Changer d'édition

Chauffage Sudcal: ArcelorMittal carbure à Belval
La chaleur perdue serait donc réutilisée pour alimenter les logements du quartier de Belval.

Chauffage Sudcal: ArcelorMittal carbure à Belval

Pierre Matgé
La chaleur perdue serait donc réutilisée pour alimenter les logements du quartier de Belval.
Économie 2 min. 11.01.2018

Chauffage Sudcal: ArcelorMittal carbure à Belval

Laurent SCHMIT
Les tours rouges de Belval ainsi qu'un peu moins de 180 autres bâtiments à Belval sont chauffés par le réseau de chauffage urbain de Sudcal. A partir du mois de mai, ces canalisations de 22 kilomètres seront alimentées par l'excès de chaleur de l'usine ArcelorMittal.

(las trad. sw) - Les tours rouges de Belval ainsi qu'un peu moins de 180 autres bâtiments à Belval sont chauffés par le réseau de chauffage urbain de Sudcal. A partir du mois de mai, ces canalisations de 22 kilomètres seront alimentées par l'excès de chaleur de l'usine ArcelorMittal.

Plus précisément, c'est la chaleur perdue du laminoir 2, qui produit des parois de palplanches. A cet effet, l'acier brut est chauffé à 1.300 °C mais les fumées du four atteignent seulement 800 °C. Cette chaleur perdue serait donc réutilisée pour alimenter les logements du quartier de Belval.

Économies annuelles de 5.000 tonnes de CO2

Un nouvel échangeur de chaleur refroidira les gaz de combustion de 450 à presque 130 °C, fournissant ainsi 70% de l'énergie nécessaire à Sudcal. Cette solution est une alternative urgente pour l'entreprise de chauffage urbain car la turbine à vapeur et à gaz Twinerg fournissait à l'origine la chaleur nécessaire, avant sa fermeture en juillet 2016.

Depuis lors, la chaudière à gaz de Sudcal a pris le relais. Deux chaudières mobiles ont pris en charge la fonction de sauvegarde. Mais cette solution de transition est coûteuse, notamment parce que Sudcal doit acheter des droits d'émission de CO2 pour le fonctionnement de la chaudière à gaz.

Comme la chaleur résiduelle de l'aciérie remplace la chaudière pour la charge principale, elle économise massivement de l'énergie et des émissions de CO2: 1,6 million de litres de fuel et 5.000 tonnes de CO2. «4.000 maisons peuvent être chauffées selon les normes actuelles», a déclaré le ministre de l'Economie, Etienne Schneider.

L'idée d'utiliser la chaleur résiduelle est brièvement mentionnée dans le rapport Rifkin. ArcelorMittal a déjà mis en œuvre un projet similaire à Dunkerque, une région également conseillée par Rifkin. «L'usine de Belval est un point de départ sur lequel d'autres projets peuvent être mis en place dans ce pays», a souligné le président du groupe acier et directeur général de l'usine de Belval, Roland Bastian.

Investissement de deux millions d'euros

Pour ce faire, la société DK Energy Luxembourg a investi au total deux millions d'euros. C'est une filiale du groupe français Dalkia, qui appartient au groupe EDF. La société n'a pas voulu commenter le projet, laissant l'annonce au client, a indiqué un porte-parole.

«ArcelorMittal ne gagne rien et ne sauvegarde aucun droit d'émission», a souligné Roland Bastian. «DK Energy agit en tant qu'investisseur entre Sudcal et ArcelorMittal. En tant que spécialiste, DK Energy fournit le savoir-faire nécessaire. Le contrat dure dix ans, mais peut ensuite être prolongé», a-t-il ajouté.

Le destin du terrain de Twinerg reste incertain

La chaudière et le système de pompage du réseau de chaleur de 22 kilomètres sont situés sur le terrain de Twinerg. Sudcal restera sur le site actuel et va acquérir une partie de la propriété, a déclaré le président de l'entreprise publique Gérard Meyer. «Nous ne savons pas encore ce qu'il adviendra du reste du terrain de Twinerg», a déclaré Etienne Schneider.

«ArcelorMittal utilise toute la chaleur résiduelle disponible de l'usine», a souligné Roland Bastian. Avec cette solution, Sudcal aura ainsi assez de capacité pour développer davantage son réseau de chauffage.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet