Changer d'édition

Des banques parées à affronter la vague de faillites
Économie 2 min. 22.09.2020

Des banques parées à affronter la vague de faillites

Sur les quelque 27.000 emplois dans les banques de la Place, une centaine n'a pas été prolongée suite à la crise, selon les données de la CSSF.

Des banques parées à affronter la vague de faillites

Sur les quelque 27.000 emplois dans les banques de la Place, une centaine n'a pas été prolongée suite à la crise, selon les données de la CSSF.
Photo: Pierre Matgé/archives
Économie 2 min. 22.09.2020

Des banques parées à affronter la vague de faillites

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Présent lundi devant la commission des Finances et du Budget, Claude Marx, directeur de la CSSF, assure que les établissements financiers de la Place disposent des liquidités suffisantes pour répondre aux conséquences des cessations d'activités à venir.

Si les données du registre de commerce ne font pas encore état d'une flambée des faillites, la situation pourrait être tout autre au cours du premier trimestre 2021. Selon les estimations de la CSSF, la première image fiable de l'ampleur de la crise sanitaire devrait apparaître avec le bilan dressé par les banques «entre les mois de décembre et mars prochain». Une perspective que Claude Marx, directeur du gendarme de la Place, assure ne pas craindre que «les banques disposent d'assez de liquidités», a-t-il assuré lundi devant les membres de la commission des Finances et du Budget.


Les faillites (encore) peu impactées par le covid
D'après le registre de commerce et des sociétés, le Luxembourg a connu 513 aveux de faillite de mars à août 2020. Soit 150 de moins que lors de la même période l'année dernière. Le domaine financier et des assurances se révèle le plus touché.

Interrogé quant aux perspectives de reprise économique, le directeur de la CSSF s'est montré «prudent», à en croire André Bauler (DP), président de la commission parlementaire puisqu'il a évoqué une croissance du PIB pour 2021 qui devrait tourner «autour de 5%». Soit «une reprise douce», puisque bien inférieure aux estimations avancées par le Statec, qui table officiellement sur une hausse de 7%

Si le secteur financier dans son ensemble a bien résisté à la crise, un impact est tout de même attendu. Notamment au niveau des emplois. Selon les données avancées lundi par la CSSF, seule une centaine d'emplois n'a pas été renouvelée depuis le début du confinement, sur les quelque 27.000 officiellement recensés. Un chiffre qualifié de «minime» et surtout lié à des «départs naturels», selon André Bauler qui estime que cette tendance devrait se poursuivre dans les mois venir. Conséquence non de la crise sanitaire mais plutôt du phénomène de concentration en cours sur la Place, lié notamment à la digitalisation.


Wissen, Wirtschaft, Bau, Bauarbeiter, Hammer, Handwerker, Sonnenuntergang (Foto: Shutterstock)
Le Statec prévoit un déficit inédit pour 2020
Le marché du travail et les finances publiques vont être sérieusement impactés par les conséquences économiques de la pandémie de covid-19 annonce ce jeudi l'institut de statistiques. Ce dernier s'attend d'ailleurs à ce que le PIB luxembourgeois enregistre «un repli de 6%» cette année.

A noter enfin que la CSSF prépare une circulaire visant à réglementer le télétravail au sein du secteur financier. Évoqué depuis le mois de juin, ce document vise à établir notamment les limites de ce système «qui possède aussi des aspects négatifs», précise André Bauler en référence «aux problèmes de disponibilités des salariés vis-à-vis des clients, aux interrogations quant à la substance des établissements installés au Luxembourg ou bien encore dans la gestion de projets qui nécessitent une présence réelle». Le texte, qui devrait être détaillé fin novembre aux députés, prévoit aussi d'instaurer des mécanismes de contrôle des salariés en télétravail.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les faillites (encore) peu impactées par le covid
D'après le registre de commerce et des sociétés, le Luxembourg a connu 513 aveux de faillite de mars à août 2020. Soit 150 de moins que lors de la même période l'année dernière. Le domaine financier et des assurances se révèle le plus touché.
Le Statec prévoit un déficit inédit pour 2020
Le marché du travail et les finances publiques vont être sérieusement impactés par les conséquences économiques de la pandémie de covid-19 annonce ce jeudi l'institut de statistiques. Ce dernier s'attend d'ailleurs à ce que le PIB luxembourgeois enregistre «un repli de 6%» cette année.
Wissen, Wirtschaft, Bau, Bauarbeiter, Hammer, Handwerker, Sonnenuntergang (Foto: Shutterstock)