Data centre géant à Bissen

Le dossier Google patine

25 hectares ont été réunis à Bissen, mais il manque des signatures pour boucler la mise à disposition à Google.
25 hectares ont été réunis à Bissen, mais il manque des signatures pour boucler la mise à disposition à Google.
Pierre Matgé

(pso) - La candidature est déposée auprès de Google, mais il manque des signatures pour le terrain du futur data centre, a expliqué le ministre Etienne Schneider aux députés de la Commission de l'Economie ce lundi. Convoqué par l'opposition au sujet du projet d'implantation au Luxembourg d'un centre de données géant du groupe américain, M. Schneider a expliqué qu'un dossier a été déposé «oralement» vendredi au siège de l'entreprise à Mountain View (Californie).

Il contient une proposition de terrain sur la commune de Bissen à proximité du centre régional d'exploitation et de maintenance des réseaux d'électricité de Creos pour lequel Google se serait avoué «intéressé», mais les démarches ne sont pas bouclées.

De nombreuses démarches à accomplir

Les 25 hectares auraient été réunis par le regroupement de surfaces appartenant à plusieurs propriétaires. «On a des accords sur tous les terrains sauf un, et pas encore toutes les signatures», explique le ministre. «On espère régler ce problème dans les prochains jours», poursuit-il.

Il faudra ensuite convertir le plan d'aménagement général, une procédure qui pourrait durer. «Nous aurions voulu savoir dans quels délais cela serait possible de reclasser ces zones vertes», a regretté le député CSV Laurent Mosar à la sortie de la réunion.

Concurrence?

Le représentant de l'opposition se félicite qu'un acteur de première classe s'intéresse au Luxembourg, mais relève la persistance de mystères non éclairés par le ministre, à savoir notamment si le géant du net prospecte auprès d'autres juridictions.

L'implantation de ce data centre représenterait un investissement d'un milliard d'euros et permettrait la création de 300 emplois selon le ministre de l'Economie. Google deviendrait également le premier consommateur d'énergie toujours selon M. Schneider.

Ultimatum au 14 juillet

Google avait donné au gouvernement jusqu'au 14 juillet (vendredi dernier) pour proposer un terrain de 25 hectares capable d'accueillir son centre de données. Une première solution avait dû être écartée à cause du refus d'un agriculteur de Roost. Des alternatives avaient été déployées et un émissaire envoyé à Mountain View pour déposer un dossier. Ce qu'il n'a pu faire que de manière informelle.

«On va tout formaliser et on va déposer le dossier final,» explique l'entourage du ministre de l'Economie. Chaque jour compte et la période de vacances ne joue pas à l'avantage du Grand-Duché.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.