Changer d'édition

British Steel passe sous pavillon chinois
Économie 11.11.2019

British Steel passe sous pavillon chinois

ArcelorMittal, Tata Steel, British Steel se sont succédé pour prendre le contrôle de la fabrique de rails de la Fensch. Place à Jingye maintenant.

British Steel passe sous pavillon chinois

ArcelorMittal, Tata Steel, British Steel se sont succédé pour prendre le contrôle de la fabrique de rails de la Fensch. Place à Jingye maintenant.
Photo : AP
Économie 11.11.2019

British Steel passe sous pavillon chinois

Le sidérurgiste en faillite British Steel va être racheté par le groupe chinois Jingye avec comme enjeu des milliers d'emplois industriels notamment en Lorraine, dans la dernière usine de fabrication de rails française basée à Hayange.

(AFP) - «Un contrat de vente a été passé avec Jingye Steel pour racheter les activités et actifs de British Steel Limited», a indiqué lundi un communiqué d'Insolvency Service, l'organisme public chargé des faillites au Royaume-Uni. Jingye reprend notamment les aciéries de Scunthorpe (nord de l'Angleterre), qui emploient le gros des 5.000 personnes travaillant pour British Steel, ainsi que des fonderies au Royaume-Uni, ou des parts de l'usine de Hayange en Moselle. C'est de ce site (anciennement Tata Steel) dont sont issus les rails du tram de Luxembourg.

Selon la presse britannique, le montant du rachat tournerait autour de 58 à 81,2 millions d'euros et le gouvernement britannique devrait contribuer au sauvetage par l'intermédiaire de garanties de prêts et autres soutiens financiers. La transaction doit encore être approuvée par les autorités, notamment en France où Bercy doit valider le changement de propriétaire de Hayange. 

Le groupe chinois «prévoit d'investir 1,2 milliard de livres dans l'entreprise sur la prochaine décennie, pour rénover les usines et machines, améliorer la performance environnementale et doper l'efficacité énergétique». Le Financial Times avait affirmé la semaine dernière que Jingye prévoyait d'augmenter la production à plus de 3 millions de tonnes par an, contre 2,5 millions auparavant.

Toujours selon le quotidien britannique, le groupe chinois a fait savoir que pour que British Steel redevienne bénéficiaire, il faudrait «baisser les coûts», ce qui pourrait augurer de suppressions de postes. 

10,1 milliards de chiffre d'affaires

British Steel a été contraint à la faillite en mai, faute de liquidités suffisantes et après le refus du gouvernement d'injecter de l'argent frais. Il avait mis ses difficultés financières sur le compte du Brexit, dont les incertitudes plombent la demande en acier de ses clients européens. 

 Jingye, créé en 1988, produit 15 millions de tonnes d'acier par an et exporte dans 80 pays. Il emploie 23.500 personnes et revendique un chiffre d'affaires de 10,1 milliards d'euros, selon son communiqué. 


Sur le même sujet

A Dudelange, Liberty Steel compte sur «l'acier vert»
L'investisseur britannique qui a racheté l'usine locale d'ArcelorMittal a levé une partie du voile sur ses intentions. Il compte faire du site un lieu de production plus propre et moins gourmand en énergie et matières premières.
Einweihung Liberty Steel Düdelingen in der Z.I. Wolser. Sanjeev Gupta (Executive Chairman)  (Foto: Alain Piron)
Pour une prolongation de la tripartite sidérurgie
L'OGBL comme le LCGB plaident pour que l'accord en vigueur dans le secteur soit maintenu au-delà du 1er juillet, dans un contexte de crainte de réduction d'effectifs liée à la restructuration des sites d'ArcelorMittal au Grand-Duché.
Un jour avec un Couleur-Giesser, Chez Arcelor Mittal, Stahlwerk, Siderurgie, Stahlindustrie a Esch-sur-Alzette, le 06 Decembre 2016. Photo: Chris Karaba