Changer d'édition

Déjà 988 faillites prononcées cette année
Économie 2 min. 06.11.2020 Cet article est archivé

Déjà 988 faillites prononcées cette année

C'est en mai dernier que le plus grand nombre de faillites ont été officialisées, au sortir du confinement de printemps donc.

Déjà 988 faillites prononcées cette année

C'est en mai dernier que le plus grand nombre de faillites ont été officialisées, au sortir du confinement de printemps donc.
Photo : Pierre Matgé
Économie 2 min. 06.11.2020 Cet article est archivé

Déjà 988 faillites prononcées cette année

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Mais le chiffre des défaillances de sociétés est loin d'exploser. Mais l'importance du recours au chômage partiel ou des aides perçues reporte sans doute l'échéance pour nombre d'entreprises luxembourgeoises.

Le chiffre était attendu depuis le printemps. Combien d'entreprises les deux tribunaux de Diekirch et Luxembourg allaient-ils déclarer en faillite ? Vendredi, le ministère de la Justice a levé le voile sur cet indicateur : pour octobre, seulement 132 faillites. Seulement car, à comparer avec les données passées (125 en 2019 par exemple), la débâcle économique est donc loin de ce qui pouvait être craint.

Certes, après un peu plus de six mois de turbulences liées à la crise covid, les divers secteurs de l'activité luxembourgeoise sont à la peine. En témoigne le dernier Baromètre de la Chambre de commerce qui souligne que près de 60% des entreprises ont connu une chute d'activité. Mais l'effondrement économique n'est pas d'actualité. Ainsi, depuis janvier dernier, 988 sociétés ont été déclarées en faillite. Pas de vague quand on sait que le total 2019 se montait à 1.240 entreprises, pour 1.169 en 2018.

En dehors des sociétés de holding et fonds de placements, ce sont principalement les entreprises du commerce (169 faillites en 2020) et de la construction (98) qui ont dû baisser définitivement le rideau. Ce qui, immanquablement, s'est traduit par des pertes d'emplois en nombre. On parle ainsi de 900 postes perdus depuis le début de l'année. Là encore, rien d'exceptionnel à comparer les données 2020 aux années précédentes. Les branches économiques déplorant la plus grande perte de salariés sont les services non financiers (26%) et la construction (24%) au cours du premier semestre. 

Si le tsunami de défaillances a pu être évité, il ne faut pas se cacher que cela est dû à l'interventionnisme de l'Etat. Jusqu'à octobre, le montant de cette assistance était estimé à près de 808 millions d'euros. Un budget majoritairement dédié au chômage partiel (445 millions d'euros), à des aides spécifiques (105 millions), mais également à des prêts (149 millions) ou des avances (158 millions).

Autant de dispositifs qui ont servi d'amortisseurs à la crise, mais qui n'auront pas une efficacité éternelle. Le ministère de l'Economie devra donc bien définir quand et comment toutes ces ficelles (qui permettent à des milliers de sociétés de tenir encore debout) pourront être coupées. Un timing qui préoccupe déjà nombre de dirigeants encore sous perfusion publique.


This general view shows a partially deserted media area on the first day of a European Union (EU) summit at The European Council Building in Brussels on October 1, 2020. - European leaders are meeting to tackle disputes that threaten their huge coronavirus recovery package and weaken their ability to respond to crises on their borders with Turkey and Belarus. The first night of the extraordinary two-day European Union summit will be dominated by the bloc's tricky ties with Ankara, which is embroiled in a dangerous maritime stand-off with Greece and Cyprus. But the leaders will reluctantly be forced to address an internal argument about tying access to EU funds to a member state's support for the rule of law -- an idea fiercely opposed by Hungary. (Photo by JOHN THYS / AFP)
L'UE autorise les aides d'Etat jusqu'à l'été 2021
Bruxelles a annoncé ce mardi l'élargissement et la prolongation jusqu'au 30 juin 2021 de l'assouplissement des aides d'Etat adopté au printemps dernier pour soutenir les entreprises européennes face à la crise du coronavirus.

Ainsi, le dernier baromètre de la Chambre de commerce signalait que parmi les ''défis'' à relever dans les mois à venir, le «remboursement des dettes cumulées en période covid» donnait des sueurs froides à 42% des dirigeants de société. De quoi laisser planer des craintes pour une envolée des faillites quand viendra l'heure soit de passer à la caisse, soit de voir les aides gouvernementales diminuer. Ce qui n'est pas encore évoqué par les ministres Franz Fayot et Lex Delles. Mais jusqu'à quand?

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les tribunaux luxembourgeois auront prononcé 136 nouvelles fins d'activité de sociétés en juin. Ainsi, le nombre de faillites constatées pour le premier semestre 2021 est-il de 8% supérieur en comparaison avec la moyenne des premiers semestres d'avant-crise.
Alors que la crise économique est bien là, moins d'entreprises auront définitivement fermé durant l'épisode covid qu'en 2019. La construction restant le secteur le plus affecté parmi les 1.206 faillites actées.
Lokales, Pressekonferenz Stadt Luxemburg “Mon Quartier – Mon Commerce “ / “ Mäi Quartier – Mäi Buttek“  Avenue de la Gare, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Un tiers des 560 entreprises sondées par la Chambre de commerce estiment que leur activité va encore chuter dans les six prochains mois. Un pessimisme dans l'environnement économique qui concerne plus spécifiquement les secteurs du transport, du commerce et de la restauration.
16.10.12 Magasin a la Bourse. Foto:Gerry Huberty
Lex Delles (DP) ne ferme pas la porte à une extension des aides mises en place pour atténuer les conséquences économiques de la crise sanitaire. Mais pour le ministre des Classes moyennes, la solution passera par une décision européenne.
Wirtschaft, Lex Delles, Minister für Mittelstand und Tourismus, Foto. Guy Wolff/Luxemburger Wort