Changer d'édition

Fin de «l'embouteillage» pour l'emploi des jeunes
Économie 4 min. 20.08.2021
Chômage et covid

Fin de «l'embouteillage» pour l'emploi des jeunes

Jeunes diplômés, étudiants ou apprentis, les moins de 30 ans bénéficient d'aides et de formations pour s'insérer sur le marché de l'emploi.
Chômage et covid

Fin de «l'embouteillage» pour l'emploi des jeunes

Jeunes diplômés, étudiants ou apprentis, les moins de 30 ans bénéficient d'aides et de formations pour s'insérer sur le marché de l'emploi.
Photo: AFP
Économie 4 min. 20.08.2021
Chômage et covid

Fin de «l'embouteillage» pour l'emploi des jeunes

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Comme pour le reste de la population active, le chômage des moins de 30 ans recule ces derniers mois. Si les aides de l'Etat ont permis de limiter la casse, la formation joue également un rôle dans leur insertion sur le marché du travail.

Les Luxembourgeois de moins de 30 ans tournent peu à peu la page covid, du moins en ce qui concerne le chômage. Le nombre de demandeurs d'emploi de juillet tombera ce 20 août, mais Pierre Gramme et Christine Witte de l'Adem apparaissent confiants. Car si la crise sanitaire a bien eu «un impact» sur l'emploi des jeunes, il s'agit en réalité «d'un embouteillage en train de se résorber», indique la responsable de la garantie pour la jeunesse auprès de l'Adem.


L'apprentissage bénéficie d'un nouveau coup de pouce
Après une première vague d'aides pour encourager les entreprises à poursuivre l'accueil de jeunes en formation, le gouvernement remet sur l'établi un nouveau système de soutien.

Ainsi, son confrère du service études et statistiques de l'Adem explique qu'entre mars et décembre 2020, les nouvelles inscriptions «n'ont pas explosé». En revanche «une baisse des clôtures de dossiers a été observée». Autrement dit, le chômage a principalement touché des personnes déjà inscrites, les licenciements ayant été limités «par les aides de l'Etat», y compris pour les salariés les moins âgés et donc avec le moins d'ancienneté.

Grâce au chômage partiel, les employeurs ont notamment pu «garder leurs salariés et leur verser des compensations», notamment dans le secteur de l'Horeca qui emploie beaucoup de jeunes. 

En revanche, «la baisse des offres en raison de l'incertitude de la pandémie a retardé l'entrée des jeunes sur le marché de l'emploi», souligne Christine Witte. De ce fait, 4.463 moins de 30 ans étaient inscrits à l'Adem en mai 2020, au plus fort de la crise. Un an plus tard, leur nombre a baissé de 26%.

«Cela ne veut pas forcément dire que tous vont retrouver du travail», prévient Pierre Gramme. En effet, l'insertion sur le marché de l'emploi, autant en fin de cursus scolaire que pour un job étudiant, est de plus en plus liée au profil du candidat. «Les employeurs vont certainement être plus regardants sur les qualifications», opine Christine Witte. Et si les moins qualifiés devront «faire preuve de davantage de motivation pour apprendre sur le terrain», ils ne devraient pas être les seuls à rencontrer des difficultés.

Ainsi, les jeunes avec un niveau de diplôme supérieur peuvent aussi tarder à (re)trouver un emploi. Selon les derniers chiffres de l'Adem, ils étaient 458 à chercher une place en juin dernier. Soit près de 200 de moins que les moins de 30 ans peu qualifiés. Ces profils effraient en effet les employeurs «qui craignent que la personne démissionne peu de temps après parce qu'elle n'est pas assez stimulée ou que le salaire ne convienne pas», note la responsable de l'Adem.

Pour aider les uns et les autres à trouver chaussure à leur pied, l'Adem mise sur la formation. Les conseillers encouragent les chômeurs de moins de 30 ans à développer leurs soft skills, c'est-à-dire à apprendre comment se comporter au travail, s'intégrer à un groupe... «Ce savoir-être est très recherché par les employeurs car il leur permet de se concentrer sur l'aspect technique du poste», précise Christine Witte.


Computer technician using digital tablet performing maintenance check of mainframe equipment
Des demandeurs d'emploi formés au numérique
En proposant une formation spécifique baptisée «FutureSkills», l'Adem et le ministère de l'Emploi ambitionnent de mettre en corrélation le profil des chômeurs avec l'évolution digitale des métiers. Particularité: ce stage s'effectuera exclusivement dans le secteur public.

Des compétences que le ministère de l'Education propose aussi de développer via son programme «Diplom +». Dans cette formation de deux semestres, les futurs salariés «apprennent à parler en public, acquièrent des compétences digitales, passent des entretiens», énumère Véronique Schaber. La directrice de la formation professionnelle précise que l'offre concerne aussi bien des chômeurs que des personnes n'ayant pas osé postuler dans de grandes écoles ou à l'Uni. Seule condition: avoir le BAC. «Pour la session 2021, nous sommes en mesure d'accueillir 200 élèves», rappelle-t-elle.

Outre ces formations, le ministère a également prolongé d'un semestre les bourses pour les étudiants, et décalé au 30 novembre la date limite pour que les apprentis trouvent un patron. «Eux aussi sont accompagnés pour préparer leur entretien d'embauche, trouver un employeur et suivre le programme scolaire», précise Véronique Schaber.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En raison du covid, les élèves concernés pourront continuer leur cursus tout en touchant leurs bourses durant trois semestres complets, au lieu de deux. Un nouveau règlement qui s'appliquera aussi aux nouveaux inscrits, note ce mardi l'association ACEL.
Lok , Esch/Belval , Uni.lu , Welcome Day Uni Luxemburg , foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
S'il n'atteint pas encore le niveau d'avant la pandémie, le taux de chômage des 15-25 ans tend à diminuer au Luxembourg, indique Eurostat. Le covid a notamment impacté les apprentis.
Nicolas Buck, le président de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), livre ses sentiments avant la tripartite de vendredi. Le «patron des patrons» insiste sur «le monde du travail de demain», des compétences à acquérir et dénonce à nouveau «les lourdeurs administratives».
Für Nicolas Buck und die UEL muss die Arbeitsmarktpolitik ganz oben auf die Agenda der Tripartite.
Selon l'ADEM, qui a dévoilé son bilan 2017 lundi, la baisse du chômage persiste au Luxembourg, notamment chez les moins de 30 ans. L'agence a mis plusieurs dispositifs en place l'année passée, dans le but de poursuivre dans cette voie et de faciliter l'orientation des salariés handicapés.
En 2017 a été lancé le projet COSP-HR, qui a pour but de faciliter l'orientation et la réorientation des salariés handicapés ou reclassés
16.331 personnes étaient inscrites à l’Adem en tant que demandeurs d’emploi au 31 mai 2016, soit 898 personnes de moins qu’en mai 2015. Le taux de chômage s’établit à la fin mai à 6,5 % soit, 0,1% de moins que le mois précédent.
 Le taux de chômage s’établit dorénavant à 6,5%