Changer d'édition

Bettembourg s'arrime à la nouvelle route de la soie
Économie 5 2 min. 04.04.2019 Cet article est archivé

Bettembourg s'arrime à la nouvelle route de la soie

Le premier train test entre le centre multimodal de Bettembourg-Dudelange et Chengdu doit arriver le 19 avril prochain en Chine.

Bettembourg s'arrime à la nouvelle route de la soie

Le premier train test entre le centre multimodal de Bettembourg-Dudelange et Chengdu doit arriver le 19 avril prochain en Chine.
Photo: Pierre Matgé
Économie 5 2 min. 04.04.2019 Cet article est archivé

Bettembourg s'arrime à la nouvelle route de la soie

Initié début 2016, le projet de ligne ferroviaire directe entre le Grand-Duché et la Chine est devenu réalité jeudi avec le départ d'un chargement à destination de Chendgu. Un test qui pourrait aboutir à une liaison régulière «d'ici la mi-2019».

Rarement une locomotive aux couleurs des CFL et son chargement de 41 conteneurs présents sur le centre multimodal de Bettembourg-Dudelange n'auront autant attiré les lumières. Ce convoi d'une centaine de mètres fait exception car il concrétise trois années d'intenses échanges entre le Luxembourg et la Chine.

Annoncée en grande pompe par l'agence officielle chinoise en décembre 2015 et au coeur d'un accord sino-luxembourgeois en janvier 2016, cette connexion ferroviaire directe de plus de 10.000 kilomètres aura mis du temps à se mettre en place. 

Et ce, principalement en raison des difficultés, côté luxembourgeois, à trouver le volume nécessaire de marchandises à transporter vers l'Empire du Milieu. Une difficulté que ne connaissent pas les Chinois, désireux d'augmenter encore et toujours le volume de leurs exportations afin de consolider leur croissance.

Au final, le train test parti jeudi vers la ville de Chengdu contient un ensemble hétéroclite comprenant aussi bien «des pièces automobiles, du vin ou des équipements médicaux», révèle Barbara Chevalier,  directeur stratégie de CFL Multimodal, en charge du projet côté luxembourgeois. 

Autant de marchandises venues principalement de la Grande Région mais aussi de zones plus lointaines, comme l'Espagne. L'idée étant de positionner le Luxembourg comme plateforme multimodale de première importance sur le Vieux Continent.

Si de telles liaisons ferroviaires relient depuis le début des années 2010 l'Europe et la Chine, via l'Allemagne principalement, le Grand-Duché entend tirer son épingle du jeu «en tirant parti de son agilité», selon les mots de Félix Braz (Déi Gréng). 

Objectif: un aller-retour hebdomadaire

Comprenez la mise en place d'une stratégie «intégrée dans une logique de porte-à-porte très différente de celle en vigueur sur les terminaux de Duisburg ou d'Hambourg», résume Barbara Chevalier. En clair, le Luxembourg entend proposer à ses clients - chinois ou européens - une livraison au coeur même des différents écosystèmes. 

Et ce, du fait que Chengdu se trouve dans un rayon de 500 km de 25% du PIB chinois et que le centre multimodal de Bettembourg-Dudelange en fait de même au niveau européen. Pour garantir le succès de l'opération, reste désormais à rendre pérenne cette liaison. Un objectif d'un aller-retour hebdomadaire «dans un premier temps» que CFL Multimodal espère accomplir «d'ici la mi-2019».

En attendant, le premier convoi test doit parcourir l'équivalent d'un quart de la planète en 15 jours, l'arrivée étant prévue le 19 avril prochain. Une durée nécessaire pour traverser notamment une dizaine de pays avant d'arriver à bon port.



Sur le même sujet

Le Luxembourg s'arrime encore un peu plus à la Chine
Six mois après le succès du premier train reliant le centre multimodal de Bettembourg-Dudelange à Chengdu, un convoi de marchandises est parti samedi de Chine à destination du Grand-Duché. Une étape cruciale dans l'optique de la mise en place d'une liaison hebdomadaire entre les deux pays.
L'économie sur la bonne voie entre Chine et Luxembourg
Jeux militaires, liaisons ferroviaires et échanges financiers sont au centre de la visite du ministre de la Défense et de la Mobilité en Chine. François Bausch (Déi Gréng) a quatre jours pour vanter les atouts majeurs du Grand-Duché, et convaincre des investisseurs.
Le train direct pour le Luxembourg doit partir samedi après-midi du dépôt de fret de la mégalopole chinoise de Chengdu, la capitale de la province du Sichuan.
Premiers pas réussis sur la nouvelle route de la soie
Parti du centre multimodal de Bettembourg-Dudelange le 4 avril, le convoi test destiné à relier le Grand-Duché et l'empire du Milieu doit arriver à bon port ce vendredi matin. Une première qui ouvre la voie à la mise en place d'une liaison hebdomadaire, à partir de «mi-2019».
Einweihung Zuglinie  - Bettembourg-Chengdu China railway Express - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort