Changer d'édition

Bruxelles optimiste sur sa croissance
Économie 3 min. 11.02.2021 Cet article est archivé

Bruxelles optimiste sur sa croissance

«La situation économique reste difficile cet hiver», a reconnu le commissaire européen à l'Economie, Paolo Gentiloni.

Bruxelles optimiste sur sa croissance

«La situation économique reste difficile cet hiver», a reconnu le commissaire européen à l'Economie, Paolo Gentiloni.
Photo: AFP
Économie 3 min. 11.02.2021 Cet article est archivé

Bruxelles optimiste sur sa croissance

La Commission européenne a annoncé jeudi un abaissement de sa prévision de croissance pour la zone euro à 3,8% en 2021 (contre 4,2% anticipé à l'automne) mais table sur un rebond plus fort que prévu fin 2021 et en 2022.

(AFP) - Une bonne et une mauvaise nouvelle. Si les perspectives à court terme pour l'économie européenne sont «plus faibles qu'attendu à l'automne dernier», la Commission européenne s'attend également à ce que «l'économie de l'UE retrouve son niveau de production d'avant-crise plus vite que prévu», estime-t-elle dans un rapport publié jeudi. Une croissance que la Commission européenne attribue à «une dynamique plus forte au deuxième semestre 2021 et en 2022». 


Paolo Gentiloni
La récession historique au sein de l'UE se confirme
Après un premier semestre marqué par les confinements, puis «un rebond vigoureux» avec la levée progressive des mesures sanitaires, l'économie de la zone euro affronte ce que la Commission nomme «des perturbations». Au Luxembourg, l'année devrait s'achever avec un recul de 4,5% du PIB.

L'arrivée des vaccins et la chute du Produit intérieur brut l'an dernier (-6,8% en zone euro) moins marquée que prévue, bien qu'historique, permettent de nourrir cette perspective positive. Cependant «la situation économique reste difficile cet hiver», a reconnu le commissaire européen à l'Economie, Paolo Gentiloni, lors d'une conférence de presse. 

Croissance de 3,7%  

Dans ses nouvelles prévisions, l'exécutif européen justifie l'assombrissement conjoncturel des dernières semaines par le renforcement nécessaire des mesures de confinement dans de nombreux Etats membres pour freiner la circulation de variants plus contagieux du coronavirus. «La lumière apparaît désormais au bout du tunnel dans lequel l'économie européenne est entrée il y a un an», insiste pourtant la Commission. 

Pour les 19 Etats membres de la zone euro dans leur ensemble, Bruxelles attend une croissance également de 3,8% en 2022, contre 3% dans ses dernières prévisions. Pour l'UE à 27, Bruxelles prévoit une évolution similaire : croissance de 3,7% en 2021 (contre 4,1% espéré précédemment), puis 3,9% en 2022 (contre 3%). Cependant, «le rythme de la reprise va varier de façon significative entre les pays de l'UE», souligne la Commission. 

Incertitudes liées à la pandémie

Certains ont en effet été plus touchés par la pandémie ou ont une économie qui dépend davantage du tourisme comme l'Espagne, le Portugal et la Grèce notamment, et dans une moindre mesure l'Italie ou la France. Ces prévisions sont fondées sur le scénario d'un allègement des mesures de confinement «vers la fin du deuxième trimestre et de façon plus marquée dans la deuxième moitié de l'année, quand les personnes les plus vulnérables et une part croissante de la population adulte auront été vaccinées», a expliqué Paolo Gentiloni. 


Wi, Classement des banques .Finanzplatz Luxemburg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Une année 2020 «pas si mauvaise que ça»
Si du point de vue sanitaire, psychologique ou émotionnel les neuf derniers mois auront été éprouvants et laisseront des traces, l'économie, elle, se porte relativement bien, assure la Fondation Idea. Pour le think tank de la Chambre de commerce, le marché du travail et le PIB tiennent le choc.

Par conséquent, «l'incertitude et les risques restent très élevés» en lien avec l'évolution de la pandémie, a-t-il souligné, évoquant la possible émergence de nouveaux variants du virus et l'importance du succès des campagnes de vaccination. 

Au Luxembourg, l’économie a été lourdement impactée en 2020 par les conséquences de la pandémie de covid-19. Avec la deuxième vague d’infections qui frappe le pays depuis le début de l'hiver, les prévisions pour 2021 sont elles entourées d’une marge d’incertitude importante liée à l’évolution future de la pandémie, estime le Statec.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si du point de vue sanitaire, psychologique ou émotionnel les neuf derniers mois auront été éprouvants et laisseront des traces, l'économie, elle, se porte relativement bien, assure la Fondation Idea. Pour le think tank de la Chambre de commerce, le marché du travail et le PIB tiennent le choc.
Wi, Classement des banques .Finanzplatz Luxemburg.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Après un premier semestre marqué par les confinements, puis «un rebond vigoureux» avec la levée progressive des mesures sanitaires, l'économie de la zone euro affronte ce que la Commission nomme «des perturbations». Au Luxembourg, l'année devrait s'achever avec un recul de 4,5% du PIB.
Paolo Gentiloni
Selon la Commission européenne, la crise économique sera plus importante que prévu mais aussi plus inégale. Et si les pays de la zone euro les plus touchés fin 2020 devraient être l'Italie, l'Espagne ou la France, le Luxembourg devrait connaître une récession légèrement inférieure à la moyenne européenne.
«Se protéger de l'extérieur et se montrer plus souple à l'intérieur.» Les Européens ont décidé mardi soir de cadenasser l'accès à leur territoire afin de tenter d'endiguer la pandémie de nouveau coronavirus dont le Vieux continent est plus que jamais l'épicentre.
16.03.2020, Baden-Württemberg, Weil am Rhein: Ein Bundespolizist mit Atemmaske kontrolliert am Grenzübergang zur Schweiz ein Fahrzeug. In der Coronavirus-Krise führt Deutschland am Montag umfassende Kontrollen und Einreiseverbote an den Grenzen auch zur Schweiz ein. Foto: Patrick Seeger/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La croissance devrait s'avérer nettement moins bonne que prévu cette année et l'an prochain dans la zone euro, et s'accompagner d'une inflation désespérément basse et d'un chômage élevé, selon les dernières prévisions économiques de la Commission européenne.
La croissance de la zone euro a été revue à la baisse de 1,2% à 0,8% pour 2014.