Changer d'édition

BNP Paribas reste dans le vert
Économie 3 min. 05.02.2020

BNP Paribas reste dans le vert

Jean-Laurent Bonnafe, le CEO de BNP Paribas a dévoilé ce mercredi un bénéfice net de 8,4 milliards d'euros pour le groupe bancaire.

BNP Paribas reste dans le vert

Jean-Laurent Bonnafe, le CEO de BNP Paribas a dévoilé ce mercredi un bénéfice net de 8,4 milliards d'euros pour le groupe bancaire.
Photo: AFP
Économie 3 min. 05.02.2020

BNP Paribas reste dans le vert

Le groupe bancaire français, qui affiche des résultats en hausse de 4,7%, justifie sa performance «par une dynamique commerciale forte, et par les effets de sa transformation».

(JFC, avec maux) - BNP Paribas a dévoilé un résultat net 2019, hors éléments exceptionnels, de 8,4 milliards d’euros, lors de sa conférence annuelle, qui se tenait à son siège parisien, ce mercredi. Un chiffre à la hausse de 4,7% sur un an, dû principalement à des revenus en progression, dans ses trois pôles opérationnels: marchés domestiques (Domestic Markets, DM), services financiers internationaux (International Financial Services, IFS), et services bancaires aux entreprises et institutionnels (Corporate and Institutional Banking, CIB). 

«BNP Paribas réalise une bonne performance en 2019, grâce à sa dynamique commerciale et aux effets de sa transformation. Le groupe confirme ainsi la force de son modèle diversifié et intégré», indique Jean-Laurent Bonnafé, le CEO du groupe. Le premier segment a enregistré un revenu de 414 milliards d’euros sur ses activités de crédits (+ 4,1% en un an), et un gain de 408 milliards d’euros (+7,2%) sur ses dépôts, et ce malgré des taux bas persistants.


L’établissement financier, dirigé par Jean-Laurent Bonnafé, a pour 6,6 milliards d'euros de fonds verts sous 
gestion (Photo Eric Piemont/ AFP)
BNP Paribas veut rassurer
Hier, la banque de la rue d’Antin a présenté des résultats mitigés, mais croit en son plan 2020 pour lequel elle a fait des ajustements. Concernant le Grand-Duché, les chiffres de la Banque de détail et des entreprises au Luxembourg (BDEL), l’un des métiers de la BGL, sont bons.

Dans son métier IFS, l'établissement financier revendique «une forte croissance», avec un résultat avant impôt de 5,23 milliards d’euros (+4,5% sur un an), porté par une hausse des encours de crédits (+8,1% sur la période), à 186 milliards d’euros. La performance a par ailleurs été soutenue par une augmentation des actifs sous gestion de 9,3%, à 1.123 milliards d’euros. La branche CIB affiche elle un produit net bancaire de 5,571 milliards d’euros (+18%), marqué par «une croissance très soutenue de son activité, et par une forte progression de ses revenus», selon le rapport d'activités 2019 de la banque.

29,5 millions pour l’État luxembourgeois

En contrepartie, BNP Paribas revendique 87 millions d’euros de gains «exceptionnels», provenant entre autres de cessions d’activités (SBI Life, First Hawaiian Bank) et d'immeubles. Au 31 décembre 2019, le groupe bancaire enregistre donc un bénéfice net par action de 6,21 euros, contre 5,73 l’année précédente. Il compte ainsi distribuer 50% du résultat, en numéraire, à ses actionnaires, sous forme de dividende de 3,10 euros par action, sous réserve de l’approbation de l’assemblée générale du 19 mai prochain.

Actionnaire de BGL BNP Paribas, à hauteur de 34% (9,5 millions de parts), l’État luxembourgeois devrait donc percevoir près de 29,5 millions d’euros. Dans son métier de banque de détail et des entreprises, la filiale du groupe au Grand-Duché déclare une hausse annuelle de 10,6% de ses crédits (aux particuliers et aux entreprises), avec un revenu de 10,9 milliards d’euros. Le groupe se réjouit également de l’augmentation de 23,5%, de ses dépôts (à vue, comptes d’épargne et à terme), qui atteignent 24,6 milliards d’euros au quatrième trimestre 2019. BGL BNP Paribas revendique par ailleurs 111,2 milliards d’actifs sous gestion.

BGL BNP Paribas a enregistré en 2019 un revenu de 10,9 milliards d’euros sur ses activités de crédit.
BGL BNP Paribas a enregistré en 2019 un revenu de 10,9 milliards d’euros sur ses activités de crédit.
Photo: Guy Jallay

Pour 2020 au niveau du groupe, l’établissement bancaire prévoit une poursuite de croissance dans ses trois pôles d’activités, basée sur une forte dynamique commerciale, ainsi que sur la diversification et l’intégration de son modèle d’affaires. Il envisage également une baisse en valeur absolue de ses frais de gestion. Il se donne enfin pour objectif, un taux de distribution du dividende de 50% en numéraire, sous réserve de l’approbation de l’assemblée générale.


Sur le même sujet

Le Luxembourg emprunte à taux négatif
Le gouvernement a sept ans pour rembourser 1,7 milliard d’euros demandés auprès d'un consortium de banques. Pour la première fois, le taux demandé est négatif: -0,247%.
Pierre Gramegna, le «grand argentier» luxembourgeois, a réussi un joli coup. Une première même.
Les banques européennes vacillent fortement
Le secteur bancaire vit à nouveau des heures difficiles suite aux annonces de la Société Générale et de Commerzbank. Plus de 44.000 postes passeront à la trappe dans les établissements du Vieux Continent d'ici 2022. Le Luxembourg, pour l'heure, n'est pas encore concerné.
Société Générale Bank and Trust, Panama Papers, le 05 Avril 2016. Photo: Chris Karaba
BNP Paribas veut rassurer
Hier, la banque de la rue d’Antin a présenté des résultats mitigés, mais croit en son plan 2020 pour lequel elle a fait des ajustements. Concernant le Grand-Duché, les chiffres de la Banque de détail et des entreprises au Luxembourg (BDEL), l’un des métiers de la BGL, sont bons.
L’établissement financier, dirigé par Jean-Laurent Bonnafé, a pour 6,6 milliards d'euros de fonds verts sous 
gestion (Photo Eric Piemont/ AFP)