Changer d'édition

Ce qui a fortement augmenté en 2015
Économie 2 min. 21.09.2015 Cet article est archivé
Prix à la consommation

Ce qui a fortement augmenté en 2015

Les prix des boissons alcoolisées dans les cafés ont augmenté de 14,9%
Prix à la consommation

Ce qui a fortement augmenté en 2015

Les prix des boissons alcoolisées dans les cafés ont augmenté de 14,9%
Photo: Shutterstock
Économie 2 min. 21.09.2015 Cet article est archivé
Prix à la consommation

Ce qui a fortement augmenté en 2015

Boissons alcoolisées, repas dans les restaurants, salons de coiffure, leçons de conduite, ....les prix de certains produits et services ont connu une réelle hausse au premier semestre 2015.

(ndp) - L'inflation nationale a continué de reculer au premier semestre 2015. Le taux moyen des six premiers mois s'est élevé à 0,26%, contre 0,63% pour toute l'année 2014 et 0,98% pour le premier semestre 2014. Pour l'Observatoire  de la formation des prix, ce recul s'explique par deux facteurs contraires: "l'écroulement du cours du pétrole a exercé une forte pression à la baisse sur le taux d'inflation, tandis que le relèvement de différents taux de TVA de 2 points de pourcentage a eu pour conséquence une pression à la hausse sur les prix". 

Les prix de certains produits et services ont ainsi nettement grimpé depuis le début de l'année, surtout dans le secteur de l'Horeca. Les boissons alcoolisées dans les cafés ont augmenté de 14,9%, en raison notamment du taux de TVA qui a augmenté de 3% à 17% dans cette catégorie.

Les repas et boissons dans les restaurants ont progressé de 2%, respectivement de 7,2% au premier semestre. Les prix des salons de coiffure (soumis au taux intermédiaire de TVA, qui a augmenté de 6% à 8%) ont augmenté de 3,6% et les leçons de conduite de 4,2%.

Les produits d'entretien et de nettoyage ont grimpé de 8,37%, les voyages à forfait par autocar de 8,35%, les outils de jardin de 6,43% et la réparation de chaussures de 6,24%.

Les fruits séchés, le miel, le chocolat ont également vu augmenter leurs prix au premier semestre.

Ce qui a baissé 

La bijouterie, qui a connu des hausses de prix spectaculaires entre 2006 et 2012, est actuellement en phase de baisse: au premier semestre, les prix de cette position dans l'IPCN (indice des prix à la consommation national) ont diminué en moyenne de 4% par rapport au premier semestre 2014.

Les prix de certains produits alimentaires ont diminué fortement par rapport au premier semestre 2014, comme les pommes de terre (-16%), le riz (-9,4%), l'huile alimentaire (-6,1%) mais aussi les produits énergétiques comme les combustibles liquides (-21,4%), le gas-oil (-11,3%), le gaz liquéfié (-10,2%) et l'essence (-9,3%).

Les autres produits ou services qui ont vu leurs prix baisser sont les transports de personnes par air (-8,45%), l'équipement  photographique/cinématographique (-13,40%) ainsi que les appareils de télévision (-14,77%).


Sur le même sujet

Que ce soit au Luxembourg ou dans le reste du monde, la pandémie sanitaire a eu un impact sur l’inflation du premier semestre. Au Luxembourg, celle-ci s'élève à 1%, relève l'Observatoire de la formation des prix dans son dernier rapport.
08.10.2020, Baden-Württemberg, Esslingen am Neckar: Eine Frau steht mit Mund- und Nasenschutz auf einem Markt im Stadtteil Oberesslingen hinter einem Schild, das auf den Mundschutz hinweist. Der Landkreis Esslingen als überschreitet als erste Region in Baden-Württemberg die kritische 50er-Corona-Marke. Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La secrétaire d’État à l’Économie Francine Closener a présenté une étude sur l’évolution des prix des produits de grande consommation au Luxembourg et dans la Grande Région. Résultats: malgré la hausse de la TVA, moins de la moitié des produits ont vu leur prix augmenter.
Si la loi anti-tabac a effectivement eu un impact sur les cafés, «les conséquences de la hausse de la TVA sur les boissons alcoolisées n'impacteront vraiment les cafetiers qu'à la mi-2015», a lancé Alain Rix lors de l'assemblée générale du secteur, lundi soir.
Malgré la déclaration de Hollande à Luxembourg
Cloué au pilori pour ses rulings, le Luxembourg utilise le plus légalement possible, pour sa compétitivité fiscale, un mélange d'extraterritorialité et de TVA réduite. Le 1er janvier, le premier élément a disparu. A l'inverse de ces taux de TVA réduite, qui ne sont pas près de disparaître.
Le président français, François Hollande, avec le couple grand-ducal, a annoncé un mouvement d'harmonisation fiscale, pourtant encore très loin du compte