Changer d'édition

Calme plat pour l'inflation en octobre
Économie 2 min. 09.11.2020

Calme plat pour l'inflation en octobre

Étrangement, ce sont les articles de bijouterie et horlogerie qui ont le plus augmenté entre septembre et octobre : +11,8%.

Calme plat pour l'inflation en octobre

Étrangement, ce sont les articles de bijouterie et horlogerie qui ont le plus augmenté entre septembre et octobre : +11,8%.
Photo : LW archives
Économie 2 min. 09.11.2020

Calme plat pour l'inflation en octobre

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Enfin une bonne nouvelle : les prix n'ont (quasiment) pas augmenté entre septembre et octobre au Luxembourg. Le taux annuel de l'inflation reste donc à 0,7% selon le Statec.

«Peu dynamique» : c'est ainsi que le Statec analyse l'indice des prix à la consommation pour le mois d'octobre 2020. Il est  vrai qu'avec une inflation relevée à -0.03%, les analystes n'ont pas de quoi signifier une tendance marquée sur le coût de la vie. Après un mois de septembre qui avait déjà vu les factures du quotidien diminuer de l'ordre de 0,1%, voilà donc un automne plutôt apaisé question coût de la vie.

A analyser de près les différents indicateurs, le Statec a même pu constater que le mois passé avait été marqué par quelques baisses de tarifs spectaculaires. A commencer par le coût des offres de voyages. Le secteur, en pleine tourmente (comme en témoigne la tripartite de ce jour sur le secteur aérien), brade ses offres. Ainsi, les prix des voyages à forfait diminuent de 5.7% quand ceux des billets d’avion «s’effondrent de 21.5% par rapport au mois de septembre», note l'institut en charge des statistiques nationales. 

Après deux mois de baisses, la tendance au niveau des produits pétroliers s’est inversée. Et discrètement les prix pétroliers reprennent 0.2% par rapport à septembre. En cause, un phénomène saisonnier. En effet, à l'approche des journées froides, le prix du mazout de chauffage a crû de 2% d'un mois à l'autre. Cependant, dans le même temps, à la pompe les automobilistes doivent débourser un peu = -0.4% pour un litre de diesel et -0.1% pour un litre d’essence. On retiendra d'ailleurs que, sur un an, les prix des produits dérivés de l’or noir ont baissé de 16.9%.

Dans le «panier de la ménagère», une des autres baisses notables concerne les coûts de l'alimentaire (-0,3%). C'est peu mais certains produits ont vu leur prix véritablement chuter comme ceux du poisson frais (-4.8%), des pommes de terre (-4.4%) et même des fruits frais (-1.3%). Au contraire des légumes qui, eux, ont connu une petite hausse (+0,7%) quand pains et céréales augmentaient, eux, de 0,2%. Reste que sur un an, se nourrir coûte 3,2% plus cher qu'en octobre 2019. Dont près de 1,1% de hausse enregistrée depuis février dernier (soit le mois avant les premières mesures de confinement).


08.10.2020, Baden-Württemberg, Esslingen am Neckar: Eine Frau steht mit Mund- und Nasenschutz auf einem Markt im Stadtteil Oberesslingen hinter einem Schild, das auf den Mundschutz hinweist. Der Landkreis Esslingen als überschreitet als erste Region in Baden-Württemberg die kritische 50er-Corona-Marke. Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le virus affecte le pouvoir d'achat
Que ce soit au Luxembourg ou dans le reste du monde, la pandémie sanitaire a eu un impact sur l’inflation du premier semestre. Au Luxembourg, celle-ci s'élève à 1%, relève l'Observatoire de la formation des prix dans son dernier rapport.

Même si, selon la dernière étude de la Banque centrale du Luxembourg, les ménages conservent foi dans leur avenir économique, il faut toutefois surveiller les porte-monnaie des familles. Car octobre aura vu des prix croître de façon conséquente. Comme les articles de bijouterie et horlogerie dont la note gagne 11,8% en un mois, sans explication. Autres accroissements notés par le Statec : celui des crèches et foyers jour pour enfants (+1%) et celui des journaux (+2,9%).

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un suivi du covid-19 «mis en place dans l'urgence»
Si la production de données autour de l'évolution de la pandémie au Luxembourg reste «un combat», Serge Allegrezza, estime que «la tendance à vouloir tout exprimer en chiffres» constitue une tendance de fond. Raison pour laquelle le Statec va s'intéresser aux données en temps réel.
online.fr, Statec, Serge Allegrezza Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Internet pris par la fièvre du dimanche soir
Le 1er novembre dernier, le réseau LU-CIX a connu un pic jamais atteint en termes de volume de données internet. En cause, le goût immodéré des résidents pour le streaming chaque dernier jour de la semaine.
ILLUSTRATION - Ein junger Mann lässt sich eine Seite der Videostreaming-Firma Netflix am 14.09.2014 in Berlin von einem Laptop auf einem Fernsehbildschirm zeigen. Die in den USA populäre Online-Videothek Netflix geht im September auch in Deutschland auf Sendung. Netflix hat mit seinem Videostreaming-Abo den Fernsehmarkt in den USA aufgemischt und kommt dort mittlerweile auf 35,1 Millionen zahlende Kunden. Bestehende Konkurrenten in Deutschland sind Amazon, Maxdome oder Watchever. Foto: Bernd von Jutrczenka/dpa +++(c) dpa - Bildfunk+++ |
Letzshop cherche à entrer dans les mœurs à tout prix
Face au boom attendu des commandes en ligne pour les fêtes de fin d'année dans un contexte de restrictions sanitaires, la plateforme d'e-commerce made in Luxembourg mise sur la tendance des circuits courts pour tenter de devenir «une référence au niveau européen».
Shopping online concept - Shopping service on The online web. with payment by credit card and offers home delivery. parcel or Paper cartons with a shopping cart logo on a laptop keyboard
Les grandes enseignes ne sautent pas sur l'occasion
Objets de success stories à l'étranger, désormais ancré dans le paysage commercial au travers de boutiques spécialisées, le marché de la seconde main tarde encore à séduire la grande distribution au Luxembourg. Si une partie s'y refuse, une autre ne ferme pas totalement la porte.
Le coup de pompe des stations-service
Après la plongée historique des ventes de carburants enregistrée entre février et avril, le déconfinement a permis un rebond rapide depuis mi-mai. Le niveau reste toutefois encore loin d'atteindre celui d'avant la crise sanitaire.
station d'essence - Diesel - Benzin- Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort