Changer d'édition

Des soldes voués à «booster la reprise»
Économie 5 min. 25.06.2020

Des soldes voués à «booster la reprise»

Les commerçants luxembourgeois comptent sur les quatre semaines de soldes pour ramener les clients dans les boutiques.

Des soldes voués à «booster la reprise»

Les commerçants luxembourgeois comptent sur les quatre semaines de soldes pour ramener les clients dans les boutiques.
Photo: Anouk Antony
Économie 5 min. 25.06.2020

Des soldes voués à «booster la reprise»

Alors que la France et la Belgique ont opté pour un report des achats à prix réduit à la mi-juillet ou en août, le Grand-Duché entame son opération commerciale ce vendredi. Les clients sont attendus avec impatience jusqu'au 25 juillet.

(DH et ER) - La relance, c'est maintenant. Ce vendredi, les commerces luxembourgeois se trouvent sur le pied de guerre pour l'ouverture des soldes. Alors que les voisins français et belges ne prendront le train en marche qu'au 15 juillet au plus tôt, le secteur entend tirer profit d'un calendrier favorable pour oublier le confinement et ses deux mois de fermeture forcée qui ont plombé les trésoreries

Et si certains s'étaient manifestés auprès de la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC) pour reporter l'opération de trois semaines - notamment pour écouler la marchandise au prix fort plus longtemps -, d'autres se satisfont de cette décision pour faire entrer des liquidités et ainsi pouvoir préparer la saison d'hiver. 


online.fr, Lokales, Geschäfte schaffen es nicht mehr nach der Krise Corona weiter bestehen zu bleiben, Bahnhofviertel, quartier de la gare, faillite, Geschäfte am Rande der Firmenpleite,  Gebäude durchgehend zur avenue de la gare avenue de la liberté  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les commerces de la capitale sous perfusion
Déjà pris en tenaille par des chantiers qui n'en finissent plus, des loyers jugés prohibitifs et l'implantation de nouveaux centres commerciaux en périphérie, les commerces du quartier de la Gare et de la Ville-Haute apparaissent au bord de l'asphyxie suite à la crise sanitaire.

Mais le maintien des soldes à la date du 26 juin est-il réellement une belle opportunité, six semaines seulement après la réouverture des magasins? La CLC veut s'en convaincre car «les mesures sanitaires permettent de faire du shopping en toute sécurité», commente Claude Bizjak, le directeur adjoint.

Même son de cloche du côté de l'Union commerciale de la Ville de Luxembourg (UCVL) où Anne Darin, sa présidente, assure que les semaines à venir «vont permettre aux commerçants d'avoir plus d'affluence pour booster la reprise progressive post-covid-19». «Tout est prêt», indique, de son côté, Eric Lai qui tient boutique rue de l'Alzette, à Esch. «Les clients sont rassurés et nous le disent. Nous attendions les soldes avec impatience et nous espérons aussi attirer les frontaliers.»


Angucken ist erlaubt, anprobieren nicht überall.
50 euros à gagner et à dépenser dans la capitale
Le conseil communal de la Ville de Luxembourg a décidé d'effacer certaines ardoises pour aider les commerçants à relever la tête après les lourdes pertes enregistrées suite à la crise sanitaire. D'autre part, le principe des bons d'achat est adopté.

Car c'est bel et bien cette clientèle qui est attendue de pied ferme pour compenser les conséquences du chômage partiel, du congé pour raison familiale et du télétravail. Autant de mesures instaurées pour raisons sanitaires qui ont privé la capitale de quelque 50.000 personnes depuis le début de la pandémie. «Nous espérons que les personnes qui télétravaillent en profiteront pour venir en ville les week-ends car nous avons des ouvertures dominicales», rappelle Anne Darin. C'est ainsi que quatre ouvertures dominicales sont programmées, le 28 juin et les 5, 12 et 19 juillet. Et pour attirer le chaland, la Ville de Luxembourg assurera aussi la gratuité des parkings Stade et Schuman à ces mêmes dates.

Les commerçants du Grand-Duché espèrent donc tirer profit d'un calendrier favorable, puisque la France n'autorisera les soldes qu'entre le 15 juillet et le 11 août et la Belgique entre le 1er et le 31 août. Cette année donc, la Lorraine ne bénéficiera pas du régime dérogatoire lui permettant de s'aligner sur le Grand-Duché et devra composer avec un décalage de presque trois semaines sur son voisin. 


