Changer d'édition

Des ménages toujours plus endettés
Économie 28.01.2020 Cet article est archivé

Des ménages toujours plus endettés

En 2018, la valeur moyenne de la dette par ménage a progressé pour atteindre les 104.800 euros.

Des ménages toujours plus endettés

En 2018, la valeur moyenne de la dette par ménage a progressé pour atteindre les 104.800 euros.
Photo: Shutterstock
Économie 28.01.2020 Cet article est archivé

Des ménages toujours plus endettés

Marc AUXENFANTS
Marc AUXENFANTS
Si la part des foyers débiteurs diminue au Luxembourg, le montant de leur dette s’est accrue. En une année, en 2018, le montant à rembourser a grimpé de 8% constate la Banque centrale du Luxembourg.

La Banque centrale du Luxembourg (BCL) a publié, lundi, les premiers résultats  de son enquête 2018 sur les comportements financiers et de consommation des ménages luxembourgeois. L’exercice réalisé auprès de 1.600 ménages résidant au Luxembourg, visait à analyser la dette et le patrimoine des ménages, ainsi que leur distribution à travers la population. «53 % des ménages détenaient au moins un type de dette en 2018», note la BCL.

Il s’agissait de crédits hypothécaires, détenus par 31 % des ménages, ou d’autres types de dette, détenus par 35 % des ménages. En 2018, la dette hypothécaire moyenne représentait 91% de la dette totale des ménages. Ce alors même que l'accès au logement constitue la préoccupation première des résidents, et une source flagrante d'inégalités.

Si la part des foyers endettés a diminué de 55% à 53%, entre 2014 et 2018, la valeur moyenne de la dette a toutefois augmenté de 8% durant la période. Passant ainsi de 97.300 à 104.800 euros. «Ainsi, parmi les ménages endettés, le montant moyen de la dette a augmenté de 10% entre 2014 et 2018», constate l’institution bancaire nationale. 


asdf
Plus de prudence dans l'octroi des prêts immobiliers
Des familles qui s'endettent de plus en plus, un marché du logement en tension: il est temps de veiller à ce que la «bulle immobilière» n'explose pas. Pour cela, le ministère des Finances veut instaurer de nouvelles règles pour les emprunts.

En 2018, les actifs réels représentaient 88% de tous les actifs détenus par les ménages au Luxembourg: 87 % d’entre eux possédaient une voiture et 69% une résidence principale. Les actifs financiers des foyers se composaient de dépôts (49%), de fonds (21%) et d’actions (7%). 

«En 2018, 97% des ménages disposaient d’un compte à vue et d’un compte d’épargne», relève l'analyse de la BCL. La valeur moyenne des actifs financiers atteignait ainsi 121.300 euros, contre 132.400 euros en 2014. 


Sur le même sujet

Si les inégalités s'accroissent, le patrimoine des ménages luxembourgeois a progressé ces dernières années. Compris dans une période où les taux d'intérêt ont baissé.
La course folle vers l'acquisition de logements, toujours plus chers, n'est pas sans risque sur l'économie des ménages et des entreprises. Aussi, les députés viennent-ils d'adopter une loi offrant à la CSSF de nouveaux outils de contrôle.
Près de 10,4 milliards d'euros de prêts immobiliers ont été octroyés en 2018 au Luxembourg.
La ministre du Logement souhaite revoir les aides octroyées aux promoteurs favorisant les constructions à loyer modéré. Sam Tanson entend aussi allonger à 40 ans la durée obligatoire de mise en location de ces habitations.
Malgré un rapport du président de la Banque centrale européenne Mario Draghi pointant les risques d'une surévaluation des prix de l'immobilier au Luxembourg, d'autres institutions sont (un peu) plus confiantes.
La hausse continue des prix immobiliers requiert selon plusieurs institutions une surveillance étroite.