Changer d'édition

Décision attendue sur les rabais fiscaux luxembourgeois
Économie 3 min. 12.05.2021 Cet article est archivé

Décision attendue sur les rabais fiscaux luxembourgeois

Décision attendue sur les rabais fiscaux luxembourgeois

Photo : AFP
Économie 3 min. 12.05.2021 Cet article est archivé

Décision attendue sur les rabais fiscaux luxembourgeois

La justice européenne se prononce mercredi sur des exonérations d'impôts accordés par le Luxembourg au géant de la vente en ligne Amazon et à l'énergéticien Engie, épinglées comme aides d'Etat illégales par Bruxelles qui en a ordonné le remboursement.

(AFP) - Amazon ou Engie ont-ils bénéficié d'un avantage fiscal illégal? Ce 12 mai, la justice européenne tranchera cette question. Ces contentieux font partie d'une vaste campagne de la Commission européenne contre l'évasion fiscale des multinationales au sein de l'UE. Des enquêtes ont été ouvertes ces dernières années sous la pression des révélations du scandale LuxLeaks en 2014 puis des Panama Papers en 2016.


Le Luxembourg fait appel de la décision de la Commission dans le dossier Engie
Le gouvernement luxembourgeois a décidé de faire appel de la décision de la Commission européenne dans le dossier Engie.

Cette croisade a eu pour l'instant des résultats contrastés. Dans un litige l'opposant au groupe informatique Apple, la Commission avait subi un revers retentissant l'été dernier, les juges européens annulant sa décision de faire rembourser à l'Irlande 13 milliards d'euros d'avantages fiscaux qu'elle estimait indus.

Pour Amazon et Engie, les sommes en jeu sont moindres. Le géant américain de l'e-commerce avait été sommé en octobre 2017 de rembourser 250 millions d'euros au Luxembourg. Bruxelles estime qu'il a bénéficié d'avantages illégaux, grâce à un accord de 2003 (reconduit en 2011) lui permettant d'échapper à l'impôt sur près de trois quarts de ses bénéfices dans ce pays qui abrite son siège européen.

Montages financiers douteux

En juin 2018, l'exécutif européen avait ordonné au Luxembourg de récupérer 120 millions d'euros auprès d'Engie, mettant en cause des montages financiers douteux ayant permis à l'énergéticien français d'échapper à l'impôt sur 99% des bénéfices générés par deux de ses filiales sises au Grand-Duché.

Contestant toute pratique illégale, le Luxembourg, Amazon et Engie avaient saisi la justice européenne. Les juges du tribunal de l'UE doivent rendre leur décision ce mercredi matin.


Wi, Classement des banques .Finanzplatz,BCEE Spuerkees. Luxemburg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La Place vue au travers de l'enquête Open Lux
Menées par 16 médias internationaux et l'Organized Crime and Corruption Reporting Project, les investigations portent sur l'analyse de quatre millions de documents du registre du commerce et du registre des bénéficiaires effectifs du Grand-Duché.

Les différentes parties pourront faire appel devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), comme l'a fait la Commission européenne après sa défaite contre Apple en première instance.

La chaîne américaine de cafés Starbucks avait également obtenu gain de cause en septembre 2019 en première instance contre Bruxelles qui lui avait imposé de verser 30 millions d'euros d'arriérés d'impôt aux Pays-Bas.

En revanche, le constructeur automobile italien Fiat avait échoué auprès des mêmes juges européens à faire annuler une décision portant sur ce même montant au Luxembourg.

Eviter les distorsions en Europe

Le traitement fiscal extrêmement favorable de grandes entreprises par certains Etats de l'UE, comme la Belgique, l'Irlande, le Luxembourg et les Pays-Bas, est dénoncé par des ONG depuis de longues années. Ces pays sont accusés de chercher à s'assurer investissements et emplois sur leur sol, au prix d'un dumping qui alimente une chute des recettes fiscales en Europe et crée des distorsions de concurrence entre les entreprises.

Quelle que soit l'issue des procédures en cours, la question pourrait être bientôt résolue par la révolution de la fiscalité internationale promue par l'administration américaine. Le président Joe Biden souhaite en effet un impôt mondial minimal sur les sociétés. Une réforme en ce sens est en cours de négociation sous l'égide de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). En cas de succès, elle permettrait de lever plus d'impôts et de régler les problèmes de distorsions au sein de l'UE.


Sur le même sujet

La justice européenne a validé mercredi les tax rulings obtenus par le géant américain au Luxembourg, désavouant la Commission qui y voyait des aides d'Etat illégales pour un montant de 250 millions d'euros dont elle avait exigé le remboursement.
Les juges européens ont annulé ce mercredi la décision de la Commission européenne qui avait contraint, en 2016, le géant américain à verser à l'Irlande le montant d'avantages fiscaux jugés indus. Le jugement de la CJUE indiquant que Dublin n'avait pas réalisé un «avantage économique sélectif»
Le constructeur italien a subi une première défaite dans sa bataille contre l'Union européenne qui l'oblige à rembourser des avantages fiscaux indus au Grand-Duché. Ce qui n'est pas le cas de Starbucks dont les rulings ont été validés mardi par la Cour européenne de justice de l'UE.
A picture taken on September 24, 2019 at a car dealer in Brussels shows the logo of italian carmaker Fiat. - An EU court on September 24, 2019 annulled an order by Brussels that Starbucks pay 30 million euros in taxes to the Netherlands, saying European regulators had failed to demonstrate illegal state aid. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
La Commission européenne est de nouveau passée à l'offensive mercredi contre les montages fiscaux des géants américains du net, avec dans son viseur les pratiques d'Amazon au Luxembourg et celles d'Apple en Irlande.
Amazon rétorque: «Nous pensons qu'Amazon n'a reçu aucun traitement spécial de la part du Luxembourg et que nous avons payé nos impôts en totale conformité à la fois avec les règles fiscales internationales et luxembourgeoises».
Opération communication
Le géant du e-commerce a surpris son monde ce week-end en manifestant sa volonté de déclarer ses revenus dans les pays où il en génère. Il a anticipé de la sorte une initiative de la Commission européenne contre l'optimisation fiscale abusive des sociétés. Celle-ci lance aujourd'hui son plan d'action
Les locaux d'Amazon sur les rives de Clausen.