Luxtimes, First weeks shops open, Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger
Le lèche-vitrines ne préoccupe pas les esprits
Une semaine après la réouverture des commerces, la clientèle se fait toujours rare. Dans les rayons, le plaisir du shopping semble avoir laissé place à l'efficacité des achats.

«Entre les grandes enseignes, qui disposent de plus de latitude, et les petits commerces, qui ont besoin de liquidités et de place pour la prochaine collection, les avis étaient très partagés», souligne Pascal Schons, le directeur de la Fédération des commerçants de Metz. «Par ailleurs, les soldes au Luxembourg impactent davantage les magasins thionvillois», assure-t-il.

En effet du côté de Thionville, Carol Thil, la présidente de l'association des commerçants (Apecet) acquiesce. Mais l'association a déjà organisé la résistance. «Nous vivons une année particulière et chacun fait ses propositions et essaye d'écouler ses stocks comme il le peut.» Depuis la réouverture, les fichiers clients servent de référence à des ventes privées et des étals sont disposés devant les boutiques «pour créer de petits événements». En outre, l'Apecet a mis en ligne un site spécial destiné à stimuler les achats alors que l'opération chèque-cadeau - qui donne droit à une réduction de 10% dans tous les commerces thionvillois - a «fort bien démarré».


La ruée dans les commerces mosellans se fait attendre
L'entrée en vigueur des mesures de déconfinement a bien permis aux résidents du département français de sortir de chez eux, masqués, mais ne les a pas poussés à s'engouffrer à nouveau dans les magasins rouverts. Et ce, alors que l'ensemble des centres commerciaux sont accessibles.

Si l'optimisme demeure du côté de l'Hexagone, une pointe de résignation se fait jour côté belge. «Nous avons le sentiment que cette situation n'est pas juste» ,  souligne Catherine Arnould, présidente de l'Association commerciale et industrielle d'Arlon (ACIA), en référence au décalage de près de six semaines par rapport aux dates grand-ducales. «D'autant que sur Arlon, la moitié de la population est employée au Grand-Duché, même si beaucoup de personnes sont actuellement en télétravail», ajoute-t-elle en regrettant «l'absence d'harmonisation des taux de TVA» de part et d'autre de la frontière.

2020 restera donc une année hors norme pour les commerçants, même si tous s'accordent sur un point. Les soldes ne constituent plus une période faste attendue avec impatience par les consommateurs. Ces derniers attendant «des promotions durant toute l'année.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Ville aussi généreuse que l'Etat envers les commerces
La capitale poursuit sa politique de soutien à la relance des activités commerciales. A la suite d'une aide directe de 1.000 euros en bons d'achat, le premier échevin Serge Wilmes (CSV) annonce ce vendredi un soutien supplémentaire de 4.000 euros.
Deux poids, deux mesures dans les galeries commerciales
Les uns ont réclamé le paiement des loyers, les autres ont préféré reporter quand certains ont définitivement renoncé à encaisser les factures d'avril et mai. Ainsi, chaque gestionnaire de centre commercial a géré à sa façon la relation avec ses enseignes locataires. Tour d'horizon.
Lokales, Corona: Geschäfte und Friseure öffnen wieder - Massnahmen und Vorbereitungen in der Belle Etoile, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
La capitale met le paquet sur ses magasins
La politique de soutien aux commerces de la capitale se poursuit. Mercredi, la Ville de Luxembourg a annoncé apporter une aide «directe» aux quelque 1.500 boutiques sous la forme de chèques-cadeaux. Tout en leur offrant une plus grande visibilité en ligne.
Lokales, Corona: Geschäfte öffnen wieder - Massnahmen und Vorbereitungen in Luxemburg Stadt, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le SOS des commerces de la capitale
Attention, magasins en danger... Voilà le message d'alerte que lance l'Union commerciale de la Ville de Luxembourg au gouvernement. Dans l'espoir notamment d'une bouée de sauvetage qui viendrait les dispenser de payer leurs loyers.
Baustelle Tram und geschlossene Geschäfter im Garer Viertel, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Des commerçants de la gare exaspérés à l'heure des soldes
Les bonnes affaires ont démarré au Luxembourg mais ne représentent qu'une infime éclaircie dans le quartier Gare. Les travaux du tram ont fait «perdre le fil de la clientèle» témoignent des commerçants à bout de souffle. Le premier échevin réagit.
wort-online.fr.Situation Geschäftsleben im Bahnhofsviertel wegen Trambaustelle,Avenue de la Liberté.Soldes,Schlussverkauf.Gare. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort