Changer d'édition

Côté aides, l'Horesca reste sur sa faim
Économie 2 min. 10.12.2021
Aides aux bars et restaurants

Côté aides, l'Horesca reste sur sa faim

Pas la foule actuellement dans bars et restaurants du pays.
Aides aux bars et restaurants

Côté aides, l'Horesca reste sur sa faim

Pas la foule actuellement dans bars et restaurants du pays.
Photo : dpa
Économie 2 min. 10.12.2021
Aides aux bars et restaurants

Côté aides, l'Horesca reste sur sa faim

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le secteur ne sait toujours pas si les aides promises jusqu'au 31 décembre seront prolongées pour 2022. Et alors que de nombreux clients hésitent à franchir le seuil des établissements ou annulent leurs réservations de fin d'année, cafetiers, restaurateurs et hôteliers tremblent.

2G pour les loisirs, 3G pour le milieu professionnel. A force de ne se pencher que sur l'élargissement des règles de contrôle du CovidCheck, le volet social de la crise avait presque fini par se faire oublier. Mais à trois semaines du terme des différents soutiens d'Etat promis aux métiers de la restauration et des bars, la profession s'inquiète. Certes, le contrôle du statut 2G -rétabli ou vacciné- de leur clientèle va permettre aux établissements de rester ouverts ces prochaines semaines («ce qui est préférable à toute fermeture»), mais quid des compensations de perte de chiffre d'affaires?


04.12.2021, Spanien, Palma: Pedro zeigt dem Geschäftsführer Danyel (r) sein «Covid-Pass», bevor er das Restaurant «Beewi» in Palma de Mallorca betritt. Zum Besuch von Bars, Restaurants und anderen Einrichtungen mit einer Kapazität von mehr als 50 Personen muss seit dem 04.12.2021 ein Impf- oder Genesenennachweis bzw. ein negatives Testergebnis vorgelegt werden. Foto: Clara Margais/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La police sanctionne deux établissements de la capitale
La bonne application du dispositif CovidCheck reste au cœur des préoccupations de la police grand-ducale, qui a constaté deux infractions dans le secteur de l'Horeca la semaine dernière.

Car les recettes attendues pour ce mois de décembre ont fondu aussi vite que la courbe des nouvelles infections remontait. En plus certains clients hésitent maintenant à aller dîner à l'extérieur ou partager un apéritif dans un café faute de disposer d'un pass sanitaire ''vert'', alors même que la mesure annoncée n'est pas encore entrée en vigueur (l'ancien régime s'appliquant toujours à l'entrée). Bref, entre les annulations des uns et la peur de rester dehors des autres, la branche Horesca luxembourgeoise souffre encore.

Et le secrétaire général de la fédération des cafetiers, restaurateurs, hôteliers du pays répercute l'angoisse des adhérents : «Le climat d’incertitude est aussi nourri par la lenteur prise par les pouvoirs publics pour annoncer clairement quelles aides seront accordées aux entreprises mises en difficulté», peste François Koepp. A priori, tout pourrait s'arrêter au 31 décembre : les aides aux coûts non couverts comme le chômage partiel conjoncturel.


Le prix de la bière aura un goût plus amer en janvier
La hausse des coûts d'énergie et des matières premières touchent aussi les brasseurs luxembourgeois. Du coup, le prix du demi deviendra ainsi un peu plus salé pour le consommateur.

Difficile d'imaginer toutefois, le ministère de l'Economie lâcher dans la difficulté les entreprises du secteur. Reste que Lex Delles (DP), à la direction des Classes moyennes, aurait tout intérêt à vite faire savoir le menu des aides disponibles pour les uns et les autres. Comme il avait communiqué, le mois dernier, pour annoncer une énième prolongation des dispositifs pour l'Horesca, l'événementiel ou le secteur touristique. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.