Changer d'édition

Début de négociations compliqué chez SES
Économie 2 min. 02.07.2020

Début de négociations compliqué chez SES

Fondée en 1985, SES emploie actuellement quelque 600 personnes au Grand-Duché.

Début de négociations compliqué chez SES

Fondée en 1985, SES emploie actuellement quelque 600 personnes au Grand-Duché.
Photo: Lex Kleren
Économie 2 min. 02.07.2020

Début de négociations compliqué chez SES

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Entamés le 25 juin dernier, les échanges entre syndicats et direction de l'opérateur de satellites sont qualifiés, jeudi, de «mouvementés» par l'OGBL et le LCGB. En cause, le placement de certains délégués du personnel sur la liste des personnes impactées par le plan social en cours de négociation.

Entrés dans le vif du sujet depuis une semaine, syndicats et direction de SES semblent se trouver à un point-clé des négociations du plan social à venir. Preuve en est l'envoi, ce jeudi, d'un communiqué commun OGBL-LCGB faisant état à la fois d'une baisse «du nombre initial de personnes impactées», mais aussi d'initiatives de la direction qui «laissent un arrière-goût amer». 

En clair, d'un côté l'avancée des négociations pour permettre de limiter le nombre de licenciements au sein du personnel des cinq entités actuelles du groupe, de l'autre la critique syndicale des moyens mis en oeuvre par la direction pour mener ces négociations.


Mit dem Satellitenfernsehen wurde SES groß - doch der Markt wächst nicht mehr.
SES prête à scinder ses activités
L'opérateur de satellites fermera des sites en Europe et le personnel luxembourgeois n'est pas épargné par ce plan social. L'entreprise envisage de se diviser en deux sociétés dédiées à l'activité réseaux pour l'une, à la partie vidéo pour l'autre.

Dans la ligne de mire des syndicats figurent ainsi non seulement la méthode de calcul des indemnités extralégales et l'enveloppe financière globale, mais aussi et surtout le placement de délégués du personnel sur la liste des personnes ciblées par le plan social. Et parmi eux, des présidents de délégation du personnel. 

Présentée par Julie Roden, secrétaire centrale adjointe OGBL comme «inacceptable, absurde et pitoyable», cette stratégie ne viserait qu'à «déstabiliser ces personnels» et à créer «une atmosphère tendue via une forme de pression sur l'ensemble des salariés». Une stratégie qu'OGBL et LCGB assurent avoir de la peine à comprendre puisqu'ils jugent la direction «très coopérative» en ce qui concerne le redéploiement des salariés vers les deux futures entités du groupe. L'une dédiée à l'activité vidéo, l'autre à l'activité réseaux. 


SES CEO Steve Collar, Foto Lex Kleren
L'OGBL appelle Bettel à revoir sa position sur SES
Dans son accord de coalition signé en décembre 2018, le gouvernement mettait en évidence l'importance des formations et les reconversions de compétences. Mais dans ce dossier, le syndicat estime que le Premier ministre «oublie ses engagements en faveur du maintien de l'emploi».

Interrogé sur l'ampleur du nombre d'emplois sortis du plan social, Carlo Wagener, secrétaire syndical adjoint LCGB élude, se contentant d'indiquer que la baisse est «considérable» par rapport aux 60 à 75 postes évoqués initialement. Et que «d'autres emplois» pourraient encore être sauvés grâce au recours à «des méthodes inventives». Comprenez notamment la possibilité d'élargir le périmètre des personnes concernées par la préretraite.

Sollicitée jeudi soir, la direction indique que «neuf réunions ont été réalisées avec les délégations du personnel pour discuter des mesures de sauvegarde de l'emploi et une dédiée aux indemnités financières de licenciement» et qu'elle souhaite «garder toutes les discussions confidentielles, comme convenu avec nos partenaires sociaux». Pour mémoire, l'annonce du plan social au sein de SES, fleuron de l'industrie luxembourgeoise, a été à l'origine de quelques remous politiques. Évoquée début juin à la Chambre, la baisse des effectifs au Grand-Duché a été présentée par Xavier Bettel (DP) comme «nécessaire pour réduire les coûts». SES emploie à ce jour quelque 2.100 personnes à travers le monde, dont 600 au Luxembourg.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'OGBL appelle Bettel à revoir sa position sur SES
Dans son accord de coalition signé en décembre 2018, le gouvernement mettait en évidence l'importance des formations et les reconversions de compétences. Mais dans ce dossier, le syndicat estime que le Premier ministre «oublie ses engagements en faveur du maintien de l'emploi».
SES CEO Steve Collar, Foto Lex Kleren
SES prête à scinder ses activités
L'opérateur de satellites fermera des sites en Europe et le personnel luxembourgeois n'est pas épargné par ce plan social. L'entreprise envisage de se diviser en deux sociétés dédiées à l'activité réseaux pour l'une, à la partie vidéo pour l'autre.
Mit dem Satellitenfernsehen wurde SES groß - doch der Markt wächst nicht mehr.
SES annonce un plan social
Selon l'opérateur de satellites luxembourgeois, entre 10 et 15% de la main-d'œuvre est concernée. La fermeture de certains de ses bureaux européens est envisagée.
SES
Soupçon de «préméditation» sur la fermeture de Mahle
Plus de deux semaines après l'annonce de la cessation d'activité de l'équipementier automobile basé à Foetz, LCGB et OGBL annoncent leur intention d'«utiliser tous les moyens légaux nécessaires pour soutenir les salariés» et dénoncent la stratégie de la direction.
Wi , Firma Mahle , Foetz , gelegen innerhalb von Sisa Foetz  s.a. Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort