible sur internet. A suivre donc!



Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.