Changer d'édition

Brasserie Nationale se jette à l'eau
Économie 1 2 min. 18.03.2020

Brasserie Nationale se jette à l'eau

Les chaines d'embouteillage et d'étiquetage seront communes pour les bières et l'eau.

Brasserie Nationale se jette à l'eau

Les chaines d'embouteillage et d'étiquetage seront communes pour les bières et l'eau.
Photo : Lucien Wolff
Économie 1 2 min. 18.03.2020

Brasserie Nationale se jette à l'eau

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'enseigne a décidé de commercialiser sa propre marque d'eau. Issu de sa source de Bascharage, le précieux liquide puisé à -317 mètres a reçu la certification d'eau minérale naturelle

Côté bières, ça mousse bien pour la Brasserie Nationale. Avec près de 160.000 hectolitres mis sur le marché chaque année, la société aurait pu se contenter de développer sa gamme de productions houblonnées (Battin, Bofferding et Funch-Brucher). «Mais à force de vanter la qualité de cette eau qui rentre à 95% dans la composition de nos bières, l'idée nous est venue d'exploiter aussi cette ressource tout simplement», révèle Frédéric de Radiguès, administrateur délégué de la société.

Ainsi est née Lodyss, nouvelle marque d'eau luxembourgeoise. Ainsi, Brasserie Nationale vient-elle du coup s'installer sur un marché où déjà deux marques nationales s'activent: Beckerich d'un côté, Rosport de l'autre. A compter du 23 mars, les bouteilles rouges et bleues issues des chaînes de Bascharage feront donc leur entrée dans le paysage commercial. Impossible de retarder ce lancement, même en période de crise sanitaire. «Car n'empêche que la vie continue et notre eau peut participer au sentiment de bien-être qu'attendent les populations.»

Au Luxembourg, le marché global de la consommation d'eau en bouteilles représente un volume d'achat annuel de 700.000 litres. Soit 123 litres/habitant, contre une moyenne européenne proche des 105 l/hab. Et Lodyss a bien l'intention de se faire apprécier des consommateurs avec un discours notamment axé sur la qualité même de son produit. «Il s'agit d'une eau d'une pureté rare, insiste Frédéric de Radiguès. Les chercheurs du LIST ont effectué des études pour établir la datation. Notre eau remonte à - 30.000 ans, une période où aucune pollution n'a pu affecter la ressource.»

Le ministère de la Santé a déjà validé l'appellation "eau minérale naturelle" pour Lodyss. Mais à la Brasserie Nationale, le discours va au-delà. Zéro nitrate, pauvre en sodium, faiblement minéralisée, pas de nitrite ni de perturbateurs endocriniens, nulle trace de plomb ou de plastique, adaptée à la nutrition infantile : l'eau mise en bouteilles de 25, 50 cl et un litre se voit parée de bien des vertus. 

Nous ne faisons pas venir des marques d'eau de l'autre bout de l'Europe

Ce produit, Frédéric de Radiguès le voit aussi comme «bien dans l'air du temps». Explications : les consommateurs veulent du local, il est question de puiser et mettre en bouteilles à Bascharage. Chacun veille à l'empreinte carbone de ce qu'il consomme, là l'eau ne sera mise qu'en bouteilles de verre (recyclables donc) et non en plastique PET. Un aspect environnemental dans lequel s'engouffrent donc les promoteurs de Lodyss.

«Nous ne faisons pas venir non plus des marques d'eau de l'autre bout de l'Europe pour les voir dans nos magasins ou les boire à la table des restaurants ou à la maison», tacle l'administrateur délégué de la Brasserie Nationale face à une concurrence organisant, elle, la distribution d'eaux pétillantes italiennes célèbres. Visiblement, l'eau minérale du sous-sol de Bascharage ne refroidit pas les ardeurs.


Sur le même sujet

La concurrence fait pétiller Rosport
Alors que le seul producteur d'eau minérale au Luxembourg a célébré ses 60 ans l'année dernière, il s'apprête à accueillir un nouveau concurrent sur le marché. La Brasserie nationale s'apprête en effet à lancer sa propre marque d'eau.
WI,60 Jahre Sources Rosport. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La Brasserie Nationale se fait mousser
Malgré le déclin du marché de la bière dans le monde et au Luxembourg, le plus grand producteur du Grand-Duché se porte bien. Il affiche un chiffre d’affaires en progression de 2 %, à 10,9 millions et se félicite du succès de la marque Battin, son deuxième fer de lance derrière Bofferding.
Firmenoberhaupt Georges Lentz (70): Die Brasserie Nationale trotzt dem Trend.
Les rivières malades par abus de médicaments
Qui des particuliers ou des établissements de soins participent le plus à cette pollution des cours d'eau? Pour le ministère de la Santé, pas de doute : les ménages ont un impact bien plus «primordial» que les hôpitaux.
47 millions de m3 d'eau puisés dans le sous-sol
Les sources et forages du Luxembourg sont de plus en plus sollicités. Que ce soit pour la consommation humaine, un usage industriel ou l'emploi au profit de l'agriculture. De quoi justifier une meilleure protection de cette ressource, voire l'exploitation de nouvelles réserves.
Certaines ressources souterraines ne sont plus exploitées pour maintenir suffisamment de volume d'eau de qualité en surface.