Changer d'édition

Blanchiment d'argent: le Luxembourg prend position
Économie 09.11.2018 Cet article est archivé

Blanchiment d'argent: le Luxembourg prend position

Blanchiment d'argent: le Luxembourg prend position

Photo: Reuters/LW-Archives
Économie 09.11.2018 Cet article est archivé

Blanchiment d'argent: le Luxembourg prend position

Le gouvernement luxembourgeois vient de prendre position, dans un communiqué de presse, suite à la décision de la Commission européenne relative à la transposition de la 4e directive anti-blanchiment des capitaux.

Dans un communiqué, le gouvernement déclare que " le Luxembourg a pris acte de la décision de la Commission européenne du 8 novembre dernier de former un recours contre le Luxembourg devant la Cour de justice de l'Union européenne, au motif qu’il n’ait transposé qu'une partie de la 4e directive anti-blanchiment (directive 2015/849) en droit national. Le Luxembourg est fermement engagé dans la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, au niveau national tant qu’aux niveaux international et européen".

Il a également été rappelé que "Le Luxembourg a transposé la directive précitée au travers des lois du 13 février 2018 et 10 août 2018 (dossiers parlementaires n°7128 n° 7216A et n°7287). Le cadre législatif anti-blanchiment sera complété, notamment par la transposition de la 5e directive anti-blanchiment, dans les délais prévus par la directive. Les autorités luxembourgeoises sont en contact étroit avec les services de la Commission européenne pour apporter toute clarification nécessaire à ce sujet".

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pierre Gramegna peut pousser un ouf de soulagement. La surveillance directe des fonds d'investissement continuera à relever de la compétence des autorités de surveillance nationales.
Procédure d'infraction
La Commission européenne a décidé jeudi de saisir la Cour de justice d'un recours contre le Luxembourg pour ne pas avoir transposé dans le droit national des dispositions européennes.
Alors que la pétition 698 sur la place de la langue luxembourgeoise au niveau national fait le buzz, le ministre de l'Education nationale juge «important que le luxembourgeois soit reconnu au même niveau que les autres langues nationales de l'union européenne». Le gouvernement envisage d'en faire la demande.
Claude Meisch: «Le luxembourgeois est la seule langue nationale sur le plan européen qui n'est pas reconnue officiellement comme une langue de l'UE».