Changer d'édition

Carlos Ghosn s'enfuit du Japon pour rejoindre le Liban
Économie 2 min. 31.12.2019

Carlos Ghosn s'enfuit du Japon pour rejoindre le Liban

L'ex-patron du groupe automobile serait arrivé au Liban via la Turquie.

Carlos Ghosn s'enfuit du Japon pour rejoindre le Liban

L'ex-patron du groupe automobile serait arrivé au Liban via la Turquie.
Photo : AFP
Économie 2 min. 31.12.2019

Carlos Ghosn s'enfuit du Japon pour rejoindre le Liban

L'ex-PDG de Renault-Nissan, qui attendait son procès en résidence surveillée à Tokyo, aurait quitté l'Etat pour rejoindre son pays d'origine. De quoi faire de lui l'homme en fuite le plus célèbre de la planète.

(AFP) - «Je suis à présent au Liban. Je ne suis plus l'otage d'un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité.» C'est par ce message que Carlos Ghosn a confirmé, mardi, avoir quitté sa résidence surveillée nippone. Et l'ancien patron du groupe Renault-Nissan de poursuivre : «Je n'ai pas fui la justice, je me suis libéré de l'injustice et de la persécution politique. Je peux enfin communiquer librement avec les médias, ce que je ferai dès la semaine prochaine», ajoute-t-il. 


ARCHIV - 03.10.2014, Frankreich, Paris: Carlos Ghosn, ehemaliger Vorstandsvorsitzender von Renault-Nissan-Mitsubishi, sitzt auf einer Pressekonferenz von Daimler und Renault-Nissan während des Pariser Autosalons. Der französische Autobauer Renault hat wegen mutmaßlichen Fehlverhaltens seines inhaftierten Ex-Konzernchefs Carlos Ghosn die Justiz eingeschaltet. (zu dpa «Neue Vorwürfe: Renault schaltet im Fall Ghosn Justiz ein» vom 07.02.2019) Foto: Daniel Karmann/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les grandes étapes de l'affaire Carlos Ghosn
Les principaux événements survenus depuis l'arrestation au Japon de Carlos Ghosn, patron déchu de Renault, Nissan et Mitsubishi, soupçonné de malversations financières qu'il nie.

Il s'agit d'un développement inattendu pour le magnat déchu de l'automobile, jusque-là assigné à résidence au Japon où il attendait d'être jugé, à partir d'avril 2020, pour des malversations financières présumées.

Des conditions de détention strictes

Carlos Ghosn est arrivé lundi à l'aéroport de Beyrouth, avait au préalable indiqué à l'AFP une source sécuritaire, confirmant des informations de médias libanais. Un autre responsable libanais a confirmé cette information, ajoutant «que la manière dont il a quitté le Japon n'est pas claire». 

Après son arrestation, le 19 novembre 2018 à Tokyo, ses avocats et sa famille ont vivement dénoncé ses conditions de détention, le traitement qui lui a été infligé et la façon dont la justice japonaise mène la procédure à charge dans ce dossier. Il avait été libéré sous caution fin avril, mais sous de strictes conditions. 

Il lui était notamment interdit de voir ou contacter sa femme. Mi-novembre, Carlos Ghosn avait pu parler à distance à son épouse, par vidéoconférence, pour la première fois depuis près de huit mois. Quelques jours plus tôt, ses enfants avaient réclamé un procès "équitable" pour leur père dans une tribune publiée sur le site de la radio publique française Franceinfo

Selon ses défenseurs et son équipe de communication, Carlos Ghosn demandait «la levée totale"» des différentes interdictions qui pesaient sur lui, les jugeant «excessives, cruelles et inhumaines, et afin que soient respectés ses droits fondamentaux ainsi que ceux de son épouse».

Quatre inculpations

Celui qui avait été salué comme «le sauveur de Nissan» après son arrivée dans le groupe japonais en 1999 a passé au total 130 jours en prison entre novembre 2018 et avril 2019, en cumulant garde à vue et détention provisoire.

M. Ghosn, qui fut le chef d'entreprise le mieux payé au Japon, fait l'objet de quatre inculpations dans ce pays: deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan (qui est aussi poursuivi sur ce volet), et deux autres pour abus de confiance aggravé. 


This picture taken on March 6, 2019 shows former Nissan Chairman Carlos Ghosn leaving his lawyer's office in Tokyo. - Nissan shareholders are expected to eject Carlos Ghosn from its board on April 8, as the detained former chairman fights multiple charges of financial misconduct that have landed him in custody. (Photo by Kazuhiro NOGI / AFP)
Carlos Ghosn révoqué après 20 ans de règne
Les actionnaires de Nissan, réunis lundi à Tokyo, ont voté la révocation du mandat d'administrateur de Carlos Ghosn, coupant ainsi tout lien avec celui qui a sauvé et dirigé le groupe pendant près de deux décennies et se trouve aujourd'hui en prison.

Conséquence de cette affaire retentissante: le dirigeant franco-libano-brésilien a été éjecté de ses sièges de président de Nissan et de Mitsubishi Motors (3e membre de l'alliance) dans les jours suivant son interpellation il y a 13 mois. Il a ensuite démissionné de la présidence de Renault, avant même que d'autres investigations ne soient menées en France à son encontre.


Sur le même sujet

Carlos Ghosn verse 8 millions et sort de prison
Carlos Ghosn, patron déchu de Renault et Nissan, a été libéré mercredi de la prison de Kosuge à Tokyo, après plus de 100 jours passés en détention sur des accusations de malversations financières.
Carlos Ghosn à sa sortie de la prison de Kosuge ce mercredi matin.
Carlos Ghosn visé par deux nouvelles inculpations
L'avenir judiciaire de Carlos Ghosn s'est encore assombri vendredi: le bâtisseur de l'alliance Renault-Nissan a fait l'objet de deux nouvelles inculpations par la justice japonaise, mais ses avocats ont aussitôt déposé une demande de libération sous caution.
(FILES) This file photo taken on May 11, 2012 shows the-president and CEO of Japanese auto giant Nissan, Carlos Ghosn, gesturing as he answers questions during a press conference at their headquarters in Yokohama, suburban Tokyo. - Former Nissan boss Carlos Ghosn said on January 8, 2019 he had been "wrongly accused and unfairly detained" at a high-profile court hearing in Japan, his first appearance since his arrest in November rocked the business world. (Photo by TORU YAMANAKA / AFP)
Carlos Ghosn pourrait sortir de prison
Un mois après son arrestation surprise au Japon, et alors que personne ne s'y attendait, Carlos Ghosn peut espérer être libéré bientôt sous caution: le tribunal de Tokyo a rejeté jeudi la requête du parquet d'étendre sa garde à vue.
(FILES) In this file photo taken on September 15, 2017, Renault-Nissan Chairman and CEO Carlos Ghosn looks on as he addresses a press conference in Paris to present the Renault Nissan group strategy. - A Japanese court on December 20, 2018 rejected prosecutors' request to extend the detention of former Nissan chairman Carlos Ghosn after his arrest for financial misconduct, with local media saying he may be released as early as December 21. (Photo by ERIC PIERMONT / AFP)