Changer d'édition

Débat autour des congés légaux sur la Place
Économie 2 min. 02.04.2019 Cet article est archivé

Débat autour des congés légaux sur la Place

Selon l'ABBL et l'ACA, le nombre de jours de congé pour les salariés de la Place varie entre 36 et 38,5 jours par an.

Débat autour des congés légaux sur la Place

Selon l'ABBL et l'ACA, le nombre de jours de congé pour les salariés de la Place varie entre 36 et 38,5 jours par an.
Photo: Guy Wolff
Économie 2 min. 02.04.2019 Cet article est archivé

Débat autour des congés légaux sur la Place

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Une semaine après l'adoption à la Chambre d'un jour de repos légal supplémentaire, la question de l'application de la mesure pose question. Notamment dans le secteur financier où l'ABBL et l'ACA regrettent que «la politique de l'arrosoir soit une nouvelle fois utilisée».

Votée à l'unanimité mercredi dernier, la loi instaurant le 9 mai comme jour férié et un 26e jour de congé légal dès 2019 pose déjà question. Non pas tant sur son principe que sur son application concrète. Les premiers à dégainer ne sont autres que l'ABBL et l'ACA, organismes représentant le patronat dans le secteur bancaire et dans celui des assurances.


Les deux jours de congé supplémentaires validés
C'est un vote unanime: les 60 députés de la Chambre ont confirmé, mercredi après-midi, l'introduction d'un jour férié et d'un congé supplémentaire au Luxembourg, à compter de cette année 2019.

Dans un communiqué publié mardi, tous deux pointent du doigt les conséquences du texte qui «impacte également les secteurs régis par une convention collective de travail sectorielle et ayant plus de 25 jours de congé légaux». Autrement dit, selon l'ABBL et l'ACA, la loi s'appliquera bel et bien aux salariés qui bénéficient d'un nombre de jours de congé supérieur au minimum légal. 

Application de la «politique de l'arrosoir»

Dont ceux de la Place qui bénéficient, en plus du seuil des 26 jours de différents ajouts historiques. Que ce soit les «jours de repos», les «jours fériés» spécifiques aux banques ou aux assurances ou la reconnaissance de l'ancienneté. Ce qui porte le total selon l'ABBL et l'ACA, en fonction de l'âge des salariés, à un ensemble compris entre 36 et 38,5 jours par an.

Un résultat qualifié par les organisations patronales de «politique de l'arrosoir» qui irait à la fois «contre ce qui avait été annoncé dans l'accord de coalition» et «les déclarations publiques de plusieurs membres du gouvernement». L'ABBL et l'ACA assurent ainsi regretter «qu'une mesure sociale censée régler les situations moins avantageuses soit ainsi élargie (...) à tous les secteurs économiques».

Rappel historique

De son côté, l'Aleba, principal syndicat du secteur financier, s'était réjoui, la semaine dernière, du vote à la Chambre et indiquait que le 26e jour de congé «est également dû aux salariés des banques et des compagnies d'assurance». 

Sur les jours supplémentaires en vigueur, le syndicat rappelait qu'ils résultaient «d'une part d'une compensation historique d'anciens jours fermés fixes» et «d'autre part une compensation octroyée par les associations patronales en échange du maintien d'un temps de travail de 40 heures par semaine, alors que les syndicats souhaitaient un temps de travail hebdomadaire inférieur».


Sur le même sujet

L'Association luxembourgeoise des banques et banquiers Luxembourg (ABBL) et l'Association des compagnies d'assurance et de réassurance (ACA) ont annoncé lundi soir avoir trouvé un accord de principe avec l'Aleba pour une convention collective pour les années 2021-2023.
Le conflit qui oppose syndicats du secteur bancaire et représentants du patronat sur l'application d'un nouveau jour de congé reste d'actualité malgré la tenue, mardi, d'une réunion spécifique. Les syndicats prévoient d'ores et déjà «une série de mesures».
Finanzplatz Luxemburg. Banken, Bänker Boulevard Royal. Foto: Guy Wolff
L'instauration de deux jours de congé supplémentaires pour cette année au Luxembourg est loin de faire l'unanimité. L'Association des banques et banquiers a ainsi souligné la perte financière liée à cette nouvelle loi, surtout pour la Place.
Führungsduo: CEO Serge de Cillia und Präsident Guy Hoffmann bei der Vorstellung des Banken-Geschäftsjahres 2018.
Quelques jours après la sortie de l'ABBL et de l'ACA dénonçant la mise en oeuvre d'un 26e jour de repos légal «dans des secteurs régis par une convention collective de travail ayant plus de 25 jours», Aleba, OGBL et LCGB veulent «faire entendre raison» aux organisations patronales.
Illu - Finanzplatz - Place financiere - Luxembourg - Photo : Pierre Matge