Changer d'édition

Des entrepreneurs pris entre peur et incertitude

  • «C'est un drôle de moment que nous vivons»
  • Le gouvernement a indiqué qu'il soutiendrait les entreprises
  • Mon métier, c'est ma passion
  • «C'est un drôle de moment que nous vivons» 1/3
  • Le gouvernement a indiqué qu'il soutiendrait les entreprises 2/3
  • Mon métier, c'est ma passion 3/3

Des entrepreneurs pris entre peur et incertitude

Des entrepreneurs pris entre peur et incertitude

Des entrepreneurs pris entre peur et incertitude


27.04.2020

Photo: Gerry Huberty

Depuis la mi-mars, de nombreux petits entrepreneurs attendent patiemment le jour où ils seront autorisés à rouvrir leur entreprise. Le gouvernement a annoncé la mise en place de mesures d'aides, mais est-ce vraiment suffisant ?

Par Christophe Olinger et Sibila Lind

Lorsque l'état de crise a été déclenché, le 17 mars dernier, la majorité des entrepreneurs du pays n'ont pas eu d'autre choix que de stopper net leur activité. Pour une durée indéterminée. Une mesure drastique dictée par les nouvelles règles sanitaires mais survenue de manière subite et à laquelle aucun d'entre eux n'était préparé. Un défi d'ampleur à surmonter, d'autant plus que la survie de bon nombre de ces entreprises peut être en jeu. 

Car le besoin de planification, élément central dans la vie des entrepreneurs, ne peut être satisfait. Et que les dépenses courantes, elles, se poursuivent. Raison pour laquelle beaucoup attendent de pied ferme la décision du gouvernement quant à une date possible de reprise de leurs activités. Même si le gouvernement a d'ores et déjà débloqué différentes aides, elles risquent de ne pas être suffisantes. Une réalité qui pousse certains à chercher par eux-mêmes des solutions. Trois d'entre eux expliquent leur combat et les raisons qui les poussent à vouloir surmonter cette crise inédite.

1

«C'est un drôle de moment que nous vivons»
Copier le lien


Nicolas Donati est restaurateur. Depuis 2005, il est propriétaire du «Bistrot Gourmand» à Remerschen où il emploie douze salariés.

2

Le gouvernement a indiqué qu'il soutiendrait les entreprises
Copier le lien


Fábio Neves et Brigitte Tavares sont des entrepreneurs en bâtiment. Ils dirigent ensemble une société qui compte environ 40 employés à temps plein.

3

Mon métier, c'est ma passion
Copier le lien


Laetizia Fornage possède une onglerie, fondée  il y a près de cinq ans, où elle travaille seule.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

180.000 salariés en chômage partiel
Depuis mi-mars, le gouvernement a déjà débloqué 372 millions d'euros pour assurer 80% du salaire brut d'employés privés de travail en raison de la crise sanitaire. Aujourd'hui, 9.933 entreprises sont concernées.
L'incertitude économique reste encore de mise
Trois semaines après la présentation du programme gouvernemental de 8,8 milliards d'euros voué à soutenir le fonctionnement des entreprises, l'impact négatif du covid-19 sur le Luxembourg reste encore flou, estime mardi la Fondation Idea qui envisage des effets jusqu'en 2023.
Coronavirus - Leere Plätze - Luxemburg - Lost City - Drone  - bvd Royal -  Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort